Passer au contenu principal

Les tactiques parallèles de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon

Les extrêmes politiques se rejoignent, dit-on. Jean-Noël Cuénod, correspondant de la Tribune de Genève à Paris, démontre les similitudes entre les stratégies de la gauche et de la droite dures.

Jean-Luc Mélanchon et Marine Le Pen
Jean-Luc Mélanchon et Marine Le Pen
Keystone

Jean-Noël Cuénod. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont en commun la véhémence. Aujourd’hui, c’est ainsi que l’on fait de la politique en France et aussi ailleurs, à ouïr nos «grandes gueules» de l’UDC en Suisse et du MCG à Genève. Il est vrai que vociférer des imprécations est un exercice nettement moins épuisant pour les cervelles politiciennes que de réfléchir à une situation sociale et économique diablement compliquée par la société globalisée. Les deux figures françaises des extrêmes de droite et de gauche partagent une autre similitude: elles déploient la même tactique vis-à-vis de leurs grands voisins idéologiques. Leurs objectifs sont parallèles: Marine Le Pen cherche à démolir l’UMP et Jean-Luc Mélenchon veut en faire de même à l’égard du Parti socialiste. S’ils lancent leurs assauts maintenant, c’est que la calamiteuse situation des deux formations de gouvernement les y engage.

Rêves en rade

Christina Meissner. La plage des Eaux-Vives ? Je me rappelle très bien de cette première séance en 2009, en tant que députée au Grand Conseil face à un conseiller d'Etat, tongs à la main! Mémorable moment bien lointain. La plage à Robert, alias Bobby plage, est toujours en rade à cause d'un recours du WWF. On peut s'en lamenter, ou au contraire s'en réjouir. Peut être qu'après tout, ce recours a permis de prendre le temps nécessaire à l'initiative UDC sur la traversée de la rade d'aboutir. Si le peuple dit oui, les travaux pourront être combinés et leurs coûts réduits. Plutôt que de faire et défaire, pour une fois que l'on pourrait faire d'une pierre deux coups et joindre l'utile à l'agréable. A Genève, ce serait plutôt novateur comme démarche ! Nos finances ne s'en porteraient que mieux et ça ce n'est pas du luxe!

Logement, un peu de poudre aux yeux

Charles Piguet. La semaine dernière, le conseiller fédéral Ammann a présenté son plan d’action pour améliorer la situation en matière de logement. (…) Pour un Genevois qui réalise au quotidien la difficulté des jeunes et des familles à se loger dans notre canton, les mesures ne convainquent pas. (…) Soyons clair: le problème est quantitatif. Avec un taux de vacance de 0,33% pour 220'000 logements, on voit mal comment de telles mesures pourraient avoir une chance de stabiliser ou de faire baisser les prix. Seule une augmentation de l’offre à long terme peut avoir un effet durable sur les loyers sans ruiner les collectivités, et cela passe par un certain nombre de réformes législatives au niveau cantonal.

Les votations arrivent. Profitez, on rase gratis...

Bertrand Buchs. On va faire des nouveaux trams avec de nouvelles routes. En site propre. Rapides, efficaces, tout le monde sera content. Les automobilistes, les usagers des transports publics. Mais dans le même temps pour plus d’aménagements, on fera avec moins et sur plus d’années. Donc les promesses ne seront pas tenues, ne pourront pas être tenues. Mais, on s’en moque, c’est juste pour la galerie. Après octobre, on redeviendra sérieux. Vous allez voter sur une traversée de la rade. Livrable en 6 ans. Alors que n’importe quel projet de construction de logements met en moyenne 10 ans pour débuter! Et ce n’est pas mentir? 600 millions, super bon marché. Et ce n’est pas mentir? Ne vous faites pas de soucis, après les élections on redevient sérieux. Promis, juré.

Voulez-vous gagner des millions avec le PLR?

Pierre Weiss. Voulez-vous gagner des millions? Cette phrase n'est pas que le slogan d'un jeu télévisuel sur TF1 depuis l'an 2000, mais pourrait devenir réalité pour les citoyens suisses, peut-être même dès l'an prochain. Il faudrait et suffirait pour cela que le projet d'initiative parlementaire né dans le cerveau du conseil national PLR Hugues Hiltpold visant à diminuer l'impôt fédéral direct (IFD) de 10% à 15% soit accepté par les Chambres fédérales. Un projet qui ne pourrait que séduire la droite du Palais fédéral, et pas nécessairement effrayer sa gauche. (…) Coupons le cou d'ores et déjà à l'objection consistant à dire que cette diminution de l'IFD démantèlerait l'Etat: les recettes prévues pour 2016 par la Confédération sont de 71,4 milliards, soit 9,1 milliards de plus qu'en 2012! Une restitution à la classe moyenne de l'ordre d'un milliard ne serait que l'expression de justice sociale et d'efficacité économique en une seule décision!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.