Le miel suisse, ce produit haut-de-gamme recherché

FEMINASavoureux, bourré de bienfaits, éthique, le miel a du succès. Ensemble, les apiculteurs et les chefs travaillent à le sublimer.

Image: Corinne Sporrer

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On adore le déguster en hiver, en médicament naturel contre les petits maux ou en ingrédient indispensable des pains d’épice et autres délices. Toutefois, seuls un printemps et un été où les fleurs abondent permettent aux abeilles de reconstituer les stocks. Avec ce mois de mai pluvieux et froid, Michel Munier, apiculteur à Founex (lire son portrait ci-dessous) s’est un brin impatienté. La récolte 2018 épuisée depuis longtemps, il rêve de voir ses colonies se remettre au travail sous le soleil.

Voir cette publication sur Instagram

????????????? J’ai enfin trouvé un champs d’or à 800 mètres! Brassica napus! Caché dans ma minuscule région! ???? J’étais un peu inquiet car rien en vue à moins de 3 km... pour mes abeilles! ????Jaune la couleur du mois de Mai chez nous! ???? Il n’y a que les apiculteurs qui aiment vraiment cette couleur pour connaître le secret du colza et le miel onctueux naturellement que mes bêtes produisent avec! ?????????????? Les abeilles raffolent du jaune, et c’est comme un phare au milieu de la nuit, que ces champs de colza les attirent par milliers! ???? Seulement là, les abeilles je peux les compter, en ce moment il fait « encore » frais et à nouveau, le Vent apportant des pluies entre les belles éclaircies, fait baisser la température à 14.9 degrés Celsius, et ça va descendre encore, la neige est annoncée dimanche vers 500 mètres! ???? Je suis à 400 mètres au village! ???????????? Le Jura va reblanchir! Nous verrons bien! ???? Les jolies graines noires du colza donnent typiquement une huile de terroir, une huile helvétique, ?????????????????? , une huile riche en Oméga 3 et 6 etc ... je vais pas m’étaler sur le sujet ici, d’autres le fonds mieux que moi sur ce côté nutrition, mais c’est une huile pratiquement inodore qui va avec tout et est très digeste ... ?????????????? Ce que vous n’avez « toujours » pas avec Instagram, ce sont les arômes et parfums! ???? Celui du colza à peine humide est très fort et râpeux, qui ce sent de loin! ???? Un arôme qui se fait vite aimer ou détester! ???? Depuis le ciel, ces damiers verts et jaunes, créés presque par hasard selon les rotations agricoles, semblent être l’échiquier du temps et de la nature! ???? Ne cherchant pas à gagner plus que ça, mais probablement juste jouer, pour garder ce plaisir jovial et campagnard avec la vie des insectes! ?????????????? Avec ce ciel bleu intense, mi-miel mi-hydromel, ???? ... ce Vent déjà humide apporte de fantastiques nuages, et la grosse pluie qui arrive me dit de rentrer si je ne veux pas être ... trempé! ???????????Ce 2 Mai 2019, 14h10 #???? #colza #canola #canolafields #raps #rapefield #champsdecolza #jaune #???? #apismelliferacarnica #apiculteur #apiculture #gaybeard #beekeeper #imker #beard #chapeaudepaille #bearded #???? #smile #myswitzerland #???????? #rapeseed #Brassicanapus ?????????????

Une publication partagée par Michel Munier ???? Switzerland???????? (@apis_apidae) le

Des abeilles sur le toit
Comme la plupart des 17 000 apiculteurs suisses, le Vaudois exerce sa passion en amateur pour fournir ce produit dont on raffole. L’engouement pour ce cadeau de la nature oblige en effet notre pays à importer deux tiers de sa consommation. Le miel de Michel, produit dans son rucher niché entre un pré à vaches et une prairie aussi sauvage que fleurie, a séduit Benjamin Breton, le chef du restaurant genevois le Fiskebar: «J’ai été attiré autant par son produit que par l’humain, le passionné. Ca collait bien avec notre désir de mettre les produits locaux en avant.» Si, pour l’instant, Benjamin peut compter sur le produit d’une ruche adoptée à Founex, il pourra, dans les mois qui viennent, s’approvisionner directement sur le toit de l’hôtel Ritz Carlton, qui abrite son restaurant, et sur lequel vont être installées plusieurs ruches.

Des abeilles en pleine ville?
Certains y verront une hérésie, d’autres, comme Benja min Breton, un moyen éthique de valoriser la production de proximité et d’œuvrer pour leur préservation, menacées qu’elles sont dans certaines contrées par l’agriculture intensive et l’utilisation de pesticides. Dans la capitale vaudoise, le Lausanne Palace accueille quatre ruches sur son dernier étage. «La récolte sert notamment au petit-déjeuner des clients, à la cuisine. Nos ruches sont exploitées par Sixième épice, une entreprise locale spécialisée dans les miels d’exception», explique Edouard Millet, directeur adjoint de l’hôtel. Elles sont loin d’être isolées, puisque la Ville de Lausanne dispose elle-même de douze ruches dans lesquelles elle récolte un miel «produit à partir du butinage d’une cinquantaine de fleurs différentes et exempt de toute trace de métaux lourds.»

Effervescence
Franck Giovannini, chef triplement étoilé du restaurant de l’Hôtel de Ville, à Crissier (VD), affectionne cet ingrédient, qu’il accorde volontiers à des mets salés comme la chasse ou le foie gras. Parrain d’une des ruches de Stéphanie Vuadens [lire son portrait ci-contre] il en retire quelques dizaines de pots, qu’il utilise ou offre à ses clients. Comme d’autres, il constate la montée en puissance de ce produit made in Switzerland: «Il y a une certaine effervescence. On m’en propose régulièrement ce qui, il y a encore 10 ans, n’arrivait jamais. C’est un produit de plus en plus mis en valeur et ceux qui le font le font bien.»

Stéphanie Vuadens, Genève: reine des abeilles
Impossible de rater le véhicule tout-terrain qui lui sert à rejoindre les prairies abritant ses centaines de ruches des deux côtés du lac. Sa marque, les Miels de Stéphanie, est écrite partout, des portières au capot. Cette Parisienne d’origine, Genevoise par amour, a quitté son job dans la pharmacie pour devenir, en 2017, la seule apicultrice professionnelle du canton. Tout cela par la faute d’un essaim échoué dans le jardin de sa maison un jour de 2014. L’apiculteur qu’elle contacte pour l’en débarrasser lui propose alors d‘installer une ruche: «Un beau jour, il n’a plus voulu s’en occuper. Je m’y suis intéressée, ça m’a passionné.» Le credo de cette maman de deux garçons de 11 et 12 ans, férue de nature et de bonnes choses? Faire un miel de qualité, non chauffé et bio. Sur ses pots, pas de nom de fleurs… mais, en plus de son prénom et de son empreinte digitale, l’emplacement du rucher et la date de production, qui distingue les récoltes de juin, juillet et août, pour plus de transparence et de qualité. Mielsdestephanie.ch

Michel Munier, Founex, l'happy-culteur
Ses abeilles, il les appelle ses fées. Pour elles, il a construit un palais. Passionné par ces valeureuses ouvrières depuis son adolescence et artiste dans l’âme, il a longtemps travaillé dans le design et a même dessiné des bijoux. Le Vaudois Michel Munier, 57 ans met de la beauté dans tout ce qu’il touche. Son rucher, avec 18 ruches rassemblées sur un champ, il l’a conçu comme un jardin entouré d’arbres, de bosquets, de refuges pour les hérissons et de haies de bois mort pour les insectes. Sur les maisons de ses abeilles, il a créé des jardins suspendus de plantes diverses, offrant à ses pensionnaires un abreuvoir permanent [photo ci-contre]. Sa récolte, quelque 350 à 420 kg par an, il la met dans des pots de verre cachetés à la cire par ses soins et la vend dans les épiceries fines du coin. Un travail d’orfèvre, un univers magique qu’il partage sur Instagram et qui lui vaut de rassembler pas moins plus de 9000 abonnés accros au quotidien de son merveilleux écosystème. Instagram: @apis_apidae

Créé: 28.06.2019, 16h20

Labels: vive le swissmade!

Label de qualité d’apisuisse: Il garantit que les principes de base de la production de miel sont respectés et que les apiculteurs n’utilisent notamment pas d’agents chimiques interdits.


Label bio suisse: Apiculteurs enregistrés pour la production de miel bourgeon, selon les directives Bio Suisse.


Label Suisse Garantie: Il est décerné par l’Association suisse des apiculteurs transhumants et garantit l’ensemble du processus de production, en particulier la traçabilité.

Articles en relation

Convaincu de l’innocence de ses abeilles, il les défend jusqu’au Tribunal fédéral

Le Matin Dimanche Un apiculteur valaisan refuse, depuis trois ans, d’exterminer ses abeilles jugées dangereuses. Anecdotique au départ, l’affaire devient une saga judiciaire à la limite du surréalisme. Plus...

Parrainer une ruche pour sauver les abeilles

BILAN L’apicultrice genevoise Stéphanie Vuadens comptabilise 500 ruches. Elle cherche à se développer encore avec l’aide de sponsors. Plus...

Miel des champs, miel de ville

Apiculture genevoise Le calendrier l’affirme. Nous voilà en juin. Et en juin, l’abeille butine comme une bête. Depuis des années, les apiculteurs genevois régalent les amateurs de nectars de proximité. Ils sont de plus en plus nombreux à se lancer dans l’aventure. Nous avons choisi de vous présenter deux activistes du miel local, aux pratiques et aux choix distincts. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.