Mc Sorley doit monter d'un étage !

La revue des blogsVincent Strohbach plaide pour que Chris-Mc sorley devienne directeur général du GSHC. Toujours en sport, Pierre Weiss salue le match de Bâle à Tel-Aviv.

Chris Mc Sorley

Chris Mc Sorley Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vincent Strohbach. Si le Genève-Servette veut avoir une chance d'enfin remporter le titre de Champion Suisse de Hockey, il faudrait, en priorité, qu'il se mette rapidement à la recherche d'un véritable coach capable de dompter ses humeurs, son langage, ses nerfs et ses frustrations en acceptant avec le sang froid nécessaire à son job les inévitables erreurs d'arbitrage et autres défaites injustes. (...) Toutefois à chaque fois que j'ose tenir des tels propos, on me rétorque, avec raison, que sans lui, le club végèterait encore en ligue B, qu'il ne ménage pas sa peine et son argent pour monter une belle équipe capable de jouer les premiers rôles et qu'il est donc sans conteste le moteur qu'il faut au club genevois. Soit ! Mais pourquoi, alors ne pas admettre qu'il ne possède pas la maîtrise de soi suffisante pour être sur le banc et que sa place est donc, un étage plus haut, dans les tribunes, en tant que directeur général (comme cela existe dans tous les clubs de NHL). C. Mc Sorley pourrait alors continuer à mener "son" club comme il le désire, rien ne serait fondamentalement bouleversé, c'est juste que les attitudes du coach ne seraient plus un motif de distractions pour les joueurs et pour ...les arbitres ! À mon humble avis, ce "petit ajustement" pourrait faire la différence et nous permettre, alors, d'envisager ce titre dont nous rêvons tous depuis si longtemps....

Michèle Roullet: «Austère Genève !» Genève a le chic pour se dévaloriser. Au lieu d’être fière de ses nouvelles réalisations, elle s’échine à ne montrer que la face sombre de ses réalisations. Peur de paraître prétentieuse ? Faut-il voir dans cette attitude timorée un héritage de Calvin qui plaidait la modestie - surtout pour la femme chez qui parures et luxe dans l’habillement étaient interdits (...) – et la sobriété en proscrivant la danse, le théâtre, les jeux de hasard et même de “taverner” (aller d’une taverne à l’autre). Bref, les confédérés ont beau nous appeler les « Gueules élastiques », nous ne pouvons pas dire que nous savons si facilement nous égosiller sur nos succès. De retour à Genève et lisant la Julie, je m’étonne du ton modeste donné à l’agrandissement de la Cité universitaire. (...) Mais, j’aimerais tout de même rappeler qu’avec l’édification de cette quatrième résidence à la Cité universitaire, ce sont 300 lits supplémentaires, qui seront disponibles pour les étudiants dès la rentrée.(...) Alors, ne boudons pas nos succès, et que ce nouvel immeuble « aux proportions colossales » comme le qualifie la journaliste, devienne exemplaire et redonne aux Genevois l’envie de construire et d’entreprendre rapidement de beaux et grands projets, dont en priorité celui de la Praille-Acacias-Vernet. Ah, les vacances, cela fait du bien ! On revient plus optimiste et prêt à reprendre la plume !

Pierre Weiss: «Le FC Bâle a gagné face au Maccabi Tel-Aviv grâce à l'Egyptien Salah. Le BDS a perdu» La politique l'a emporté sur le sport mardi soir à Tel-Aviv. Or cette victoire du FC Bâle contre Maccabi Tel-Aviv n'a tenu qu'au but marqué par le joueur égyptien Mohamed Salah. Le même qui avait menacé de boycotter ce match, après avoir refusé de serrer la main des joueurs israéliens, à l'issue du match aller gagné 1 à 0 par le FC Bâle. Comme si le sport devait séparer les peuples, au lieu de les unir.

Apres avoir en effet menacé de ne pas participer à cette partie, à la suite de pressions venues de son pays d'origine, ce dernier a finalement pris une part décisive à cette rencontre. Ce faisant, Mohamed Salah a entendu les appels à la raison lancés dans son pays d'accueil, notamment par l'Association Suisse-Israël. (...)

Selon la Tribune de Genève, la partie a été rocambolesque. Après avoir mené 3 à 0, grâce notamment au but de Salah, Le FC Bâle a marqué un auto-goal puis s'est vu infliger deux buts par le Maccabi. Du coup, le FC Bale peut continuer sur sa lancée, après l'avoir emporter en 3eme phase qualificatrice de la Coupe de la Ligue des champions. On lui souhaite bonne chance.

Cette décision de faire passer le sport avant la politique représente un échec de la politique de boycott d'Israel soutenue en Suisse notamment par l'association pro-islamiste "Droit pour tous". Une association qui entend lutter contre le droit à l'existence d'Israel en lançant des appels au boycott dans tous les domaines (sportifs, culturels, économiques, etc.) où la Suisse entretient des relations avec cette autre nation de volonté. Une politique qui part du boycott, passe par les désinvestissements, et vise les sanctions, d'où son appellation de BDS.

Fred Auberson et...les congés payés Combien de français se souviennent-ils de l’origine de ce que l’on appelle aujourd’hui les « vacances » ? La désignation originale, c’est les « congés payés » apparus en France le 20 juin 1936 à l’époque du Front populaire, une coalition de gauche qui gouverna la France de 1936 à 1938. (...) De deux semaines au départ à cinq dès 1982, les congés payés ont fortement contribué à ce que l'on appelle le « tourisme de masse » fractionné durant les vacances scolaires.

Seuls les salariés bénéficient de cet avantage, les travailleurs non salariés et les professions indépendantes, n'ont donc logiquement pas de ressources quand ils ne travaillent pas ! Les ministres, paraît-il, emportent leurs dossiers dans leurs résidences secondaires - de gauche - et demeurent en alerte de la République au cas où… Il n’y a donc pas de « vacance » du pouvoir ! (...)

Changer d’air, de climat, d’ambiance, ne plus croiser le voisin à la mine patibulaire et sa femme qui jacasse comme une pie. Surtout ne pas oublier d’emporter le Smartphone, ce lien indéfectible avec le monde et les collègues restés au turbin.

Le premier avantage social des congés, ne serait-ce pas de rompre durant quelques semaines avec cet horaire cadencé et immuable : métro, boulot, dodo ? Faute de mieux, prendre le temps de vivre, de découvrir son quartier, sa ville, ses alentours.

(TDG)

Créé: 08.08.2013, 15h30

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...