Passer au contenu principal

Nouvelle grosse saisie d'ivoire au port de Mombasa

Près de 3,3 tonnes d'ivoire ont été saisies dans un conteneur destiné à la Malaisie. Les défenses d'éléphant étaient dissimulées dans une cargaison d'arachides.

ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION, Keystone

Les autorités kényanes ont saisi lundi au port de Mombasa près de 3,3 tonnes d'ivoire dans un conteneur destiné à la Malaisie, a annoncé mardi le Service de la Faune sauvage kényane (KWS). Les défenses d'éléphant étaient dissimulées dans une cargaison d'arachides.

L'origine de l'ivoire n'a pas été déterminée dans l'immédiat, a indiqué Paul Mbugua, porte-parole du KWS. Cette saisie intervient moins d'une semaine après celle de 1,5 tonne d'ivoire, découvert lui aussi à Mombasa, dans un conteneur provenant d'Ouganda et destiné, déjà, à la Malaisie.

En janvier, les autorités kényanes avaient saisi 3,8 tonnes d'ivoire à Mombasa, provenant de Tanzanie et à destination de l'Indonésie. Les autorités malaisiennes avaient de leur côté saisi, en décembre 2011, 15 tonnes d'ivoire dans des conteneurs embarqués à Mombasa à destination du Cambodge.

Les experts estiment qu'un kilo d'ivoire se vend autour de 1500 euros (1865 francs) au marché noir, ce qui permet d'évaluer la valeur de la cargaison saisie lundi à environ 5,25 millions d'euros.

Pire niveau pour le braconnage

Le commerce de l'ivoire est, à quelques exceptions près, interdit depuis 1989, mais la contrebande très lucrative de défenses d'éléphant est en forte hausse ces dernières années. Elle est alimentée principalement par la forte demande en Asie et au Moyen-Orient, où l'ivoire est utilisé en médecine traditionnelle et dans la fabrication d'objets décoratifs.

Plus de 25'000 éléphants d'Afrique ont été braconnés en 2012, selon les estimations de la Cites (Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction). Celle-ci estimait en juin 2012 que le braconnage des éléphants était à son pire niveau depuis une décennie. Le volume des saisies d'ivoire enregistrées aurait atteint celui de 1989, date d'interdiction du commerce mondial de l'ivoire.

L'éléphant d'Afrique est inscrit sur la liste des espèces menacées de la Cites: sa population actuelle est estimée à environ 472'000 individus, après être tombée à 600'000 dans les années 1980 contre plusieurs millions au milieu du XXe siècle.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.