Un hôtel de luxe propose une expérience dans un bidonville

Afrique du SudUne chaîne hôtelière de luxe propose à ses clients de dormir pour plus de 80 dollars dans une cahutte afin de vivre une véritable expérience sud-africaine. Tollé dans les médias.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le concept proposé par un hôtel de luxe en Afrique du Sud fait un tollé. Buks Westraad, propriétaire d'Emoya Hotel & Spa, propose à ses clients de séjourner dans un «faux» bidonville, révèle Le Monde. Objectif? Vivre une véritable expérience sud-africaine.

Dans un pays où 12 millions de personnes vivent dans de vrais bidonvilles, le concept fait hurler. D'autant plus qu'une cinquantaine de clients fortunés se sont déjà inscrits pour dormir au «Shanty Town», soit dans des cahutes de tôle ondulée.

Bidonville connecté au web

«Faites l'expérience d'une nuit dans un bidonville, sans risque pour votre sécurité», vante la campagne de communication de l'enseigne, avant de préciser : «C'est le seul bidonville au monde équipé de chauffage au sol et d'une connexion Internet !»

Pour une expérience plus «réelle», des toilettes sèches sont situées hors des chambres. Il en coûtera 82 dollars au client «aventureux», soit près de la moitié du salaire moyen d'un Sud-Africain.

Cet hôtel «insolite» n'est pas nouveau mais il est revenu sur le devant de l'actualité cette semaine en Afrique du Sud.

Créé: 01.12.2013, 11h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.