Philippe Roch: Une Suisse de fer et de béton

Lu sur les blogsPascal Holenweg: Les 150 ans du Courrier, la dernière année de la SSR ? Charly Schwarz: "No Billag" Une nouvelle concession oblige ! Jean-Michel Olivier: La fuite du Docteur Mengele. Adrien Faure: Sur les traces de Hunter Thompson

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Retrouvez toutes les revue des blogs

Philippe Roch: Une Suisse de fer et de béton

Je suis attristé par la carte de vœux du Conseil fédéral. La Suisse que nous souhaite notre gouvernement est un amas de fer et de béton, des montagnes trouées et un paysage couvert de routes, de chemins de fer, de téléphériques et d’éoliennes où suffoquent quelques rares sapins et se terrent quelques animaux ridiculisés. Le Conseil fédéral nous aime-t-il si peu qu’il nous souhaite un tel avenir ? Malheureusement cette vision est bien réaliste, puisque les politiques de tous bords n’ont pour projets que de nouvelles activités, de nouvelles routes et de nouveaux bâtiments dans le cadre d’une croissance débridée. Quelques millions pour la biodiversité par ailleurs massacrée ne changeront rien à l’artificialisation totale du pays dont rêvent nos Conseillers fédéraux. Il a fallu le soutien populaire à l’initiative de Rothenturm il y a 30 ans pour obliger à la mise sous protection de quelques sites naturels et aux initiatives de la Fondation Franz Weber et Helvetia Nostra pour Lavaux et contre les résidences secondaires pour donner un bien trop léger coup de frein à la destruction de nos plus beaux paysages. Le temps est venu d’un changement profond pour sortir de l’impasse dans laquelle nous nous sommes emprisonnés. (...)

Pascal Holenweg: Les 150 ans du Courrier, la dernière année de la SSR ?

Intéressante collision de cet anniversaire avec la campagne sur l'initiative "No Billag" : un quotidien papier fête ses 150 ans, avec le dur désir de durer encore longtemps, au moment où on se demande si le medium audiovisuel public survivra à l'offensive de ses adversaires. On se permet de vous recommander le dernier numéro, exceptionnellement quadrilingue (vu l'enjeu) du magazine « Culture enjeu », qui porte sur l'initiative « No Billag » … (...) Ce qui fait la force de "No Billag" n'est pas tant son contenu que l'addition potentiellement majoritaire de ceux que ça emmerde de payer une redevance à ceux qui, à droite, exècrent par principe tout medium public et aux éditeurs qui espèrent récupérer la part du marché publicitaire que capte la SSR. Pour combattre les media publics, et favoriser la privatisation de tout l'espace médiatique audiovisuel de ce pays, les promoteurs de "No Billag" ont, assez intelligemment, visé le maillon faible du dispositif de service public : la société d'encaissement de la redevance. Autrement dit, celle dont le nom orne les factures envoyées aux téléspectateurs et auditeurs. Personne n'aime Billag, et proposer sa suppression (même s'il est déjà prévu qu'elle soit remplacée par une autre)ne va pas susciter des hurlements de désespoir. Proposer clairement la suppression de la SSR eût été plus périlleux (...)

Charly Schwarz: "No Billag" Une nouvelle concession oblige !

Bien sûr que la concession sera modifiée, sans doute une pour la TV et une autre pour la radio et elles seront misent au enchères. Je fais entièrement confiance à la Confédération pour établir une proposition qui puisse satisfaire entièrement "la nouvelle SSR". (...) La nouvelle concession sera amputée d'une partie de ses obligations, comme par exemple pour la radio, une seule chaine par région linguistique au lieu de trois. Les chaines dédiées (2 et 3) diffuserons un seul programme pour l'ensemble du territoire. Au niveau de la télévision; un chaine généraliste, par région avec une programmation spécifique comprise entre 19 et 21 heures. Les autres tranches peuvent être complétées par des achats auprès des acteurs culturels des autres régions. Une seconde chaîne dédiée aux grands événements, principalement le sport, en "pay per view". Le montant de cette concession pourrait avoisiner 2,7 milliards sur 20 ans. Quel autre consortium média autre que le joint-venture formé par "la nouvelle SSR", Ringier et Swisscom pourrait suivre cette enchère ? (...)

Jean-Michel Olivier: La fuite du Docteur Mengele

Petite ou grande déception ? Je me suis précipité, comme tant d'autres, sur le dernier roman d'Olivier Guez, La Disparition de Josef Mengele*, célébré par une presse unanime et auréolé du Prix Renaudot. Et j'ai été pris, comme les autres, par cette histoire de fuite éperdue d'un criminel de guerre nazi — qu'on appelait l'ange de la mort — qui officia comme médecin dans le camp d'extermination d'Auschwitz. (...) La déception, petite ou grande, vient plutôt du traitement assez plat de cette vie d'éternel fugitif (Mengele n'a jamais été arrêté). Le style, volontairement dépouillé, demeure descriptif et neutre. Les personnages, extrêmement nombreux, ont de la peine à s'incarner et manquent d'épaisseur. Quant au docteur lui-même, on aimerait en savoir plus sur ses motivations, sa folie intérieure. Et cela, malgré le récit un peu scolaire d'Olivier Guez, nous laisse sur notre faim.

Adrien Faure: Sur les traces de Hunter Thompson

27 décembre 2017. Sur les traces du journaliste gonzo, Hunter Thompson, me voici à Porto Rico (ou Puerto Rico comme on dit ici), où il se gava de rhum pour mieux écrire l'excellent Rhum Diary (pas très bien adapté à l'écran soit dit en passant). Je réside au dix-septième étage, à deux pas de l'océan, constamment bercé par les vagues, qui, visiblement, ne s'arrêtent jamais de ce côté de l'île. J'ai, évidemment, acheté une première bouteille de rhum portoricain. On verra ce que ça donne. (...) 4 janvier 2018. Black out sur San Juan. La clim se débranche, les lumières vacillent et sombrent, le wifi se tait piteusement. Le silence après la tempête. Puis, nous marchons dans la rue, apercevons un cortège de voitures étranges, couvertes d'ampoules de couleur. On s'engouffre quelque part, tandis qu'un encapuchonné balance des pétards, provoquant l'émoi des passants. Ambiance électrique ? (...) 8 janvier 2018. Ma valise vient d'arriver. Elle contient mon ordinateur, qui contient... le présent billet. Voyager c'est magique, j'adore ça. Mais bon, maintenant, retour aux études et au boulot. See you (TDG)

Créé: 09.01.2018, 17h00

Articles en relation

Gorgui Ndoye: France Gall, Adieu la Sénégalaise!

Blogs en vue Christophe Ebener: Combien de poissons attrape-t-on à Genève? Charly Schwarz: Le cercle vertueux "croissance et emploi" ne fonctionne plus. Sylvie Neidinger: Comment Fred Astair danse au plafond. Claude Bonard: La Pucelle d'Orléans vue par Voltaire en 1762 Plus...

Jean-Philippe Accart: Comment nous perdons notre faculté d'attention

La revue des blogs Didier Bonny: Hommage à France Gall. Maurice-Ruben Hayoun: Le sultan R.T Erdogan, un prince de l’arrogance à Paris… Lise Wyler: Merci les corneilles. André Thomann: Le verbe s’est fait chaire? Plus...

Didier Bonny: Une liste femmes au Grand Conseil?

La revue des blogs Marie-France de Meuron: On ne baptise plus, on vaccine ! Maurice-Ruben Hayoun: Les marchands et le temple de Giacomo Todeschini. John Goetelen: Tempête Eleanor. Sylvie Neidinger : Procès des djihadistes Plus...

Alexandre de Senarclens: Artisanat et innovation à l’arôme genevois

Blogs à lire Houda Khattabi: Genève, soir du premier janvier de l'an 2002. John Goetelen: Des Hommes et des arbres. Joseph Daher: Un an après la chute d’Alep-Est. Rémi Mogenet: Cino da Pistoia. Pascal Décaillet: Des diamants moins éternels. Marie-France de Meuron: Le remboursement de l’infertilité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

En droit suisse, un homme ne peut être violé
Plus...