Elle redonne vie aux vieux sièges

Tribune des artsDans sa sellerie de Vernier, Anne Ponthenier redonne de l’éclat aux intérieurs de voitures et de bateaux usagés.

Anne Ponthenier a créé AP Sellerie à Vernier en 2010.

Anne Ponthenier a créé AP Sellerie à Vernier en 2010. Image: Nicolas Dupraz

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Devenir sellière, c’est un défi qu’Anne Ponthenier s’est lancé sur le tard. «J’avais 25 ans, j’étais à la fac, mais je cherchais toujours ma voie. Mon beau-frère, sellier, m’a demandé de lui donner un coup de main sur le chantier d’un bateau. On a travaillé dans un port au soleil, c’était la belle vie», confie l’entrepreneuse. Séduite par cette première expérience, elle se lance alors dans une formation de sellière chez les Compagnons du devoir en France. Après un premier emploi auprès d’un patron à Lyon qui lui «a tout appris», Anne atterrit chez Citroën où elle travaille sur l’élaboration des sièges de la nouvelle C4. «C’était super, mais après trois années passées sur la même pièce, j’avais besoin de changer.»

Avec une utilisation intensive, il faudra changer le tissu tous les 5 à 10 ans, mais pour une voiture de plaisance, c’est reparti pour une vingtaine d’années!

L'apprenti Yann fixe le cuir sur la table de travail à l'aide d'épingles avant de réaliser des coupes

Elle vient alors s’installer dans la région de Genève où elle trouve un travail auprès d’un constructeur de jets privés. Elle y fabrique les intérieurs luxueux des Falcon, des avions privés réservés à l’élite. Un emploi enrichissant, mais dans lequel la sellière regrette le manque de contact avec les clients. Elle décide alors de se lancer à son compte et crée en 2010 son entreprise AP Sellerie, établie dans la région de Vernier. Elle y fait du travail sur mesure, majoritairement pour des clients privés, mais également pour la commune de Vernier, en rhabillant les sièges des voitures de police ou des camions de pompiers. «Avec une utilisation intensive, il faudra changer le tissu tous les 5 à 10 ans, mais pour une voiture de plaisance, c’est reparti pour une vingtaine d’années!»

On travaille à la manière d'un tailleur. On prend les mesures, on fait les chablons puis on coupe.

Si aujourd’hui, le gros de son travail consiste à réaliser les aménagements intérieurs de véhicules ou de bateaux, Anne peut également être amenée à travailler sur des pièces plus rares comme des selles de vélos ou de motos, des sièges d’hélicoptère ou des meubles, à l’image de cet ancien fauteuil Eames. «J’ai également fabriqué un étui sur mesure pour un entrepreneur qui lançait un modèle de cigarette électronique», se souvient l’artisane.

Alène, marteau, équarisseur ou demi-lune, le sellier peut avoir recours à divers outils pour réaliser son travail

Tailleur pour automobiles

Mais concrètement, comment ça se passe, le rhabillage d’un siège? «On travaille à la manière d’un tailleur. On prend les mesures, on réalise les gabarits, ou chablons, qui nous permettent ensuite de faire les coupes dans le cuir. On assemble le tout à la machine à coudre et on enfile», résume la créatrice. Mais parfois, c’est toute la mousse de l’assise qui doit être rehaussée ou creusée, selon l’usure. Dans ces cas-là, Anne découpe la forme du siège dans des plaques de mousse pour reformer l’assise. «Tout est tracé, coupé et cousu ici», tient-elle à préciser.

Fondée il y a huit ans, AP Sellerie est une affaire qui roule. Au point qu’en septembre, Anne a pu prendre sous son aile un jeune apprenti. Une formation bénéfique à tous les deux, puisque si elle forme Yann à son futur métier, elle permet à Anne de revoir des techniques et des outils peu utilisés au quotidien. À l’image de ce demi-lune, emblème du sellier, destiné à la coupe des cuirs, mais dont elle s’est très peu servie jusqu’ici. «La seule fois que je l’ai eu en main, je me suis coupée», plaisante l’artisane optant plutôt pour une paire de ciseaux ou un cutter.

La reconnaissance du travail bien fait, voilà ce qui fait vibrer Anne Ponthenier au quotidien: «Quand un client m’emmène faire un tour dans sa voiture de collection ou son jet privé pour me remercier, ce n’est que du bonheur.»

AP Sellerie, 49, route du Nant-d’Avril à Vernier. Tél. +41 78 890 97 74. www.aponthenier.com

Retrouvez plus d'article de Tribune des Arts, qui sortira le 8 juin, dans la Tribune de Genève. (Tribune des Arts)

Créé: 17.05.2018, 10h01

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet président du Conseil d'Etat
Plus...