Passer au contenu principal

Rencontre athlétiqueWerner Günthör est un gentil colosse aux paroles fortes

Élu meilleur sportif suisse de l’année par trois fois, le quadruple champion du monde du lancer du poids revient sur sa carrière. Il égratigne aussi les millionnaires du sport et l’athlétisme, qui se réinvente trop à son goût.

Werner Günthör au bord du lac de Neuchâtel, celui de son coach. À quelques kilos près, le Thurgovien a gardé la ligne. Dommage, il n’a jamais eu la forme olympique qui mène au titre suprême.
Werner Günthör au bord du lac de Neuchâtel, celui de son coach. À quelques kilos près, le Thurgovien a gardé la ligne. Dommage, il n’a jamais eu la forme olympique qui mène au titre suprême.
DR

C’est un privilège rare. Être attendu par un chauffeur quadruple champion du monde. «Je suis en face, devant ma voiture blanche», nous a indiqué Werner Günthör à notre descente du train à Neuchâtel. La précision est superflue. Le colosse débonnaire ne passe pas inaperçu dans sa livrée estivale, bermuda et chemisette à carreaux. Il a certes sacrifié sa moustache et sa toison d’or, style guerrier gaulois, les attributs photogéniques d’une carrière aussi monumentale que son personnage. Mais on va le voir, «Werni» n’a pas changé. Un rire jovial et on embarque pour Hauterive. La terrasse donne sur le lac. La vue porte loin, sur les Alpes immaculées et la vie d’un costaud au cœur tendre.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.