Sylvain Thévoz: Dites-leur bien que nous sommes des hommes, pas des animaux

La revue des blogsEsther Hartmann: Pourquoi se lever ce dimanche. Houda Khattabi: Et les femmes dans tout ça? Andreas Dekany: Nouveau triomphe de Viktor Orbàn. Vincent Strohbach: Campagne tronquée. >Pascal Carlier: Pas de réplique russe...

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Sylvain Thévoz: Dites-leur bien que nous sommes des hommes, pas des animaux

(..) Un premier homme dit : "Je n'ai plus rien à perdre, c'est fini..." Que peut-on attendre de quelqu'un qui n'a plus rien à perdre ? Quoi qu'il fasse, il passera les trente prochaines années de sa vie derrière les barreaux. "... mais je veux vous montrer ma cellule". Hans, petit homme condamné à 20 ans, nous ouvre la porte de son monde 2x2. Il nous montre ses quatre mètres carrés et s'exclame : 15 ans que je suis là. 15 ans : une vie. Les livres sont partout, pour être lus ou soutenir un lit fragile. Au mur, des photos du Ché, de Tania, révolutionnaire allemande des années 60. Cadeau d'une amie avec laquelle il correspond depuis des années, un drapeau basque suspendu signifie la lutte solidaire pour toutes les minorités. (...) Les familles, souvent, pour des raisons de distance, de honte, d'argent, de peur, de colère, ne viennent plus visiter les leurs qu'elles ne considèrent plus comme tels. Reste les femmes souvent; les mères, les soeurs, surtout. Parfois la tentation de Dieu surgit. Celle de la violence ou de la mort, pour donner au vide une teinte accomplie, se réapproprier son histoire jusqu'à sa négation. Les grilles alors, ni même les cachetons, bien qu'ils aient pu jouer un temps cette fonction, ne suffisent plus à contenir l'angoisse intérieur. A se taper la tête contre les murs alors. L'enfermement dans l'enfermement. Alors, à la fin, tout est égal, s'aligne sur un même horizon. Quelle descendance rêver en prison, quelle suite? (...)

Esther Hartmann: Pourquoi se lever ce dimanche

(...) Je suis Verte, parfois de rage, et je suis candidate mais surtout je veux pour mon canton : Des transports publics à nouveau efficaces, Un environnement sain, Une économie raisonnée au service de ses habitants et habitantes. Une politique de subventionnement répondant aux réels besoins de la population, Une école inclusive et permettant l’insertion professionnelle de la majorité d’entre nous, Le développement de logements accessibles dans un environnement de qualité, avec le développement d’une agriculture urbaine, un système de santé pour tous, Le développement des crèches… Or que ce passe-t ’il depuis 5 ans : La diminution systématique des subventions aux associations ouvrant dans le domaine social, Le blocage de projets de lois liés à la construction de logement accessible, Le blocage de projets de lois liés au financement des crèches, Une mobilité détériorée, liée à des projets farfelus voire désuets qui font de Genève la risée du pays, Des projets de lois fiscaux injustes, Cela suffit ! (...)

Houda Khattabi: Et les femmes dans tout ça?

(...) Ce que l'on sait moins, c'est que même face aux maladies les femmes ne sont pas logées à la même enseigne que les hommes! Prenons l'infarctus du myocarde par exemple: Les symptômes connus sont une grande douleur à la poitrine avec irradiation dans le bras me direz-vous? Eh bien uniquement chez les hommes! Les femmes connaissent des symptômes bien plus discrets souvent attribués à une grande fatigue, mais ils sont moins connus car la plupart des essais cliniques n'incluaient jusqu'à présent que des sujets mâles, animaux y compris. Résultat: certains décès dus à une prise en charge deux fois plus lente des femmes admises aux urgences. Qu'elle soit professionnelle, médicale ou autre, l'inclusion de la femme dans le processus décisionnel doit devenir systématique, et pour cela un grand changement de mentalité s'impose. (...)

Andreas Dekany: Nouveau triomphe de Viktor Orbàn

(...) Le fait que le taux de participation ait été si élevé (près de 70%) apporte encore plus de légitimité à l’homme fort de la Hongrie. Il y a à mon sens deux raisons principales qui expliquent cette nouvelle victoire. Premièrement, le rôle de père protecteur de la nation, voire même de l’Europe, endossé depuis quelques années par Viktor Orbàn lui a clairement été favorable. Il y a quelques temps, l’hebdomadaire suisse allemand « die Weltwoche » avait d’ailleurs consacré sa une au Premier ministre hongrois, avec le titre suivant : « Orbàn Viktor, Verteidiger Europas » (défenseur de l’Europe). C’est exactement l’image qu’a actuellement Viktor Orbàn, non seulement en Hongrie mais également auprès de nombreuses personnes en Europe et même dans le monde. Ceci n’est évidemment pas pour lui déplaire, lui qui se voit avoir un destin international. La deuxième raison principale du succès de Viktor Orbàn est due à la faiblesse et à la division de l’opposition. (...)

Vincent Strohbach: Campagne tronquée

(...) Il apparaît, par conséquent, que l’assemblée constituante a erré lorsqu’elle a décidé d’instaurer une élection au conseil d’Etat à deux tours. En effet, non seulement nous nous retrouvons avec un premier tour qui ne sert pas à grand-chose mais en plus, celui-ci occulte totalement l’élection pour le Grand Conseil. Les médias traditionnels semblent, en effet, avoir décrété que la campagne pour le Grand Conseil n’était pas suffisamment vendeuse et que, par conséquent, seule l’élection des futurs conseillers d’Etat mérite une couverture médiatique digne de ce nom. Du coup, la plupart des partis et autres mouvements politiques n’ont pas d’autre choix que d’être présents sur les deux élections afin que leurs candidats au Conseil D’Etat servent de... produit d’appel. Peu importe si majorité d’entre eux n’ont ni les compétences, ni même le souhait de siéger au sein du collège exécutif, le but n’est pas de les faire élire mais juste d’assurer une visibilité minimum. C’est donc bien par rapport aux intérêts des médias que les partis politiques doivent aujourd’hui aménager leur campagne politique. Cela démontre, si besoin est, qui détient du pouvoir sur qui. Cette réalité apparaît d’autant plus regrettable que rien ni personne ne semble être en mesure de remettre en cause ce manque d’intérêt flagrant pour une élection pourtant ô combien essentielle. (...)

Pascal Décaillet: La France que nous aimons

La France n'a strictement rien à faire dans cette aventure. Deux siècles de politique arabe, intelligente et complexe, reposant sur la connaissance et le dialogue, ruinés par l'obédience atlantiste de Macron. La politique étrangère de la France doit se décider à Paris, pas à Washington, encore moins à New York. Que Mme May joue les caniches de la Maison Blanche, comme en 2003 Tony Blair, est une chose. Mais Paris ! (...) La France que nous aimons ne s'aligne pas servilement sur la cause des puissants. Elle a sa voix propre. M. Macron, en emboîtant le pas des faucons américains et de leur 51ème Etat, vous venez de commettre une faute politique. Avoir été l'assistant d'un philosophe ne saurait vous dispenser d'ouvrir des livres d'Histoire.

Pascal Carlier: Pas de réplique russe

(...) Je ne pense pas qu'on puisse raisonnablement tenter l'aventure d'une guerre contre la Russie après le printemps. En effet, la taille du territoire et la rigueur de ses hivers ont déjà maintes fois permis à la Russie de prendre un avantage stratégique décisif face à ses envahisseurs potentiels et ça serait pareil aujourd'hui. La seule chance de réussir une telle invasion, serait une guerre éclair lancée au printemps. Mais justement, le printemps est de retour, et avec lui la tentation d'une guerre frontale. Ainsi, je crains depuis longtemps un attentat de Sarajevo 2, à savoir une étincelle mettant le feu aux poudres d'une troisième guerre mondiale. Cette étincelle, tout porte à croire que les Occidentaux cherchent sans relâche une occasion de la provoquer. En effet, comment expliquer que la Syrie, ayant pratiquement gagné la bataille de la Ghouta, décide de franchir la ligne rouge fixée par les Occidentaux sans aucune justification stratégique ? N'est-il pas infiniment plus probable que les rebelles aient choisi de tenter de sauver leurs fesses en forçant les Occidentaux à intervenir ? Et ces derniers en feintant de ne pas voir cette manipulation évidente ne sont-ils pas complices ? (...)

Norbert Maendly: Le bal des faux culs, ça continue.

Macron joue à la guéguerre avec le cow boy. Il se fait filmer en chef des armées dans son blockhaus de l'Élysée, il ne pouvait nous la faire sans qu'il n y ai une vraie guerre. Erdogan en profite pour jouer les moralistes, lui qui bombarde les kurdes en Syrie sans que personne ne lui dise rien, lui qui a collaboré avec les barbares de Daech et qui veut nous faire croire qu'il n'y a pas eu de génocide arménien. La solidarité européenne reprend des couleurs grâce à ce prétexte peut être fallacieux selon d'autres sources. Mais ne nous y trompons pas les Européen de l'est ne suivent pas cette politique. Si la France et l'Allemagne sont les seuls vraiment armés dans cette Europe à la dérive ils sont aussi les plus islamisés et ça ne plait pas aux Européens de l'est qui souhaitent garder de bonnes relation avec la Russie.C'est une mauvaise pièce de théâtre que nous jouent les vieux acteurs de l’ancienne alliance dont la mise en scène venant d'Amérique ne plaît plus. (...)

Sylvie Neidinger: Violation du droit international par les anciennes puissances coloniales

(...) Ils ont perdu la main sur le destin de la région. La montée en puissance locale étant une donnée qu'ils n'avait pas intégré à leur scénario de départ en 2011. Les acteurs du bombardement jour se nomment "coalition internationale". Ils sont trois en fait. Dont deux , la France et le Royaume-Uni nostalgiques de leur période coloniale. Et les USA nostalgiques d'une Pax Americana mondiale qui ne fonctionne pas. Bis repetita. Aucune preuve n'a été apportée comme pour l'invasion de l'Irak par le président Bush, toujours illégale au plan juridique. Du coup, les acteurs commettent un acte de guerre illégal au plan du droit en dehors de l'ONU. Ils viennent de procéder à des bombardements comme un acte de communication. (...) (TDG)

Créé: 14.04.2018, 17h53

Articles en relation

Claude Bonard: François Hollande et les sarcasmes, les leçons du pouvoir

Blogs toujours Esther Alder: un abri estival accueille les sans domicile fixe. Sylvie Neidinger: Macron en silence sur le Protestantisme. Pascal Gavillet: Cannes 2018, la possibilité d'un nouveau départ. Edmée Cuttat: la 71e édition mise sur le renouvellement, l'Asie et Godard. Rodolphe Weibel: Une mise au point. Plus...

Olivier Perroux: Derrière un départ, une démocratie qui se meurt

Christophe Ebener: Pourquoi les pêcheurs s’opposent aux seabubbles. Alexandre de Senarclens: Ne perdons pas de vue les enjeux immédiats. Sylvain Thévoz: A quoi ressemblera votre vie si la droite gagne dimanche? Jean-Noël Cuénod: La faute de l’abbé Macron Plus...

Rémi Mogenet: Accidents évolutifs

La revue des blogs Daniel Warner: The US and Russia. Sylvie Neidinger: Macron, chef des dieux fait la paix avec l'Eglise. Jean Batou: La démocratie genevoise est-elle soluble dans l’argent trouble ? Pascal Décaillet: Soixante-huitards, passez votre chemin ! Plus...

Charly Schwarz: Partitocratie contre Démocratie, les 4 tares

Blogs à lire Djemâa Chraïti: Alléluia, les Réverbères de la Mémoire sont là ! Jacques-Simon Eggly: Aux urnes citoyens! Edméee Cuttat: "Fortuna", une histoire d'amour et de survie sur fond religieux et politique. Magali Orsini: Une campagne avec l'argent des autres. Claude Bonard: Quel sens donner à nos publications sur les réseaux sociaux ? Plus...

Maurice-Ruben Hayoun: La Shoah à l’Est, regards d’Allemands

La revue des blogs Sylvain Thévoz: La démocratie s'achète-t-elle? Jean-Philippe Accart: La vie sur abonnement. Mauro Poggia: Chômage en baisse en mars 2018. Pascal Décaillet: Le dogme libéral mérite des contrepoids. Hélène Richard-Favre: Un film, un livre, la prière en question Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Français envisagent le référendum d'initiative citoyenne
Plus...