Passer au contenu principal

Vie de couple: de l'art de réussir sa rupture

On ne se sépare plus aujourd'hui comme au Moyen Âge. En cause, les codes socioculturels. Exemples avec des célèbres couples de l'époque.

«La séparation était d’abord un affront social qui offensait et salissait l’honneur d’un clan et d’une famille avant d’être une souffrance intime. Alors qu’aujourd’hui, comme on attend tout de l’amour, une rupture est souvent ressentie comme traumatisante!»  Sabine Melchior-Bonnet
«La séparation était d’abord un affront social qui offensait et salissait l’honneur d’un clan et d’une famille avant d’être une souffrance intime. Alors qu’aujourd’hui, comme on attend tout de l’amour, une rupture est souvent ressentie comme traumatisante!» Sabine Melchior-Bonnet
Unsplash

Lire une époque et la décrypter par le prisme de la rupture amoureuse? L’idée peut paraître saugrenue. Elle ne l’est pas, comme le démontre superbement l’historienne Sabine Melchior-Bonnet dans son essai Les revers de l’amour (Ed. PUF). Portraits de couples emblématiques à l’appui, la pétillante spécialiste de l’histoire des sensibilités montre que les raisons et la manière de se séparer, qui varient beaucoup dans le temps, reflètent les codes culturels, religieux, sociaux et juridiques de la période à laquelle la désunion se produit.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.