Passer au contenu principal

Vincent Schmid: La joie rare

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Vincent Schmid: La joie rare (...) Quant au mot Noël, il ne se trouve nulle part dans le Nouveau Testament car il fut forgé au Moyen Age. C’est bien connu, à Noël nous sommes tenus de laisser de côté les problèmes qui nous tracassent. Le monde n’est-il pas suffisamment préoccupant pour qu’on ait le droit de l’oublier le temps d’une fête, qui s’efforcera d’être gentille, pacifique, pleine de bonnes intentions ? La contradiction n’y a pas sa place. Contredire la fête, c’est la gâcher à coup sûr. Pourtant l’évangéliste est formel. Le salut de Dieu, qui se manifeste sous la forme d’une naissance, est un signe de contradiction. Demandons-nous à quoi la contradiction est apportée. Je vois plusieurs objets. (...) Par ailleurs Dieu ne manque pas d’humour. Une naissance sur la paille, c’est quand même une naissance laïque au sens littéral du mot, une naissance populaire, au cœur du monde le plus profane qu’on puisse trouver! Jésus fut au départ un laïc de province. Ce qui n'était vraiment pas prévu. Dés lors, la somme de notre sagesse ne devrait-elle pas consister à s’attendre à l’inattendu ? Dans l’Histoire, le plus décisif est toujours l’imprévu… Venons-en à ces fameux bergers,qui gardaient leurs troupeaux la nuit. (...)

Xavier Comtesse: 2019: l'année où l'horlogerie suisse a produit le moins de montres depuis 35 ans

(...) En cause, les montres connectées et la crise démocratique de Hong Kong (qui était le principal débouché). Bref, avec près de 3 millions de montres fabriquées en moins, 2019 marque un tournant : on a perdu la guerre de l'entrée de gamme. Mais dans les montagnes, la baisse de la production va entraîner des difficultés économiques ...et donc moins de travail… Il faut se faire une raison, la montre bon marché c'est fini... les années glorieuses de la SWATCH sont derrière nous ! (...)

Gabriel Jaccard: Vandalisme à l’Unige (suite)

Dans la nuit de mercredi à jeudi, des individus ont placardés à la colle forte sur la porte de mon bureau à l'UNIGE des imprimés de l'article de la Tribune de Genève avec écrit dessus "HONTE" et "CLASSISME". Dans cet article, j'avais témoigné, avec d'autres, pour faire ressortir la situation notoire vis-à-vis de la sécurité et de la salubrité à l'UNIGE. Mon propos dans cet article, pour lequel j'ai reçu d'innombrables soutiens, se fait la voix de nombreux anonymes qui en ont assez de voir que notre Université - dont on peut pourtant être fier - se transforme au gré des saisons: en squat, en dépotoir insalubres, ou en lieu de violences et de contestations aux idées souvent minoritaires. (...) La délinquance n'a pas droit de Cité à l'Université, ni ailleurs à Genève. Du reste, plutôt que contempler en silence les conditions de ces personnes en situation de précarité qui sont réduites à se laver dans les lavabos, je me complais dans l'idée que cet article aura servi à mettre en lumière une situation devant laquelle tout un chacun ferme quotidiennement les yeux. Personne n'est indifférent face à la précarité et je milite pour une prise en charge efficace de ces problèmes par l'état ainsi que par les associations dont c'est la vocation. Fort de ceci, il faut cependant insister qu'il ne revient pas à l'Université de remplir ces missions sociales.

Sylvain Thévoz: Mobilisation pour Julian Assange

(...) Julian Assange, comme Edward Snowden, comme Chelsea Manning, ont mis le doigt sur les enjeux politiques cruciaux concernant la vie privée, l’identité et la citoyenneté. Ils jettent tous trois une lumière crue sur des violations crasses des droits humains. Nous n’oublions pas que la Suisse est le pays des fiches. Nous n’oublions pas que la Suisse est en retard concernant l’identité numérique et sa protection. Alors que la loi sur l'identification électronique a été adoptée cet automne par le Parlement fédéral afin de créé le cadre juridique d’un moyen d’identification électronique reconnu et approuvé par l’Etat, il faut appeler sans faiblir à un cadre juridique plus précis pour défendre les lanceuses et lanceurs d’alerte, exiger sans relâche un cadre légal plus rigoureux pour garantir la protection des données numériques. (...)

Pierre Kunz: Jamais l’humanité ne s’est portée aussi bien

De tous temps les cassandres et les pessimistes culturels ont été plus nombreux et plus verbeux que les optimistes. Le phénomène s’y développe même grâce à des médias condamnés à colporter, en les amplifiant, les mauvaises nouvelles plutôt que les bonnes. (...) Heureusement, de temps en temps un intellectuel porteur d’espérance, analyste sérieux des faits et rationnel dans ses conclusions, s’élève au-dessus de la déferlante catastrophiste pour nous montrer qu’en réalité « jamais l’humanité n’a vécu une période aussi paisible et heureuse ». Rappels historiques et chiffres à l’appui, Steven Pinker, professeur de psychologie à l’université de Harvard, nous montre dans son dernier ouvrage que la santé, la prospérité, la sécurité et la paix sont en hausse dans le monde entier. C’est ainsi que l’espérance et le niveau de vie ont crû universellement, dans les pays riches comme dans les pays les plus pauvres, le taux d’alphabétisation augmente partout, le sort des enfants s’améliore constamment, les famines endémiques ont disparu, (...)

Rémi Mogenet: Égalités face à l’éducation

(...) Je pensais que le régionalisme était plus intense en Occitanie qu’en Savoie, c’est la réputation qu’elle a. Et je me disais que c’était beau, parce qu’en même temps il y avait un lien avec la tradition française, puisque l’Occitanie est rattachée à la France depuis le Moyen ge. Mais je ne suis plus très persuadé, car l’un de mes projets était relatif aux troubadours. (...) Peut-être que de toute façon les élèves n’ont pas très envie de ces projets alternatifs, qui ne rapportent rien. De nos jours, vient-on encore au lycée pour une autre raison que l’espoir de gagner de l’argent? L’éducation y est devenue une simple formation. On est inséré dans un protocole au sein duquel on sortira muni de la silhouette d’un petit rouage de la grande machine économique. Même si on sait que des robots pourront un jour faire mieux, à cet égard, que les hommes, on gagne toujours du temps – sans espoir, mais l’avenir est un combat contre le déclin inéluctable, apparemment. C’est la philosophie dominante – Lovecraft l’avait, du reste. On subit la fatalité.

Pascal Décaillet: Le parti de l'étranger

Hallucinant communiqué du PLR suisse qui, face à la montée de l'idée protectionniste en Suisse, parle - c'est même son titre - de "peur irrationnelle de l'étranger". Il n'y a ni peur, ni absence de raison. Il y a, au sein du peuple suisse, la prise de conscience, parfaitement argumentée et rationnelle, de l'impérieuse nécessité de protéger d'abord les siens. Protections douanières pour éviter l'invasion de produits concurrentiels pour notre agriculture et notre viticulture. Rééquilibrage du marché intérieur par rapport aux exportations. Priorité aux PME de notre pays. Contrôle des flux migratoires, ce qui ne signifie pas fermeture des frontières. À cela s'ajoute le souci de cohésion sociale et de solidarité. Notre petit pays doit s'occuper de lui-même, quitte à se pavaner un peu moins à l'international. Il doit penser aux siens, à son peuple, en priorité. (...)

Hélène Richard-Favre: Ces Pères Noël qui ne sont pas des ordures

On peut dire et penser ce qu’on veut de la France, il en est une qui a du coeur. En témoignent ces deux associations bordelaises qui, chaque année pour Noël, s’organisent en faveur des enfants malades. (...) Ce qui ne sera pas le cas d’autres que les grèves priveront du service qui leur permet de voyager en toute sécurité, de 4 à 14 ans. C’est ainsi que 6’000 enfants et leurs familles auront à s’arranger autrement. Peut-être pas la fin du monde, diront certains. En effet, on peut dire qu’il y a pire. Cela n’empêche, la France n’est pas qu’un pays de râleurs et de revendicateurs. La France sait aussi se mettre au chevet d'êtres fragilisés.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.