Le masque des Femen tombe

Revue des blogsLe blogueur John Goetelen pointe le doigt sur des dérives sectaires et martiales, observées au sein du mouvement de protestation féminin originaire d'Ukraine.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

John Goetelen. La presse aime avoir sa dose de cul et le groupe des «Femhaine» la lui donne. En échange la complaisance de certains médias à les montrer et à faire gonfler la bulle de ce groupuscule est sans limite. La complaisance de la justice et des autorités également. Cela va peut-être changer: le vrai visage des Femen apparaît sous le masque blond. L’une des Antigones, Iseul, a infiltré les Femen pendant deux mois. Elle s’est glissée dans la peau d’une activiste, avec une page Facebook faite pour. Cela a marché: les Femen l’ont acceptée sans discuter. Ce qu’elle rapporte est moins glamour que les seins des activistes. Elle a accordé une interview à Valeurs Actuelles: «On court en rond en criant des slogans comme «Pope no more», «In gay we trust» ou «Topless Jihad!», raconte-t-elle. On fait des pompes, des abdos. On apprend aussi comment obtenir des photos spectaculaires.»

Dépenser l'argent de la route, mais où?

Alexis Roussel. Des 3 initiatives lancées par le parti des automobilistes, c'est la seconde sur le financement qui est très intéressante. Mais elle a la faiblesse de poser la problématique à l'envers. Les initiants veulent que les taxes résultant de l'activité routière ne soient affectées qu'à la route, et au développement de l'infrastructure. Ils ne souhaitent donc que privilégier la voiture au détriment des transports en commun. La vraie question est: comment voulons nous développer des transports publics durables si ceux-ci sont financés par la route? Cela voudrait dire que si notre politique d'incitation à les utiliser permet de réduire l'utilisation de la voiture, moins d'argent sera disponible pour les transports publics. Il faut donc découpler les taxes de la route et le financement des transports publics. Le financement doit trouver une logique liée à son utilisation. (…) En comparaison, on ne peut pas financer le système de santé avec les taxes sur les cigarettes.

La Suisse n'est pas gouvernée. Elle n'est qu'administrée

Mauro Poggia. C’est Olivier Feller, conseiller national vaudois (PLR), qui a mis le doigt sur l’incroyable impéritie de celles et ceux à qui nous avons confié les destinée de notre pays. Ainsi, ayant déposé le 13 mars dernier une motion visant à obtenir un document didactique et accessible au grand public, comportant les données actuelles et comparatives des régimes fiscaux appliqués dans certains pays au moins aussi attractifs que le nôtre, il s’est vu gratifié d’une réponse qui laisse pantois. Le Conseil fédéral nous apprend qu’il n’a tout simplement RIEN à disposition sur ce sujet, au motif qu’il serait difficile d’avoir une connaissance précise des pratiques fiscales en cours à l’étranger… En d’autres termes, le Conseil fédéral, le DFF, madame Evelyne Widmer-Schlumpf et le Groupe d’experts discutent avec les gouvernements étrangers, ou préparent les stratégies d’avenir de la place financière suisse, sans même disposer d’un document de travail élémentaire détaillant la pratique fiscale de nos détracteurs.

Liste noire, y'en a marre

Thomas Veillet, alias Morning Bull. Nous avons tous vu qu'hier une «nouvelle liste noire» a été publiée par l'aide française au développement. Selon le gouvernement de sa majesté Flamby, dorénavant l'aide française au développement français ne passera plus par les établissements bancaire de ces pays : le Botswana, Brunei, le Guatemala, les Iles Marshall, le Liban, Montserrat, Nauru, Niue, les Philippines, le Costa Rica, la Dominique, les Emirats arabes unis, le Liberia, Panama, Trinidad et Tobago et Vanuatu et la Suisse... Selon un sous-ministre de tutelle à deux balles, «c'est une question de cohérence, on ne veut plus travailler avec les pays qui ne sont pas conciliant»... Alors je tenais à dire tout d'abord que si l'on veut jouer les pourfendeurs du système, il serait bon d'être objectif... Pourquoi ne pas y mettre également les USA, Monaco, le Luxembourg, la Hollande, Jersey ? Personnellement j'adore la France en tant que pays et quand j'y vais, je respecte leurs lois, leurs façons de faire, leurs limitations de vitesses, je paie leurs péages... Pourquoi ce besoin de donner des leçons alors que tout ce qu'ils ont à présenter comme bilan c'est de la daube?

Chère cigarette électronique

Michel Amaudruz. Chère cigarette électronique, tes amis, les fumeurs, voyaient en toi un remède à leur vice abominable et honni. Qu’ils ne rêvent pas. Outre-Salève, l’affaire Cahuzac et le mariage pour tous ne font plus le plein de la recette médiatique ! C’est aussi, aujourd’hui, ton mauvais exemple, nocif, qui emballe le débat. Tu trépignes. Jusqu’où ira-t-on dans le frein au libre arbitre de tes fans que l’on veut protéger contre l’appauvrissement de leur discernement ! Chez nous, il est vrai, plusieurs cantons ont trouvé une solution raisonnable. J’espère que nous suivrons leur exemple.

Créé: 30.05.2013, 12h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Matin et 20 Minutes regroupés
Plus...