Passer au contenu principal

Relations sexuelles: le consentement, ça s'apprend

C’est oui ou c’est non. Accepter ou refuser une relation sexuelle, ça devrait être simple. La réalité est souvent bien plus complexe. D’où la nécessité de sensibiliser les ados à la question...

Sur 7142 jeunes âgés d’une petite vingtaine d’années (interrogés dans le cadre de l’enquête sur la sexualité des jeunes Suisses, publiée en 2019), 53% des jeunes femmes ont admis avoir déjà accepté une relation sexuelle sans vraiment la désirer. En outre, 23% des jeunes hommes se sont également trouvés dans cette situation.
Sur 7142 jeunes âgés d’une petite vingtaine d’années (interrogés dans le cadre de l’enquête sur la sexualité des jeunes Suisses, publiée en 2019), 53% des jeunes femmes ont admis avoir déjà accepté une relation sexuelle sans vraiment la désirer. En outre, 23% des jeunes hommes se sont également trouvés dans cette situation.
Getty Images

Le consentement, la question est au cœur du très médiatisé procès du producteur hollywoodien Harvey Weinstein. Le consentement, c’est aussi le titre du puissant témoignage publié début janvier par l’éditrice française Vanessa Springora, dans lequel elle raconte par le menu sa relation intime avec l’écrivain Gabriel Matzneff alors qu’elle n’avait que 14 ans. Séduite par les avances du quinquagénaire, elle a cru à un amour sincère alors qu’elle tombait dans le piège d’un prédateur, traumatisme dont elle conserve les cicatrices plus de trente ans après. Contrainte, emprise, gêne, malentendu, pression sociale, peur, stupéfaction… toutes sortes de choses peuvent venir s’immiscer dans cette zone grise qui sépare le consentement du viol (lire l’encadré).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.