Passer au contenu principal

L’heure de la nostalgie

Les repérages de Renata Libal, rédactrice du magazine «encore!»

L’histoire

Au départ, il y avait un compteur, conçu par la marque Heuer, inséré dans les tableaux de bord des voitures de course et des avions. Nous sommes dans les années 1930 (entre 1933 et 1957 pour être précis) et le nom de l’objet, Autavia, résulte de la contraction des deux domaines d’usage. Un peu plus tard, en 1962, Jack Heuer, le patron de la manufacture de Saint-Imier, dessine un nouveau chronographe et lui donne ce nom chargé d’adrénaline. Le modèle disparaît du catalogue en 1986, après des années de succès, mais les collectionneurs y restent très attachés. Revoici donc le chouchou de la maison, revisité, mais dans sa taille d’origine (42 mm), avec cette fois une collection entière à sa gloire.

----------

L’objet

La montre s’appelle Autavia et elle décline les atouts de la belle pièce honnête et fonctionnelle: couronne imposante, lunette en céramique tournant dans les deux sens, index et aiguilles soulignées de SuperLuminova… Cette réinterprétation d’un classique de la maison pose les bases d’une nouvelle collection: sept pièces présentées en mars à Baselworld, en acier ou bronze, sur cuir ou bracelet métal (disponibles le 6 juin, dès 3400 fr.) Le modèle a l’air emprunté à la panoplie d’un baroudeur rétro, mais il ne faut pas se fier à cet air-là: dans le boîtier palpite un spiral ultraléger en composite de carbone, une toute nouvelle technologie développée par TAG Heuer et une première mondiale. Le nouveau label Isograph fait référence à la stabilité du mouvement ainsi obtenue, même en cas de choc.

----------

La marque

Le fabricant de montres suisse TAG Heuer aime la vitesse, avec une histoire liée au chronométrage et à l’exploit sportif depuis la fondation de l’entreprise, en 1860. L’astronaute John Glenn, les coureurs automobiles Jo Siffert ou Clay Regazzoni ont prêté leurs poignets à sa célébrité. En 1985, la marque Heuer rejoint le groupe TAG (Techniques d’Avant-Garde), propriétaires de l’écurie McLaren, et prend le nom que le public connaît. Aujourd’hui aux mains du groupe de luxe LVMH, elle continue à dédier toutes ses collections aux domaines sportifs.

----------

La tendance

L’aventure est un frisson qui se décline au passé. L’industrie horlogère aime à revisiter les codes des années 1960, avec leurs couleurs patinées, leurs bracelets de cuir, leurs chiffres bien lisibles. Cette vague vintage postule que, à l’ère de tous les dangers et de tous les possibles numériques, les vrais héros sont encore ceux qui portent des chapeaux et explorent les tombeaux oubliés. Indiana Jones pour toujours!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.