«Pas de vacance pour les hannetons !»

Les blogs de la TribunePour Walter Schlechten, la politique n'est pas une branche en vacance. Son activité est bouillonnante.

Image: curchod

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Walter Schlechten. Alors que les vacances régissent nos journées pour le plus grand nombre, la vie tourne au ralenti. L’économie, les problèmes de transports, la culture, l’éducation, même la délinquance ne sont plus de véritables préoccupations, un calme précaire règne doucettement dans la République. Pourtant, cette année, il y a une branche qui ne chôme pas, qui n’est pas en vacance, qui n’a pas cessé son activité, elle s’est même démultipliée pour se répandre en rue et bientôt en nos boîtes-aux-lettres, c’est la politique. Année des hannetons oblige vous me direz. Sachant que les places sont limitées et que là les heureux élus vont en prendre pour cinq ans, il est normal que tous se bousculent déjà au portillon. Le plus impressionnant est la participation des ténors et de leurs lieutenants fidèles aux diverses manifestations. On les voit partout et ils ne se privent pas de répercuter l’information via les réseaux sociaux, le nouvel outil électoral. Ce que je regrette, c’est que cet investissement populaire apprécié laissera dès novembre place aux commissions, aux débats, aux travaux politiques, ceux-là même qui pourtant intéressent le peuple. Nos élus s’éloigneront alors de la rue, laissant la place à la vindicte médiatique et aux foudres partisanes qui apprécieront leurs actes. Il est malheureux que cette scission se produise, car le terreau du politique c’est justement la rue, le peuple, le contact, l’échange d’idées à travers le dialogue. (…) Battre le pavé pour être élu est une bonne chose, garder pieds sur ces mêmes pavés serait le gage que nos élus nous représentent au plus près de nos besoins, de nos réalités.

Fukushima, urgent : de l’eau irradiée en mer

Madeleine Scherb De nouvelles fuites d’eau hautement radioactive se déversent actuellement dans l'océan Pacifique à partir de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon. Pour le responsable de l’autorité nucléaire japonaise, Shinji Kinjo, le pays se trouve face à une situation d'urgence. Il explique que cette eau contaminée est en train de remonter vers la surface, dépassant les limites autorisées de l'écoulement radioactif pour se déverser dans l'océan Pacifique. Deux ans et quelques mois après la catastrophe nucléaire de Fukushima , le tsunami vécu en 2011, l'heure est aux mesures à prendre pour y remédier. Mitsuo Uematsu de l'université de Tokyo dit ne pas connaître pour l'instant l’origine des fuites d’eau radioactive. « Jusqu'à ce que nous connaissions la densité exacte du volume d'eau qui s'échappe, je ne peux pas honnêtement spéculer sur les conséquences pour la mer », a-t-il martelé.

L'UDC Genève est comme un appuie tête, elle protège !

François Velen (…) Pierre Maudet prend les idées de l'UDC et ses propositions aux sérieux et met en valeur les interventions avec son projet de vidéosurveillance aux Pâquis. Face à la criminalité ne cessant de pourrir les Pâquis, ça fait bientôt une décennie que l'UDC clame haut et fort qu'il devient urgent de sécuriser ce quartier avec plus de Gardiens de la paix et un système de caméras. Sécurité totale, dissuasion, interventions, punitions maximales, etc, doivent contribuer ensemble à la sécurité sociétale orienté vers l'intérêt de la communauté. Genève doit sans délai et dans l'intérêt de ses habitants, résidants légaux, et visiteurs, avoir une approche large de la sécurité et de la qualité de vie. Ce système de surveillance par la reconnaissance faciale sera indéniablement une meilleure compréhension des actes illégaux, et s'ouvrira vers une meilleure évolution sécuritaire de la société. Ainsi, ce système fera référence à l'identification immédiate et à l'analyse des causes potentielles de la criminalité et des conflits des communautés. La Police réagira non seulement aux problèmes après qu'ils se soient produits ou après qu'ils aient été signalés, et n'attendra plus que ça dégénère, mais elle interviendra de suite. (…) Voilà, ceci dit, Monsieur Pierre Maudet n'invente et n'innove rien du tout, l'UDC y a pensé bien avant.

Le Parc aux oiseaux Sandra Nicaud Il y a un lieu très sympathique à visiter en famille dans les Dombes. Depuis Genève, il faut compter environ 1h30 de voiture sans se dépêcher. C'est le parc aux oiseaux. Je vous conseille d'y aller à l'ouverture vers 9h30 car on a l'occasion de déambuler tranquille sans être incommodé par les chaleurs actuelles et de profiter d'un spectacle rare. Des oiseaux de différentes formes, couleurs et grandeurs comme des Condors, divers rapaces, des Grands Ducs impressionnants de sagesse, mais aussi des Manchots qui s'ébattent joyeusement dans un bassin que l'on peut admirer depuis dessous, les voir plonger chercher des poissons. Il y a aussi des oiseaux inconnus du Sénégal, des perroquets de toute sorte(…) Les oiseaux sont bien traités, la plupart étant nés sur place et donc habitués à l'homme, pas farouches pour un sou. Les chemins sont propres et bien entretenus ainsi que les cages, les volières ou leurs aires. C'est une occasion de découvrir ces espèces sans être un passionné de volatiles et de profiter de ce moment rare où l'on pense à autre chose que les horreurs que l'on lit dans les journaux. Elle est pas belle la vie?

Dépolitiser la désignation des juges – un leurre

Thomas Putallaz Il aura fallu une pleine page dans la TDG de ce jour pour disserter d’un sujet qui n’a aucun objet tant que le Grand Conseil est l’organe de désignation des juges. En effet, il faudra qu’on m’explique comment dépolitiser la désignation d’un juge alors même qu’in fine cette même désignation est de la compétence du Grand Conseil. Et il en va de même pour les personnes désignées par le Grand conseil dans les conseils de fondation des entités publiques. Vers une professionnalisation du travail des instances de préavis Quelles que soient les instances de préavis des candidatures aux fonctions de juge (conseil de la magistrature ou interpartis), ce qui me parait essentiel ici c’est que ces instances de préavis examinent les atouts et / ou les faiblesses de chaque candidature avec toute la rigueur attendue pour une fonction d’un tel gabarit. La professionnalisation de ces « recrutements » est, à mon avis, la seule manière d’assurer que les compétences priment sur l’affiliation à tel ou tel parti. Par professionnalisation, j’entends que les instances de préavis réalisent une évaluation des compétences (sur la base d’un portefeuille de compétences propre à chaque juridiction) pour garantir que la sélection est effectuée de manière transparente et objective. Charge ensuite au Grand Conseil de se déterminer, n'en déplaisent à ceux qui veulent dépolitiser le Grand Conseil.

Créé: 06.08.2013, 16h21

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...