Sexualité: peut-on réveiller l'autre pour faire l'amour?

FEMINAUne bouffée de libido nocturne et on a envie d'entraîner son partenaire. Égoïsme ou sommet d'érotisme?

Image: Toa Heftiba - Unsplash

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La nuit d’été, son atmosphère moite, ses heures insouciantes, ses dormeurs à moitié (ou entièrement) nus… autant de paramètres qui favorisent une envie soudaine de faire l’amour. Toutefois, quand notre voisin(e) de matelas est en mode dodo, passer aux choses sérieuses implique de le ou la réveiller.

«Mon mari se couche un peu plus tard que moi et, en arrivant au lit, il a parfois une folle envie de sexe, confie Barbara, début quarantaine. Il me caresse alors sous ma nuisette, m’embrasse les épaules pour me sortir de mon sommeil et puis, petit à petit, on glisse dans un corps-à-corps brûlant. Ce sont des moments très excitants que j’apprécie souvent.» Sauf que pour d’autres, ces lèvres et ces mains baladeuses en guise de radio-réveil n’ont rien d’émoustillant. «De temps à autre, en plein milieu de la nuit, ma copine me réveille en me caressant et en me disant des trucs coquins, décrit Cédric, la trentaine. Ce n’est pas vraiment désagréable, mais en général je ne rentre pas dans son jeu, car je me sens vidé par la fatigue. Répondre à ses avances n’est tout simplement pas possible par manque d’énergie et de feu intérieur sur l’instant.»

Dans un sketch, Muriel Robin affirme d’ailleurs que ce n’est pas la peine de la réveiller la nuit pour des mamours, car «à 4h du matin, je n’aime personne, je dors.» Il suffit par ailleurs de lire les nombreux fils Twitter consacrés à la question pour s’apercevoir qu’avec la sensibilité accrue de l’ère post-MeToo, arracher sa moitié ou son coup d’un soir des bras de Morphée pour une galipette peut plus que jamais être vu comme un manque de respect, voire une agression. Parfois, certes, c’en est techniquement une.

«En consultation, j’entends des femmes me dire qu’elles se sont réveillées avec un pénis dans la bouche ou des doigts dans le vagin, raconte Romy Siegrist, psychologue et sexologue au centre SexopraxiS. Elles sont non seulement ici victimes d’actes sexuels non consentis, mais régulièrement marquées durablement par de tels réveils. Certaines présentent un syndrome de stress post-traumatique. Le fait d’aimer réveiller son ou sa partenaire pour faire l’amour n’est pas nécessairement genré, mais la méthode directe de réveil est plutôt masculine. Je n’ai pour l’instant jamais entendu un homme dire qu’il a ouvert les yeux avec une vulve sur le visage.»

Sensualité exacerbée

En fait, relève la sexologue et psychothérapeute Marie-Hélène Stauffacher, pour ce qui est de la proposition indécente nocturne, tout est dans la nuance. «Avoir envie de l’autre et le réveiller n’est pas un faux pas en soi, mais il vaut mieux en discuter avant dans le couple pour savoir si ce type de tentative peut être excitant pour les deux. Si le ou la partenaire est ouvert(e) à la chose, et si le réveil est mené avec respect et douceur, ça peut être génial, cassant la routine, mettant dans un état extatique qui atténue la fatigue. Toutefois, il ne faut pas insister. Si on sent qu’on dérange l’autre ou qu’il se tourne de l’autre côté, on le laisse.»

Les amants qui apprécient de se jeter à corps perdu dans une étreinte en pleine nuit le savent: l’expérience du sexe nocturne peut s’avérer grisante, notamment dans la continuité d’un rêve érotique qui nous a laissés en transe, ou grâce aux résidus des excitations sexuelles spontanées (érection pénienne et clitoridienne, lubrification) des phases de sommeil paradoxal. «La nuit, la réceptivité corporelle est différente, constate Romy Siegrist. On est globalement plus sensibles à la sensualité. Celles et ceux qui aiment faire l’amour dans ces instants parlent souvent d’un côté presque mystique, à mi-chemin entre le rêve et la conscience, avec un lâcher-prise facilité.» Si tout cela ne vous donne pas envie de batifoler sous les étoiles…

La sexomnie
Phénomène de plus en plus médiatisé, le somnambulisme sexuel, ou sexomnie, consiste à entreprendre la bagatelle avec quelqu’un tout en étant dans un état de sommeil. Au réveil, la personne ne se souvient en général de rien. Si la plupart stoppent d’eux-mêmes leur tentative ou reviennent à eux durant l’étreinte, certains seraient capables de faire l’amour sans même s’en rendre compte. Les chroniques judiciaires récentes font ainsi état d’individus impliqués dans des affaires de viol et finalement acquittés, car diagnostiqués sexomniaques par un médecin.

Retrouvez d'autres articles sur la sexualité sur Femina.ch.

Créé: 15.08.2019, 21h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.