René Longet: Le buffet de la gare: un fast-food de plus!

Blogs en vueEdmée Cuttat: "Detroit", nuit d'horreur à l'Algiers Motel. Lise Wyler: Une ferraille "artistique". Christophe Ebner: Gestion de la nature, le vent tourne mais la loi ne suit pas ! Claude Bonard: La petite fleur jaune de Varsovie. Jean-Michel Bugnion: Les étoiles politiques. Rémi Mogenet: Pinocchio

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

René Longet: Le buffet de la gare: un fast-food de plus!

Quelques jours après la clôture de la Semaine du Goût qui a rassemblé en Suisse près d'un demi-million de personnes autour de plusieurs milliers de rendez-vous illustrant la convivialité, le savoir-faire culinaire, la tradition, la proximité, la qualité... bref le goût, voilà que le Buffet de la gare va se transformer en temple du fast food. Un de plus! (...) Fast-food? S'il le faut vraiment, allons-y, puisque nous sommes pressés et dans une gare, où les trains (heureusement) n'attendent pas. Mais, de grâce, innovons: un fast-food avec des fruits et des légumes, frais, apprêtés de manière originale, innovante, de proximité, bio... Au moins cela diversifierait utilement l'offre, et rencontrerait certainement l'intérêt de la clientèle. Qui tente le coup?

Edmée Cuttat: "Detroit", nuit d'horreur à l'Algiers Motel

(...) Mêlant le documentaire au thriller pour virer au huis-clos anxyogène, étouffant, sous haute tension, Detroit, métrage coup de poing à la mise en scène virtuose est le portrait implacable d’une société alors minée par un racisme institutionnel. Mais faisant écho à l’actualité 50 ans plus tard, à l’heure où s’affrontent. suprémacistes blancs et militants antiracisme. Un film cru, brutal, sans l’ambiguïte politique des deux précédents, allant droit au but incroyablement puissant dans sa dénonciation. Et qui, dans un dernier acte un moins intense mais tout aussi terrible, montrera lors d’un procès que justice n’a pas été rendue aux victimes. La légitimité de Kathryn Bigelow à traiter un tel sujet a été contestée dans plusieurs articles et tribunes aux Etats-Unis parce qu’elle est blanche. Déclarant dans Variety qu’elle n’était sans doute pas la mieux placée, elle a toutefois remarqué "qu’elle avait pu le faire alors que cette histoire attendait d’être racontée depuis 50 ans". De quoi donner de l'urticaire à Donald Trump…

Lise Wyler: Une ferraille "artistique"

Sur le devant de la scène: une station service de l'autoroute blanche, datant de 1970 et jouxtant la sortie vers Thônex, tout de suite après la douane de Vallard. Le décor: en surplomb, une armature tubulaire, toute rouillée, en passe d'être démontée. Le chantier a déjà débuté et reste scotché depuis plusieurs mois. Les personnages: d'un côté les automobilistes et les Thônésiens choqués par cette "mocheté innommable" et de l'autre l'Office cantonal du patrimoine et des sites, qui veut inscrire la chose à l'inventaire, donc la conserver. La raison? Ce n'est pas un montage banal, mais une œuvre "artistique" de l'architecte genevois Jean-Marc Lamunière. Une vive lutte est donc engagée entre les deux parties qui font valoir des arguments de poids. Quant à la tubulure, pendant ces palabres sans fin, elle risque de s'effondrer rongée par le poids des ans. D'ailleurs les lieux sont encagés pour éviter tout accident. Mais l'Office du patrimoine n'en démord pas: il faut protéger et reconstruire à l'identique la belle marquise rouillée, c'est un devoir citoyen pour protéger l'héritage architectural d'un architecte connu. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Les Singer, une famille de grands écrivians yiddish

Le monde entier connaît Isaac Bashevis Singer, le prix Nobel de littérature dont la totalité de l’œuvre a été traduite en anglais, en français et dans tant d’autres langues européennes. Moins de gens connaissent son frère aîné qui avait au moins autant de talent que son frère cadet mais qui fut, hélas, terrassé par une crise cardiaque à New York le 10 février 1944. Son œuvre lui a survécu et peut se targuer d’avoir au moins autant de lecteurs que son frère nobélisé… Les éditions de l’antilope nous font l’aubaine de deux très beaux volumes, intitulés Et Wolf fils de Hersh devint Willy (2016) et Printemps et autres saisons (2017), bien plus sombre et plus réaliste. Mais ces deux livres se lisent de manière très agréable tant la traductrice à livré une copie des plus remarquables : un style lisse, élégant et sobre qui ne laisse pas soupçonner un instant que le travail en français n’a jamais transité par une autre langue, en l’occurrence le yiddish. (...)

Christophe Ebner: Gestion de la nature, le vent tourne mais la loi ne suit pas !!!

A voir le nombre de publications qui sortent sur le sujet (dont Christian Levêque, "la biodiversité avec ou sans l’homme?", Editions Quae, 2017), la vision, au fort relent de créationnisme, d’une nature parfaite et figée dans le temps qu’il faudrait protéger telle quelle a du plomb dans l’aile, et c’est tant mieux ! Celui qui voudra bien y jeter un coup d’œil apprendra en particulier que les espèces exotiques s’intègrent finalement assez bien à la diversité locale, et que la construction de nature hybride, capable à la fois de satisfaire une multitude de besoins humains tout en hébergeant une faune et une flore diversifiée, est parfaitement possible, voir souhaitable. (...) Pour être de véritables acteurs du changement, et non d’inertes marionnettes, il va falloir la changer, et vite !

Claude Bonard: La petite fleur jaune de Varsovie

(...) Pour réveiller les consciences et pour ne pas oublier ce qui s'est passé il y a 74 ans, une action de sensibilisation a lieu à Varsovie chaque 19 avril, jour anniversaire de l'insurrection du Ghetto de 1943. Une initiative que l'on doit à la société civile, soutenue par des sponsors. En quoi consiste cette action ? En premier lieu, une importante campagne d'affichage rappelle la mémoire des victimes de l'insurrection du Ghetto. Sur ces affiches figurent des personnalités de tous âges vêtues de noir tenant en leurs mains une petite fleur jaune à six pétales. Le texte indique “ Pour ne pas oublier – insurrection du Ghetto – 19 avril 1943”. Cette campagne d'affichage est accompagnée en ville d'une distribution aux passants d'une petite fleur jaune en carton adhésif que chacun porte à la boutonnière. Cet insigne qui vous est proposé par des jeunes gens a une forte charge symbolique puisqu'il rappelle la tragique étoile jaune. (...)

Jean-Michel Bugnion: Les étoiles politiques

La commune de Grand-Saconnex a vite réagi : devant l’intervention du MCG, puis de la CICAD, elle a enlevé la petite étoile de shérif (à gauche) du « permis piéton » remis aux enfants des crèches qui ont suivi un cours d’éducation routière. (...) Diable ! La chose paraît d’importance, mais peut-être pas dans le sens entendu par le MCG. Voyons pourquoi ! En premier lieu, la comparaison graphique ne convainc personne : l’étoile juive possède 6 branches et est formée par deux triangles équilatéraux tête-bêche, l’étoile du Grand-Saconnex présente 7 branches (un seul autre exemple similaire, si vous allez voir sur Google les images « étoile shérif ») et n’a aucune structure géométrique comparable ; seul point commun, la couleur. Ensuite, les deux contextes se situent aux antipodes l’un de l’autre : comment faire le moindre lien entre la Shoah et une intervention de prévention routière dans les crèches d’une commune genevoise ? L’Histoire n’a de sens que si sa double dimension du temps et du lieu est respectée ; sinon, tout est dans tout et réciproquement, Napoléon, Hitler, Mao et Trump, même combat… (...)

Rémi Mogenet: Pinocchio

(...) Les Italiens modernes ont un livre de référence absolu, parce qu'ils l'ont lu à l'école primaire, c'est Le Avventure di Pinocchio, de Carlo Collodi. Je l'ai lu peu de temps avant de partir. Cette œuvre a une importance politique méconnue, car elle a été écrite dans un toscan contemporain, et entrant dans les détails matériels de la vie comme ne le faisaient pas les vieux classiques. Lorsqu'il a fallu apprendre ce toscan courant aux enfants de l'Italie unifiée, Pinocchio est apparu comme une bénédiction. Il est devenu une référence commune à toute la nation, et tout étranger qui veut comprendre l'Italie doit le lire. On découvre ainsi qu'il est bien plus fantaisiste que le dessin animé américain qui en a été tiré, jouant avec les mots et s'adonnant à la satire: il est en fait proche par le ton des Aventures d'Alice au pays des merveilles. (...) (TDG)

Créé: 10.10.2017, 22h17

Articles en relation

Christophe Ebner: Truites dans l’Allondon, la victoire des hérétiques?

La revue des blogs Didier Bonny: Honte au PLR ! Jean-Philippe Accart: Etes-vous un "slasher" ? Mireille Vallette: Les mutilations sexuelles augmentent, l'islam en est une cause majeure. Jean-Michel Olivier: Les trois mémoires. Marie-France de Meuron: La santé en déroute ! Joseph Daher: Solidarité avec la communauté LGBTIQ en Egypte Plus...

Jacques-Simon Eggly: Magnin, mon arrière-grand-père...

Blogs en vue Marie-Agnès Bertinat: Le bio c’est pour tout le monde! Marc D'Alès: Le showbiz malade du sexe. Bernard Andrié: GSHC en pleine déliquescence. Pascal Décaillet: Tous copains ? - Non, merci ! Igor Rodrigues Ramos: Allier sport et études, en Suisse c'est possible! Plus...

Marie-France de Meuron: Primes maladie, Migros s’exprime aussi !

La revue des blogs Herbert Ehrsam: Caisse de pension, un grand pas en avant ! Claude Bonard: Catalogne : A quoi sert l'histoire. Maurice-Ruben Hayoun: Vers un dépassement hégélien du clivage gauche / droite en France? Cédric Segapelli: Magdalena Parys, 188 Mètres Sous Berlin Plus...

Jean-Noël Cuénod: Las Vegas, l’acte surréaliste du bourgeois terroriste ?

Bons blogs Daniel Warner: The Fragile Nation-State. Didier Bonny: « Mon garçon » rime avec déception. Edmée Cuttat: Juliette Binoche en quête d'amour chez Claire Denis. John Goetelen: Wassim Nasr : « Pas des loups solitaires ». Rodolphe Weibel: Des faits, rien que des faits. Plus...

Pascal Carlier: L'affaire des glyphosates

Blogs en vue Thomas Wenger: Amnistie fiscale: des dénonciations tout sauf spontanées. Anne Cendre: Drôle de grand-mère. Igor Rodrigues Ramos: Interview de Flavia, jeune infirmière en gériatrie! Joseph Daher: Après le oui au Kurdistan irakien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.