Pierre Kunz: Le miracle de la caisse de pension de la police genevoise

Les blogs de la TribuneLe blogueur de Laconnex lève le voile sur le financement de la caisse de retraite des policiers genevois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pierre Kunz : Le miracle de la caisse de pension de la police genevoise Les médias ont largement commenté l’information selon laquelle le numéro deux de la police genevoise a décidé de se lancer en politique cantonale. Ils ont souligné un aspect anecdotique de l’affaire, c’est-à-dire le changement de « couleurs » de l’intéressé qui, délaissant le PLR, naviguera désormais sous le drapeau du MCG. Par contre la presse genevoise n’a absolument pas éclairé la surprise qui aura marqué les citoyens-contribuables à cette occasion. Elle concerne l’âge auquel ce policier s’est trouvé en mesure de prendre sa pleine retraite : 52 ans ! (…) Un journaliste, plus curieux que ses collègues, n’aurait alors pas manqué de s’informer sur le financement d’une caisse aussi extraordinaire et se serait demandé si elle ne serait pas, comme la CIA et la CEH, en sous-couverture. Avec étonnement il aurait constaté alors que non, qu’au contraire cette institution est la seule caisse publique du canton couvrant à 100 % ses promesses de prestations. (…) Le chroniqueur en question aurait évidemment cherché alors à comprendre comment les gérants de la caisse de la police sont capables de garantir des prestations supérieures à celles de toutes les autres caisses de retraites publiques, les financer par des cotisations identiques et, contrairement à la CIA et la CEH, se trouver à plus de 100 % de couverture. Il est probable qu’il n’aurait pas trouvé la solution de l’énigme. La réponse n’est en effet pas publique et elle n’apparaît pas au budget que votent les députés, en tous cas pas clairement. Par contre elle est d’une simplicité stupéfiante : chaque année, en vertu d’une convention que personne, à part quelques initiés, n’a jamais pu consulter, le Conseil d’Etat renfloue régulièrement le déficit occasionné par l’insuffisance des cotisations. Le montant de ce renflouement, dont on s’explique mal le chemin comptable mais que l’Etat effectue chaque année depuis des décennies diffère bien sûr suivant l’évolution des revenus provenant des biens de la caisse. D’aucuns croient savoir qu’il varie entre 5 et 15 millions par an. En gros cela signifie que, pour la caisse de la police, la part patronale dans le total de les cotisations est en fait de l’ordre des ¾ et celle des policiers d’un ¼. Ce privilège est évidemment profondément injuste à l’égard des autres fonctionnaires et il constitue une vraie tromperie pour les citoyens-contribuables puisque finalement c’est grâce à leurs impôts qu’il est financé en catimini. Il n’empêche, c’est ainsi et cela semble devoir durer.

Roger Deneys: Fusion des caisses de pension publiques (…) Quand on perd la finale de la Coupe de Suisse à Berne, il n’y a pas de match retour à Genève ! On peut le regretter. Mais c’est trop tard. La nouvelle loi fédérale, aussi stupide et coûteuse soit-elle, doit être respectée par toutes les caisses de pension publiques suisses. Et Genève n’y échappe pas ! Ainsi, le Conseil d’Etat puis le Grand Conseil n’ont pas eu de choix : il fallait voter une loi permettant de respecter les nouvelles exigences fédérales et en particulier deux dispositions : - couvrir le 100% des engagements de retraite des retraités actuels par la fortune au 1er janvier 2014 ; - indiquer comment le taux de couverture de 80% de tous les engagements actuels et futurs de retraite par la fortune serait atteint en 2052… Personne ne peut dire combien coûtera dans 40 ans les conséquences de la loi fédérale de 2010 sur les caisses de pension publiques genevoises. Mais je peux déjà vous annoncer que d’autres crashs boursiers surviendront d’ici-là et que d’autres modifications à la loi fédérale surviendront avant 2052 ! J’invite les Genevoises et Genevois, qu’ils aient le sentiment que la fonction publique soit maltraitée ou qu’à l’inverse elle soit privilégiée, à être responsables, à ne pas écouter les mensonges et à voter OUI, sans enthousiasme, à la loi 10847 et à la fusion des caisses de pension imposée par les exigences du droit fédéral ! Soyons responsables, pour Genève, pour notre avenir !

Jean-Michel Olivier : Cartes postales (3) : la Louisiane Les grands canots d'écorce étroits et longs qui sillonnent, le soir, la touffeur des bayous. On glisse sur les eaux comme en un rêve silencieux. Parfois, un petit opossum blanc et gris bondit hors des feuillages, le museau intrigué. Ailleurs, niché au creux d'un arbre, c'est un serpent couleur de glaise qui réintègre lentement les eaux mortes. Un vieil Américain, la pipe vissée entre les dents, commente à sa manière chacun de ces petits miracles.

Philippe Souaille : Métastases, Cancer et Genevoiseries Le MCG n’a pas apprécié que je l’assimile, sur Facebook, à un cancer gangrénant la société genevoise. Une image, bien sûr, chacun sait qu’un cancer ne gangrène pas, il répand son fiel par métastases. La dernière en date est une plainte pénale à mon encontre, avant même que j’ai publié le présent texte dans mon blog. (…) Même sur le plan de la sécurité, le MCG ment. Tout le monde connait les clefs d’une amélioration: aggraver les peines, créer des places de prison et augmenter la présence policière dans la rue. Le premier dépend de la justice, donc des lois, pour l’essentiel fédérales. Le poids du MCG en la matière est quasi nul. Les places de prison, le Gouvernement s’y emploie. Reste la présence policière. Genève sous-traite depuis des siècles sa sécurité à du personnel ne venant pas du Canton. La proportion de policiers valaisans ou fribourgeois reste considérable, mais ils ne sont plus assez nombreux. Des auxiliaires frontaliers permettraient de résoudre les problèmes de recrutement au meilleur prix. Mais le MCG ne veut pas en entendre parler, agissant en syndicat de gendarmes plutôt qu’en parti politique soucieux de l’intérêt collectif. En plus de la peur irrationnelle du géant voisin qu’il distille par tous les pores de la peau. Pourtant, comme l’écrivait Denis de Rougemont, c’est dans l’Europe que pourront le mieux se construire et se préserver les autonomies régionales. On vient de découvrir les premières conséquences de cette animosité vindicative : des dents cassées à Argentières… Dans tous les aéroports du monde, les hôteliers utilisent des navettes pour amener leurs clients depuis l’aéroport et vice versa. Sauf à Genève, où l’on voudrait imposer aux hôteliers savoyards le recours, à prix d’or, à des taxis suisses. Ce grâce à l’intervention surmédiatisée d’Eric Stauffer, qui a obtenu la mise en place permanente d’un agent de sécurité à l’aéroport... (…) Il y a une catégorie de politiques dont il faut se méfier par-dessus tout, ce sont les politiques à vocation messianique. Eric Stauffer en est l’archétype, parfaitement contraire à la mentalité helvétique au demeurant, puisqu’il semble affligé d’une idée fixe : faire en sorte que sa tête dépasse…

SSP : L’Etat décide tout à la CEH ! Fini la parité qui est pourtant inscrite dans la loi sur le deuxième pilier. Le Comité de la CEH se plie à toutes les demandes du Conseil d’Etat ! Pire que dans une république bananière… les lois et les règlements ne sont pas respectés. Tout est mis en œuvre pour détériorer la situation de la CEH de manière artificielle et illégale. Le Conseil d’Etat se plie aux demandes des banques… il est prêt à tout pour miner le moral des affiliés à la caisse et les faire voter oui à la fusion le 3 mars. Voici quelques perles… Premier acte illégal : le Conseil d’Etat crée un Super Comité pour la future caisse. Ce Super Comité n’est même pas paritaire comme la loi sur le deuxième pilier l’exige. Le Comité de la CEH n’est plus qu’un pantin. Deuxième acte illégal : le Super Comité agit comme si la fusion était déjà faite. Ainsi un directeur de la « future » caisse a été engagé ! La moitié du personnel de la CEH déménage à la CIA et vice-versa. Troisième acte illégal : le Super Comité s’approprie les appartements de la CEH. Les inscriptions pour louer des appartements aux membres de la CEH passent à la trappe, la priorité donnée aux membres tombe aussi… tout le pouvoir est transmis aux régies qui décident à qui elles louent les appartements de la CEH. Toutes ces décisions sont parfaitement illégales…

Daniel Zaugg : Initiative de l’AVIVO : coûteuse, anti-jeunes et anti-TPG ! (…) Les « Robin des Bois » de l’AVIVO veulent améliorer le prix des transports pour leur électorat au détriment de toutes les autres catégories de la population. Au passage ils mettent en danger le développement futur des TPG, la communauté tarifaire UNIRESO, la tarification intégrée du CEVA et ils compromettent définitivement la participation des TPG au projet national de création d’un titre de transport commun pour tous les habitants de Suisse. Genève a besoin de transports publics efficaces, intégrés au niveau régional alors la réponse à cette initiative ne peut être que: « NON à cette Genferei de plus ! »

(TDG)

Créé: 05.02.2013, 18h47

Articles en relation

Alexis Roussel : Pourquoi la «fuite» de nos données fiscales se reproduira

Les blogs de la Tribune Le blogueur pose un véritable problème: à qui appartiennent les données traitées par les administrations et les entreprises? Plus...

Lulu la Nantaise alias Salika Wenger: Après chômiste, un nouveau métier, stagiste

Les blogs de la Tribune En direct du bistrot «Le Sabre et l’Amitié réunis ». Le blog est une chronique mi-douce mi-amer, de la vie qui va et ne va pas. Plus...

Julien Nicolet: Doit-on à ce point protéger Michèle Künzler?

Les blogs de la Tribune Le blogueur pose quelques questions dérangeantes à l'aune de la nouvelle constitution genevoise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Berne offre un milliard à Sion 2026
Plus...