Passer au contenu principal

Etats-UnisLa nouvelle campagne Calvin Klein fait scandale

Les clichés pour la dernière collection de sous-vêtements suscitent beaucoup de critiques sur les réseaux sociaux.

Une nouvelle campagne publicitaire de Calvin Klein pour des sous-vêtements, qui montre notamment la culotte d'une jeune mannequin vue sous sa robe, suscite de nombreuses critiques, notamment pour avoir mêlé sexe et enfance.

«I_flash_in #mycalvins» (je m'exhibe en Calvins), est légendée une photo sépia tirée de cette nouvelle série de visuels, qui met en scène la mannequin Klara Kristin (23 ans).

La jeune femme était à l'affiche du film «Love» du réalisateur français Gaspar Noé, sorti en 2015 et interdit aux moins de 18 ans.

Le cliché a déclenché un torrent de réactions hostiles aux Etats-Unis, sur les réseaux sociaux mais aussi au-delà. «Calvin Klein fait du marketing pour les pervers», a écrit le tabloïd New York Post sur son site.

Réactions sur les réseaux sociaux

De nombreux internautes se sont également dits choqués par le supposé parti pris du photographe, qui aurait cherché à rendre Klara Kristin plus jeune.

«@CalvinKlein, ta publicité donne un caractère sexuel aux petites filles. Nous n'achèterons pas» («we're #NotBuyingIt»), a tweeté le compte Miss Representation, émanation du mouvement The Representation Project, qui dit lutter contre les «stéréotypes» et les «injustices sociales».

Le National Center on Sexual Exploitation (NCOSE), organisation dédiée à la lutte contre l'exploitation sexuelle, l'objectivation et la violence, a même lancé une pétition.

L'organisme, dont le nom était «Morality in Media» (moralité dans les médias) jusqu'à l'an dernier, demande à Calvin Klein d'«arrêter de normaliser le harcèlement sexuel et de le rendre glamour».

En début d'après-midi, jeudi, la photo controversée figurait toujours sur le fil Twitter officiel de Calvin Klein.

Mannequins androgynes

Depuis sa création, la marque a toujours beaucoup travaillé son image et ses campagnes publicitaires ont régulièrement présenté un aspect très sexué, parfois avec des mannequins androgynes et très jeunes.

En 1981, l'actrice américain Brooke Shields, âgée de 16 ans, avait posé en jean Calvin Klein, jambes écartées, dans un spot publicitaire, dans lequel elle demandait, en fixant la caméra: «Vous voulez savoir ce qui se met entre moi et mon Calvin? Rien.»

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.