Passer au contenu principal

Dépollution des océansYvan Bourgnon présente son bateau écolo dévoreur de plastique

Le «Manta» d’Yvan Bourgnon est mûr techniquement. Reste à compléter les fonds pour lancer sa construction, explique le marin.

Le voilier «Manta» combine énergie éolienne et solaire ainsi que la récupération des gaz issus de la pyrolyse des plastiques. Il couvrirait jusqu’à 65% de ses besoins énergétiques en période de ramassage.
 
Le voilier «Manta» combine énergie éolienne et solaire ainsi que la récupération des gaz issus de la pyrolyse des plastiques. Il couvrirait jusqu’à 65% de ses besoins énergétiques en période de ramassage.
Synthes3D /The SeaCleaners

Il y a deux ans, le navigateur franco-suisse Yvan Bourgnon avait lancé son idée de Manta, un prototype de bateau-poubelle destiné à nettoyer les océans où se déversent chaque année 9 à 12 millions de tonnes de déchets plastique. Mardi à Paris, il a présenté le projet affiné, un catamaran de 56 mètres de long, jaugeant 1900 tonnes et capable d’embarquer 34 personnes, pour servir à la fois de bateau-poubelle et de navire scientifique. La construction sera lancée en 2023 et les premières opérations devraient démarrer en 2024.

L’innovation principale du bateau est un système de pyrolyse qui permettra de traiter jusqu’à 3 tonnes de déchets plastique par heure et donnera au bateau une autonomie de plusieurs semaines. Plus de 30 personnes travaillent actuellement à plein temps au projet.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.