Sylvain Thévoz: 5 minutes pour la démocratie

A vos logs!Antoine Vielliard: Les pays qui n'ont que des intérêts n'ont plus d'amis. Olivier Emery: Les abeilles ne butinent pas les fleurs en plastique. Marko Bandler: Genève, de la guerre fiscale à l’enfer social ? Manuel Alonso Unica: Les gentils politiciens.Cédric Segapelli : Ikeido Jun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Sylvain Thévoz: 5mn pour la démocratie

(...) Parfois une réponse fuse : je n'ai pas le temps. Pas le temps, ou pas l'envie, ou pas la force peut-être. J'y vois également une forme de politesse. Plutôt que de dire je ne partage aucune de vos idées... ou : j'en ai rien à foutre, il est certes en effet plus poli, plutôt que de dire qu'il ne sert à rien d'en discuter, que le temps manque. Une forme de fatalité quoi. Pourtant, ne pas partager les mêmes idées ne devrait pas empêcher d'en débattre. Et s'opposer à une proposition ne pas renoncer à évoquer celle-ci. Les fronts ne sont pas figés. C'est vrai que changer d'idées peut demander de la souplesse et une forme d'ouverture. Une remise en question aussi. Et cela va dans les deux sens. Pour celui qui interpelle autant que pour celui qui est interpellé. Parfois l'intérêt manque, tout simplement. Pourquoi? Je reviens à ma question de départ : combien de temps mets-tu chaque jour pour la démocratie ? Certes, le prochain bus n'attend pas, ni l'achat d'une nouvelle paire de chaussures. Mais au final, si tu ne t'occupes pas de la politique elle se charge de toi. La petite machine du chacun pour soi avance, avec un côté frénétique et doux, suave comme un capitalisme consumériste. Un oeil sur son téléphone portable, un autre sur son porte-monnaie, et au final une société drôlement louche. (...)

Antoine Vielliard: Les pays qui n'ont que des intérêts n'ont plus d'amis

C'est avec surprise que j'ai constaté des élus de parti gouvernementaux suisses reprendre à leur compte cette citation de Christophe Blocher : "Les pays n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts". Le comble d'un cynisme assumé. Pour ma part, je constate avec regret, qu'à force de ne défendre que ses intérêts, la Suisse compte de moins en moins d'amis et se retrouve sur des listes grises. Lorsque la Suisse utilise à plein tous les avantages que lui procurent les accords bilatéraux en matière de financement de sa recherche, d'accès aux marchés européens, mais se montre aussi parcimonieuse dans l'application des contreparties en matière de libre circulation ou de contribution à la solidarité européenne, manifestement la Suisse défend strictement et exclusivement ses intérêts plutôt qu'une conception la coexistence pacifique entre les pays de notre continent commun. Il n'est alors pas étonnant que l'Union Européenne soit de plus en plus ferme dans la certification des bourses suisses. Lorsque la Suisse bénéficie des jugements de la cour européenne de justice à l'encontre des pays européens… Lorsque Genève admet au travers de la signature du premier projet d'agglomération qu'elle a la responsabilité de construire 2500 logements par an… Lorsque Genève met en place une discrimination active de ses résidents installés en France…

Olivier Emery: Les abeilles ne butinent pas les fleurs en plastique

Dimanche 4 février. Une foule cosmopolite typiquement genevoise remplit l'une des grandes salles de Palexpo. Paisibles et joyeux, enfants, parents et aînés sont au rendez-vous. Ayant honoré les présences d'un représentant des églises catholique et protestante, le peuple évangélique de Genève entonne avec ferveur des chants de louange à l'Eternel. Le pasteur Peterschmitt de Mulhouse prêche avec autorité, humour et humilité la Parole de Dieu. (...) Point de vernis religieux. Point de philosophie théologico-humaniste. Point de compromis frelaté avec les pensées mondaines en vogue qui appellent le mal bien. Mais une foi joyeuse, audacieuse qui bénit notre entourage. Des fleurs vivantes qui produisent du miel. On a jamais vu des abeilles butiner des fleurs en plastique.

Marko Bandler: Genève, de la guerre fiscale à l’enfer social ?

Les thématiques de campagne varient sensiblement d’une élection à l’autre. Lors des cantonales de 2009, on se souvient que c’est la problématique de la sécurité qui avait tenu le haut du pavé. En 2013, ce sont les frontaliers qui faisaient l’objet de toutes les attentions. En 2018, il semble bien que l’enjeu principal de l’élection sera la question de la fiscalité. Il y a évidemment PF17, successeur de la malheureuse RIE3, renvoyée à l’expéditeur tant par l’électorat genevois que fédéral. Mais il y a aussi la pression politique mise par le PLR, qui souhaite une baisse d’impôts généralisée de 5%, ou par le Parti socialiste, qui souhaite abolir le bouclier fiscal dont bénéficient les plus fortunés. (...) Se priver de 300 millions de francs, dans le contexte social et économique actuel, est une pure hérésie. (...)

Alfonso Gomez: "Le cyclisme est un humanisme"

Saviez-vous que sur une piste cyclable de 2.3 mètres, séparée de la circulation automobile, vous déplacez 5'900 personnes par heure alors qu’en voiture vous n’atteignez que 1'300 personnes en période de trafic fluide ? (...) En 1969, seulement 9% de la population de Copenhague se déplaçaient à vélo. En 2015, 41%, des 580'000 habitant-e-s se rendaient à l’école ou au travail en vélo. Pendant ce temps à Genève, la mobilité douce progresse trop peu : les points-noirs et dangereux pour les cyclistes ne diminuent pas, l’augmentation de pistes cyclables sûre est insuffisante, la densité des déplacements motorisés créent une atmosphère d’insécurité, voire d’agressivité entre les différents usagers et usagères de l’espace urbain. (...) Selon Marc Augé, anthropologue, « Le cyclisme est un humanisme et il ouvre à nouveau la porte du rêve et de l’avenir ». Se déplacer en vélo change notre rapport au temps, à l’espace, aux autres, à la sécurité et à notre propre corps. Tout un programme !

Manuel Alonso Unica: Les gentils politiciens

(...) Etant donné que ce sont les politiciens au pouvoir qui prennent la décision de collaborer avec les acteurs de la vie civile, ces personnes qui ne reçoivent pas d'aide financière de l'état ne devraient-ils pas, pour survivre, se mettre à courtiser le même "cercle de personnes politiques liés entre-elles par les intérêts personnels" ? Juste un hic, peuvent-ils être sûr qu'ils seront acceptés par le club ? qu'ils seront soutenus au travers de subventions pour la réalisation de prestations ("à fort besoin de subvention") ? Eh bien non. On peut lécher les bottes de certaines personnes sans être récompensé en retour ! Il faut dénoncer et faire de sorte de ne plus supporter les dérives des politiciens qui utilisent, directement ou indirectement, les deniers publics pour leur intérêt, voir l’intérêt d'un cercle restreint (contraire à l’intérêt collectif) ! Ces politicien-ne-s parlent bien, s'expriment bien, ils sont médiatiques et prétendent avoir effectué un bon bilan. Tout pour plaire. (...)

Cédric Segapelli : Ikeido Jun

Comme je vous l’avais promis en ce début d’année, il m’importait de me tourner davantage vers la littérature noire asiatique afin de me laisser surprendre par les nouvelles perspectives d’un genre particulier que les auteurs de ces contrées lointaines abordent avec un regard bien différent de celui que peut nous offrir nos romanciers occidentaux. Ainsi, le monde de l’entreprise a fait l’objet, dans nos régions francophones, de nombreux romans noirs pointant disfonctionnements managériaux et autres disparités sociales tandis qu’au Japon, Ikeido Jun aborde le thème en empruntant des éléments narratifs propres aux thrillers et aux récits d’aventure avec un roman intitulé La Fusée De Shitamachi qui nous entraîne dans le sillage d’une PME nippone de pointe de l’arrondissement d’Ôta à Tokyo, devant faire face à une concurrence aussi féroce qu’impitoyable. (...)

Hélène Richard-Favre: On se demande où est l’inénarrable...

Le Midi Libre rend compte de la cérémonie de commémoration du 75e anniversaire de la bataille de Stalingrad organisée à Montpellier. Il faut lire le ton sur lequel l’article est présenté et intitulé. Entre condescendance et mépris, l’émotion qui s’est emparée du journaliste a dû être conséquente pour que l’événement qui s’est tenu le 2 février, soit évoqué à plusieurs reprises en date du 2 janvier. Et ce même intense état émotionnel a dû tout autant saisir la rédaction du journal qui n’a pas même relevé ce qui aurait pu être pris pour une coquille mais qui, dans le contexte, trahit tout le respect porté à l’Histoire et à la mémoire du sang versé. Il s’agit juste de celui de quelque vingt-cinq millions de Soviétiques, pas de quoi, sans doute, s’en laisser conter...

Joseph Daher: Ankara lance une nouvelle guerre contre les Kurdes

Depuis le 20 janvier 2018, l'armée turque assistée par des milices à la solde de la Turquie de l'opposition armée syrienne, en grade majorité des forces conservatrices islamiques et réactionnaires, a lancé une offensive aérienne et terrestre à grande échelle, baptisée «Opération Rameau d’olivier» sur la province d'Afrin située au nord-ouest de la Syrie avec une population majoritairement kurde contrôlée par Parti de l'Union Démocratique (PYD) et ses Unités de Protection du Peuple (connus sous les noms des YPG). Environ 150 civils (Kurdes, Arabes, Arméniens et autres) ont été tués depuis le début de l'opération et de nombreuses destructions ont été causées par les bombardements de l’aviation turque. (...) La responsabilité de l’opposition syrienne de l’Etilaf, dominée par les forces libérales et islamiques conservatrices, portent une responsabilité importante dans l'opération militaire contre Afrin et les crimes quotidiens qui y sont commis. Ils ont appelé à une intervention militaire turque depuis longtemps et ont encouragé le chauvinisme arabe et le racisme contre les Kurdes, tout en justifiant et soutenant même la présence de mouvements islamiques fondamentalistes. (...) (TDG)

Créé: 05.02.2018, 15h36

Articles en relation

Pascal Holenweg: Il y a cent ans, la Grève Générale

Blogs en vue Djemâa Chraïti: La plus grosse bombe de Unabomber. Gérard Meyer: La tentation fasciste du parti républicain. Jean-Dominique Michel: La Cohérence est la voie... Mireille Vallette: Ramadan selon "Christelle". Marie-France de Meuron: A quand une médecine écologique ? Plus...

Jean-Noël Cuénod: Société de la haine et de la hargne

La revue des blogs Claude Bonard: Projet de loi polonais sur la Shoah. Pascal Gavillet: Un astéroïde va-t-il percuter la terre le 4 février ? Didier Bonny:« Pentagon Papers »: globalement décevant. Edmée Cuttat: "Les Tuche 3", une calamité d'une vulgarité abyssale Plus...

Aristos Marcou : Cigarette électronique, arrêtez de publier n’importe quoi

Bonne cuvée de blogs Daniel Warner: Critique of Star Gazing. René Longet: Rattraper le retard ferroviaire genevois? Philippe Meyer: Pact'Air ou Pas d'Air ? Anne Cendre: Le coup de la bétonneuse. Thomas Wenger: Luc Barthassat, la politique du tout et son contraire... Plus...

John Goetelen: Mort d’Alexia : il n’y a qu’une victime

La revue des blogs Béatrice Deslarzes: Une fausse voie. Rolin Wavre: La Suisse injustement traitée. Natacha Buffet: GEM (ou pas!) Vincent Schmid Images pas neutres. Pascal Décaillet: Le journalisme sera local, ou ne sera pas. Edmée Cuttat: Le dernier Woody Allen. François Baertschi Le PLR a fait exploser les coûts de la santé Plus...

Didier Bonny: Coupes budgétaires en Ville: une votation encore utile?

La revue des blogs Mireille Vallette: La valse du PDC sur le voile à l’école. Pascal Holenweg: Initiative "antiburqa" : vers un contre-projet indirect. Claude Bonard: Les boiseries du château de Zizers au Musée d'art et d'histoire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...