Un enseignant viré pour avoir défendu la cause des gays

RussieUn enseignant russe a annoncé lundi qu'il avait été licencié de son poste dans une école prestigieuse de Moscou pour avoir manifesté contre une loi anti-gays.

Les militants homosexuels sont très mal vus en Russie.

Les militants homosexuels sont très mal vus en Russie. Image: ARCHIVES/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'enseignant avait participé à un mouvement de protestation contre un projet de loi anti-gays à l'étude au parlement.

«J'ai été renvoyé de l'école où je travaillais depuis sept ans», écrit sur son site Facebook Ilya Kolmanovsky, un professeur de biologie et lauréat d'un prix, qui enseignait à l'«Ecole No. 2», un établissement prestigieux de Moscou mettant l'accent sur les mathématiques et les sciences.

Son renvoi soudain en plein milieu de l'année scolaire fait suite à sa participation à une manifestation vendredi contre un projet de loi fédérale, qui punit les auteurs de tout «acte public» faisant la promotion tant de l'homosexualité que de la pédophilie auprès de mineurs.

L'enseignant a eu une altercation avec des militants anti-gays qui «chantaient des chansons religieuses» et l'ont identifié avant de réclamer son renvoi au directeur de l'école. Ce dernier «m'a dit lundi qu'il me licenciait pour sauver son établissement», écrit-il.

Maladie mentale jusqu'en 1999

«Je ne blâme pas le directeur, il sait mieux à qui il a à faire», dit le professeur qui a reçu en 2011 un prix prestigieux d'une des plus importantes fondations de Russie pour son enseignement.

Malgré les protestations, la Douma (chambre basse du parlement) a voté vendredi en première lecture la loi introduisant des amendes pour toute «propagande gay» en public. Selon ses critiques, le texte formulé de manière très vague vise avant tout à rendre la communauté gay invisible.

Les militants homosexuels sont très mal vus en Russie. L'homosexualité y était considérée comme un crime jusqu'en 1993, et comme une maladie mentale jusqu'en 1999, bien après la chute du régime soviétique en 1991.

Les gay pride qu'ils essaient d'organiser depuis 2006 sont régulièrement interdites par les autorités et dispersées sans ménagement par la police. (ats/afp/nxp)

Créé: 28.01.2013, 20h22

Caricatures

Les insectes débarquent dans nos assiettes
Plus...