Passer au contenu principal

Mauro Poggia: Le beurre et l'argent du beurre du maire de Saint-Julien

Anne Cendre: Belgium et parties de tennis. Pascal Holenweg: Prémices et prémisses de la laïcité. Claude Bonard: Hommage à deux grands artistes. Jean-Noël Cuénod: Ariane Ferrier, un hommage. Edmée Cuttat: "La Villa", politique et poétique...

Fortunati (Archives)

Sur http://blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs 29 novembre Mauro Poggia: Le beurre et l'argent du beurre du maire de Saint-Julien

Voici que le Portevoix de Saint-Julien-en-Genevoix nous gratifie d’un nouveau sermon dont il a le secret. En cause, cette fois-ci, la volonté du Conseil d’Etat genevois d’appliquer plus strictement le droit en vigueur quant à la scolarisation, à Genève, des enfants domiciliés en France. A l’appui de sa virulente rhétorique, Monsieur Antoine Vielliard fustige la pingrerie du gouvernement cantonal, qui serait prompt à encaisser l’impôt à la source des travailleurs frontaliers, mais frileux à leur rétrocéder les justes prestations (à ses yeux) qui leur reviendraient de droit. C’est en vain que l’on recherche dans cet acte d’accusation, la moindre référence aux premiers concernés de la mesure envisagée, à savoir les enfants eux-mêmes. Tout ne serait donc qu’histoire d’argent. Commençons par rappeler que la scolarisation fait partie des mesures élémentaires d’intégration, et qu’il est souhaitable, pour un enfant, de fréquenter l’école de son quartier ou de son village, afin de côtoyer les camarades avec lesquels il peut partager des activités extra scolaires. (...) Cela dit, parlons argent, puisqu’il s’agit de la préoccupation centrale de notre contradicteur du jour. (...)

Anne Cendre: Parties de tennis

En Suisse, nous sommes gâtés. Grâce à la grâce de Federer et au revers de Wawrinka, la TV suisse nous offre généreusement de multiples occasions de suivre le tennis. Lorsque nos deux héros ne sont plus de la partie, la diffusion baisse. Pour la Coupe Davis France-Belgique, la TV française est entrée en action : rare occasion de voir briller des joueurs français. Même si le fin Goffin, au physique de gendre idéal, a donné l’estocade avec succès, il n’a pas suffi à empêcher la France de remporter une dixième fois la fameuse Coupe, créée en 1900 par un étudiant d’Harvard appelé Davis. A propos des Belges : ils portaient sur leur maillot « BELGIUM ». Preuve que dans ce pays multilingue, comme la Suisse, la langue anglaise s’impose, par exigence de simplicité. Comment choisir entre BELGIQUE, BELGIË et BELGIEN sans froisser quiconque ? Mais pourquoi inscrire DAVIS CUP sur le terrain ? Et FINAL ? La finale se disputait à Lille, en pays francophone, semble-t-il. (...) D’ici-là, rendez-vous au cinéma. Deux grandes batailles sont reconstituées avec succès. L’une entre deux monstres sacrés, l’autre entre une femme et un homme. (...)

Pascal Holenweg: Prémices et prémisses de la laïcité

(...) On trouve une excellente définition (en forme de revendication) de la confusion de la religion et de la politique, de l'église et de l'Etat, sous la plume de Jean Calvin : "un gouvernement qui néglige la religion est un gouvernement mutilé. Et les magistrats qui ne s'occupent que des affaires publiques, et ne songent pas à faire observer le culte divin, sont de passifs avortons"... N'importe quel salafiste pourrait reprendre cette sentence calvinienne, à quoi Sébastien Castellion répondait que "Nul ne devient bon contre son gré. Et ceux qui veulent contraindre les hommes à la foi sont comme celui qui voudrait introduire de force, à l'aide d'un bâton, de la nourriture dans la bouche d'un malade qui s'y refuse". La sécularisation, la laïcité, la liberté religieuse s'imposent en "Occident" en émergeant des sociétés occidentales elles-mêmes : elles n'ont pas été imposées de l'extérieur, par une invasion, une occupation, une colonisation. Elles ne s'imposeront pas non plus dans le monde islamique en émergeant d'une autre source que celle de ce monde lui-même. (...)

Claude Bonard: Hommage à deux grands artistes

Dès le 7 décembre prochain aura lieu à Palexpo la 57e édition du Concours Hippique International de Genève faisant partie du partie du "Rolex Grand Slam of Show Jumping". Il fut un temps hélas lointain où les affiches des concours hippiques, à Genève, Lucerne, Yverdon, St-Gall et Thoune notamment, étaient réalisées par des artistes qui peignaient et dessinaient les chevaux avec une maestria exceptionnelle. J'aimerais rappeler aujourd'hui la mémoire de deux d'entre eux, Edouard Elzingre et Iwan E. Hugentobler qui furent en Suisse les maîtres inégalés de la peinture équestre et dont les œuvres étaient, du temps de mon enfance, reproduites dans la presse locale au moment du concours hippique pour le plus grand bonheur des lecteurs. (...)

Jean-Noël Cuénod: Ariane Ferrier, un hommage

Ainsi Ariane, tu ne seras pas une vieille dame. Devant ton visage de madone, le temps en est resté interdit. Piteux, il s’en est retourné avec ses âges et ses outrages. Te voilà jeune à jamais. Grâce à toi, l’éternité ne prendra pas une ride. Mais cela nous fait une belle jambe, puisque nous ne te verrons plus, puisque nous n’écouterons plus tes formules caustiques décochées de ta voix flûtée, mine de rien. Courtoisie narquoise. Nuage persiffleur dans la tasse de Darjeeling. Griffe dans la tapisserie, rue des Granges. Fêlure sur un vase de Sèvres. Les patriciens genevois ont de l’esprit mais point d’humour, dit-on. Tu avais le bon goût de partager et l’un et l’autre. (...)

Edmée Cuttat: "La Villa", politique et poétique

(...) Entre fable, constat et espoir, le militant Robert Guédiguian évoque avec nostalgie, poésie et générosité un monde perdu, observe celui d’aujourd’hui et imagine un futur possible dans La Villa. Son 21e film où il réunit à nouveau sa bande. A commencer par les potes de toujours, sa femme Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan. Et ceux qui sont devenus des habitués, Anaïs Demoustier, Yann Trégouët, Robinson Stévenin. Interview: (...) - Comment est né La Villa ? - Cela vient du lieu qui est pour moi comme un théâtre où on joue du Shakespeare ou du Tchékov. (...) - Qu’ils soient politiques, climatiques, économiques, parler des réfugiés vous tient à cœur. - Comment l'éviter? Ils nous renvoient à l'essentiel de l'humanité. (...)

Pascal Décaillet: Pour la vérité, enfin, dans les Balkans

(...) Au cours de ces événements, le Général Ratko Mladic, commandant militaire des Serbes de Bosnie, qui vient d’être condamné à perpétuité, à La Haye, par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), a, assurément, commis le pire. Notamment, à Srebrenica. Cela, il ne s’agit en aucun cas de le nier. Mais cela ne doit pas nous interdire une réflexion sur les crimes commis, non seulement côté serbe, mais par l’ensemble des forces en conflit. Avez-vous entendu parler, par exemple, de l’Opération Tempête, commise par les Croates, contre les Serbes de Krajina, au cours de l’été 1995 ? Oh certes, on rappellera que le TPIY a d’abord condamné son chef, le Général croate Ante Gotovina, en 2011 (avant qu’il ne fût… acquitté en appel en 2012). Mais enfin, on ne peut s’empêcher de remarquer que les gens de de La Haye ont montré, tout au long de son existence, davantage de zèle à pourchasser les Serbes que les autres. Autre exemple : l’Armée de libération du Kosovo, adulée par une partie de la presse romande à la fin des années 1990, et ses exactions, notamment en matière de trafic d’organes. (...)

Marie-France de Meuron: Quelle sensibilité affective pour les aînés, les enfants et les animaux ?

(...) J’ai été effarée de lire hier les manchettes de la TdG qui mentionnaient : « Le foie gras sauve sa peau avant les Fêtes ». Tout d’abord la tournure des propos : comme si le foie gras avait une peau alors qu’il s’agit d’une maladie dégénérative du foie imposée avec des contraintes inouïes à des canards ou des oies. Que ressentent les journalistes pour exprimer une affirmation de ce type ? Apparemment, il faut attirer l’attention des lecteurs et attiser leurs papilles ? Et dire que c’est dans cette dimension qu’on cherche à les capter à l’arrivée du Temps de l’Avent.... Peut-être parce que la sensibilité gustative est une des seules à rester encore active, sans doute avec la sensibilité tactile pour les vêtements et les ameublements ou encore les produits cosmétiques ? Et l’éditorialiste qui se contente d’user de son mental pour comparer les habitudes culinaires des Romands avec les Suisses allemands ! Heureusement qu’il y a encore des Suisses qui ont une sensibilité aux animaux ! (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.