Passer au contenu principal

Hockey sur glaceVoilà pourquoi Jonathan Mercier est sous enquête

Le Genevois Jonathan Mercier est sous le coup d’une enquête pour infraction sur un arbitre. Voici la séquence qui s’est déroulée lors du troisième tiers-temps du match Ambri - Genève, mardi, et qui pourrait coûter cher au défenseur.

Décidément, cette rencontre entre Ambri-Piotta et Ge/Servette de mardi n’a pas fini de faire parler. Et pas uniquement pour cette bagarre générale qui a découlé sur des suspensions de Linus Omark, Simon Le Coultre et John Fritsche. Ni même pour la suspension d’un match d’Henrik Tömmernes pour une faute peu évidente. La suspension de Jonathan Mercier pourrait faire parler durant un bout de temps.

Contact avec l’arbitre

Selon le communiqué de la ligue, Jonathan Mercier sera suspendu de manière provisionnelle vendredi soir lors de la rencontre face aux Zurich Lions. La raison? «Une infraction avec un arbitre», selon le communiqué officiel, qui n’en dit pas davantage. Tout portait à croire, à la lecture de la missive, que le défenseur des Aigles avait été impliqué d’une manière ou d’une autre dans la bagarre générale. Mais après étude des images, le No 22 est resté bien sagement sur la bande pendant les événements. Non, la scène qui devrait nous occuper plus longtemps a eu lieu lors de la 55e minute de jeu alors que Ge/Servette venait d’encaisser le 2-0.

Comme souvent, tout est question d’interprétation pour savoir à quelle sauce sera mangé Jonathan Mercier. Le juge unique va-t-il décider que l’arrière ne fait aucun effort pour éviter l’arbitre, Monsieur Salonen, et donc qualifier cette action d’intentionnelle? Si oui, la sanction pourrait être très lourde. Ou alors le placement de l’arbitre sera-t-il pris en considération pour atténuer la punition?

Trois catégories de faute

Que nous dit le règlement? Il faut se plonger dans les directives de jeu de la SIHF, à la règle 116 alinéas IV et V pour trouver la réponse. Ce paragraphe règle les infractions envers les officiels et classe les actions en trois degrés pour définir quelle suspension s’applique. Comme Jonathan Mercier a déjà été provisoirement sanctionné, on peut partir du principe que l’action sera classée dans l’une des trois catégories suivantes:

Catégorie I: Tout joueur qui dénigre physiquement ou menace physiquement un arbitre en faisant usage de sa crosse ou de toute autre pièce d’équipement ou de tout objet, qui tire le puck sur l’arbitre ou dans sa direction, qui crache sur l’arbitre ou dans sa direction, qui tente volontairement, en faisant usage de violence, de se défaire d’un arbitre qui est intervenu durant ou après une altercation sera suspendu pour deux matches au minimum et pour quatre matches au maximum.

Catégorie II: Tout joueur qui fait usage de violence physique de quelque manière que ce soit contre un arbitre (sauf les actes décrits dans la catégorie III), sans volonté de blesser l’arbitre, ou qui crache sur un arbitre ou essuie du sang sur un arbitre sera suspendu pour cinq matches au minimum et pour neuf matches au maximum.

Catégorie III: Tout joueur qui frappe volontairement un arbitre et qui le blesse ou qui fait volontairement usage de violence contre un arbitre dans le but de le blesser ou qui tente de blesser un arbitre de quelque manière que ce soit sera suspendu pour dix matches au minimum.

Précision pour l’application: «Volonté de blesser» signifie qu’en faisant usage de violence physique de quelque manière que ce soit, le joueur pouvait ou devait savoir que ce geste pourrait entraîner une blessure.

Si l’action venait à être jugée volontaire, Jonathan Mercier pourrait donc s’attendre à une sanction allant de cinq à neuf matches de suspension, puisque caractériser cette faute comme Catégorie III paraît tout de même excessif, tant la volonté de blesser paraît difficile à justifier. Ce qui pourrait jouer contre l’arrière? Le fait qu’il voit parfaitement l’arbitre et que le Genevois a suffisamment de place pour l’éviter. Ce qui pourrait plaider en sa faveur? Le positionnement de l’arbitre.

À Genève comme ailleurs, cette décision est très attendue, surtout quelques jours après les sept matches de punition infligés à Damien Riat pour une charge contre Elia Riva. Et l’histoire d’amour entre le juge unique et le club des Vernets de continuer, encore et encore.

3 commentaires
    chico49

    Scandaleux c'est l'arbitre qui coupe le chemin à JM, alors 5 matchs pour Mr. Salonen