Passer au contenu principal

Voyage en zigzag au Val d'Aoste

Du jambon, du saucisson, de subtils nectars, de la polenta. Et de belles pistes de ski.

Le jambon de Bosses, agrémenté des saveurs et parfums de la montagne.
Le jambon de Bosses, agrémenté des saveurs et parfums de la montagne.
Jean-Claude Ferrier
L'arc romain d'Aoste, protégé par un toit au Moyen-Age.
L'arc romain d'Aoste, protégé par un toit au Moyen-Age.
Jean-Claude Ferrier
La pointe Helbronner, en direction de la vallée de Chamonix. A l'arrière-plan, les Dents-du-Midi.
La pointe Helbronner, en direction de la vallée de Chamonix. A l'arrière-plan, les Dents-du-Midi.
Jean-Claude Ferrier
1 / 12

Premiers lacets sur la route du Grand Saint-Bernard. On passe Liddes et Bourg-Saint-Pierre. Avant le tunnel, une bifurcation pour la route sommitale, fermée en hiver. Jadis, on l'empruntait pour aller skier au Super Saint-Bernard. Une télécabine nous emmenait sur les hauteurs, d'où l'on descendait sur Etroubles, en Italie. On se régalait de jambon, de viande séchée et de polenta.

Le tunnel franchi, l'on gagne Saint-Rhémy et la fabrique du Jambon de Bosses, le plus ancien jambon d'Europe, tiré des meilleures cuisses de cochons italiens, agrémenté des saveurs et des parfums de la montagne. Il faut dix-huit mois pour en faire ressortir les arômes.

Arrêt à la Clusaz, au restaurant de la famille Grange, bonne initiation à la cuisine locale.

Aoste, la petite Rome des Alpes. Chamonix et Aoste sont villes jumelles face au même Mont-Blanc. On trouve à Aoste un soleil déjà méditerranéen. Exemple parfait de la ville romaine avec ses vestiges, arc de triomphe, porte prétorienne, vestiges de théâtre et de remparts, collégiale Saint-Ours avec son cloître roman. Et un tilleul de 450 ans qui a survécu à la foudre.

La vallée d'Aoste est un paradis pour les skieurs, au pied du Mont-Blanc, du Cervin et du Mont-Rose. Des remontées mécaniques modernes, 800 kilomètres de pistes et des paysages à vous couper le souffle. Journée de ski inoubliable dans le domaine du Monterosa, et toujours des étapes originales comme au Stadel Soussoun, dans une auberge du XVe siècle au-dessus d'Ayas-Champoluc.

Visite des anciennes mines d'or Chamourisa de Brusson, exploitée jusqu'en 1960. A Introd, visite du musée Maison Bruil, ferme traditionnelle de la vallée. La famille loge à l'étage l'été et au rez-de-chaussée l'hiver, proche de la chaleur du bétail. La cheminée chauffe la demeure, le progrès amène le poêle. Tout est prévu pour stocker le foin, les saucisses sont suspendues, la farine enfermée dans un coffre. On se croirait dans «Le voyage autour du Mont-Blanc» de Rodolphe Töpffer. La famille Martin produit, entre autres fins nectars, un pinot blanc élu le meilleur d'Italie.

A Villeneuve, visite de la pâtisserie historique Dupont. On vient de loin pour ses biscuits. Et découverte des «barnets», cave typique creusée ans la roche.

Direction Courmayeur et le nouveau téléphérique «Skyway Mont-Blanc» qui nous propulse à la Pointe Helbronner, juste au-dessous du Mont-Blanc, un peu dans les nuages ce jour-là. Les cabines effectuent un 360 degrés, la vue est époustouflante. Des traces de ski rectilignes s'effacent d'un coup. Le skieur s'est envolé avec son aile. A la station intermédiaire, visite de la Cave Mont-Blanc, qui produit un vin mousseux classique. Effet doublé avec l'altitude.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.