Marko Bandler: Ils sont fous ces millionnaires !

La revue des blogsJacques-André Widmer: Plurimodaux, polyactifs et prolixes. Pascal Gavillet: Chiens, stars et déchets. Ana Roch: L’école des hypocrites. Pascal Décaillet: Classes moyennes. Maurice-Ruben Hayoun: De le religion de Brague. Alexandra Spagnolo: Papa Hippocrate.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Marko Bandler: Ils sont fous ces millionnaires !

(...) Qu’est-ce qui les retient encore ici, alors que presque partout en Suisse – et dans de nombreuses autres villes d’Europe et du monde – ils ne vivraient assurément pas le même enfer contributif ? La réponse figure presque dans la question : Genève offre un cadre de vie exceptionnel et un ensemble de prestations et de services qu’on ne trouve probablement nulle part ailleurs ! Carrefour géographique de l’Europe, notre canton est desservi par un aéroport international (à 7 minutes en train du centre-ville!). On y trouve une Université de renommée mondiale (régulièrement classée dans le top 100), ainsi que des écoles publiques autant que privées d’excellente qualité. Genève possède des infrastructures routières, ferroviaires, immobilières remarquables. On y vit en totale sécurité et on bénéficie des services publics cantonaux et communaux incroyablement fiables et efficaces. L’offre sportive, culturelle ou de loisirs, été comme hiver, est pléthorique. On y trouve tous les commerces, tous les produits, tous les services, dignes d’une mégapole. On n’oubliera évidemment pas les infrastructures sanitaires et la qualité de notre médecine, parmi les meilleures du monde. Voilà quelques-uns des atouts de notre canton (...)

Jacques-André Widmer: Plurimodaux, polyactifs et prolixes

Mon grand-oncle, prénommé Alfred, (oui, celui qui labourait ses champs avec une charrue tirée par une couple de bœufs dans les années 1930) me recommandait chaleureusement de faire carrière dans les Postes : « C'est un boulot sûr et bien payé », ne cessait-il de me répéter alors qu'adolescent, je rêvais d'être poète...(pas trop maudit si possible...) Un autre oncle, tout aussi prévenant, me conseillait, lui, la carrière militaire « car tu auras ainsi toujours à manger. » Nul ne maîtrisant le Hasard, ma destinée professionnelle fut pourtant sans tampons oblitérateurs ni trompettes martiales. Par essence, prédestination ou atavisme, j'oeuvre depuis toujours dans le clan des plurimodaux, polyactifs et prolixes. C'est ainsi qu'au fil des décennies, j'ai noirci d'immenses pages blanches de journaux suisses et étrangers, causé dans le poste en trois langues et récité ma leçon face à l'oeil noir de cameras de télé. Et voici que vous me faites encore le plaisir de me lire sur l'Internet. Merci ! (...) En fait de surprises, je fus servi en acceptant jadis de sonoriser des films documentaires pour la Radiotelevisione Italiana (RAI). (...) Des mois plus tard, alors que je somnole un dimanche sur mon sofa, je suis réveillé par ma propre voix émanant de haut-parleurs résonnant à plein tube dans la cour intérieure de mon immeuble. La télé valdotaine à réussi à revendre ma version de la RAI sur L'Histoire du Grand-Saint-Bernard à la Télévision suisse romande dont je suis l'employé à mi-temps.

Pascal Gavillet: Chiens, stars et déchets

(...) Wes Anderson, cinéaste pratique, auteur fonctionnel, censé plaire à d'exigeants publics festivaliers prompts à s'enfiévrer pour des panouilles gorgées de star. Isle of Dogs, second film d'animation du sieur Anderson, après un Fantastic Mr. Fox résolument passé inaperçu. Animation en volume pour film étrange, situé dans un Japon futuriste et au milieu de chiens formant communauté sur une île servant de déchetterie. Avec un gosse cherchant à récupérer son clébard, des références appuyées à Kurosawa et une espèce de délire fantaisiste un peu trop contrôlé pour être tout à fait honnête. Il y a de la métaphore et c'est brillant. Et surtout conscient de l'être. Et puis il y a des stars. Bill Murray, Jeff Goldblum, Edward Norton, Liev Schreiber, Scarlett Johansson, Greta Gerwig. Enfin, stars, on s'entend. Toutes alignées derrière le micro de voix off méticuleusement enregistrées en studio. Mixage parfait des graves et des aigus. Pas de révérbération. Oscar du meilleur son? Ce ne serait pas mérité…

Ana Roch: L’école des hypocrites

La récente décision du Conseil d’Etat de limiter l’accès des élèves domiciliés hors canton à la scolarisation genevoise n’en finit pas de susciter l’émoi, notamment chez certains qui seraient bien inspirés de mesurer leurs propos. Au nom du Grand Genève, qui, telle une incantation, est asséné chaque fois qu’il s’agit de tirer la couverture à soi, le Maire de Saint-Julien Antoine Vielliard fustige le “caractère ordurier d’une telle politique discriminatoire” (rien que cela). Pour lui, Genève doit assumer ses “rêves délirants de croissance”. (...) Pour Monsieur Vielliard, il faudrait déclarer sa résidence en France pour permettre d’encaisser la rétrocession sur l'impôt à la source, il faudrait y dépenser son salaire (une masse salariale globale de 9 milliards de francs), bénéficier d’un coût de la vie favorable, mais scolariser ses enfants à Genève, de surcroît dans la commune de son choix, sur le chemin du travail… Michel Charrat, du Groupement transfrontalier européen, y va également de son couplet, alléguant un droit à la scolarisation “bafoué”... (...)

Hélène Richard-Favre: La Russie au Salon du livre de Paris

(...) Invitée d’honneur dans le cadre du Salon du livre qui se tiendra à Paris en mars prochain, la Russie y sera représentée par plusieurs de ses écrivains. Parmi les absents, relève TV5Monde, on comptera trois grands noms dont celui de la lauréate du Prix Nobel de littérature 2015, Svetlana Alexievitch. L’écrivain biélorusse, en effet, n’a pas souhaité se rendre à Paris. Soit. Dommage de constater que le courage au nom duquel elle a été honorée par Genève, n’aura pas été celui d’échanger avec Zahar Prilépine à Paris.

Pascal Décaillet: Classes moyennes

Immergé comme jamais au milieu des candidats aux élections cantonales, je puis vous affirmer une chose : le souci numéro un, à Genève, est celui de la cohésion sociale. Il précède tous les autres, et doit nous occuper en priorité. A Genève, l’économie ne se porte pas si mal, mais la répartition des richesses n’est pas assurée comme il le faudrait. (...) Lorsque vous voterez, songez, tous partis confondus, à envoyer au Grand Conseil des profils d’hommes et de femmes nourris de réflexion, non sur la seule réussite individuelle, mais sur ce qui cimente la communauté. Pour moi, cela passe par un mot : la solidarité. Hors de ce concept, point de salut. La politique exige une vision d’ensemble. Si le seul enrichissement vous intéresse, allez spéculer à New York. Ici, nous avons mieux à faire.

Alexandra Spagnolo: Papa Hippocrate

Dans le cadre d'une conférence sur le thème de l'accompagnement en fin de vie (mourir dans la dignité) il avait été relevé la notion de patient-médecin de laquelle ressortait le thème de "paternalisme" face au patient. Comment ne pas succomber à une valeur pareille et surtout comment s'imposer une limite ? Qui dit "paternel" dit sentiment et un père n'est pas un vrai père sans sentiment, malgré la subtilité qu'on retrouve entre la dénomination de "papa" et de "père" tout comme de "maman" et de "mère". Ce sentiment dit "paternel", existant entre le patient et le médecin, suscite avant tout chez le malade une émotion et un attachement particuliers face à son soignant mais aussi une demande inconsciente et prédominante de protection et d'apaisement. Ce n'est que lorsque la souffrance physique et morale devient trop intense pour le malade, le plus souvent au seuil d'une issue fatale, que les choses commencent à se compliquer sérieusement pour le médecin (...)

Rémi Mogenet: Le journal secret de Laura Palmer

Je possédais depuis longtemps un exemplaire de The Secret Diary of Laura Palmer, de Jennifer Lynch, acheté à l'époque où j'étais fasciné par les mystères de Twin Peaks, la série et le film de David Lynch son père. En regardant la troisième saison, j'ai eu envie de le lire, mais à vrai dire, ce n'est pas les mêmes secrets qui y sont révélés, que ceux qui avaient suscité mon désir. Je me passionnais pour les fragments du monde spirituel que les images montraient, et je ne crois pas qu'ils soient présents dans ce livre. La partie cachée qui y est mise à jour est plutôt la vie sexuelle débridée de l'héroïne, de façon assez typique. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: De le religion de Brague

(...) Est ce qu’on parle de la même chose quand on cite des mots comme religion, Dieu, éthique équité, interdits, commandements etc… Prima facie oui, mais à y regarder de plus près, les spécialistes se rendent compte qu’il n’en est rien. Un exemple, mieux que cent autres, peut visualiser ce qu’on cherche à dire : le christianisme est pourtant issu en ligne du judaïsme et pourtant il n’existe pas deux religions qui soient aussi aux antipodes l’une de l’autre, bien que leurs liens soient des plus forts et que leur sort ait toujours été partagé puisqu’il existe un néologisme, le judéo-christianisme, alors que cette formation ne se constate dans aucun autre système de croyance. Il n’y a pas d’islamo-christianisme, par exemple. Contrairement à l’islam qui n’a repris que quelques histoires vétérotestamentaires en les retravaillant et en les réécrivant, le christianisme, a tout repris en bloc tout en soumettant les anciennes sources à une méthode d’interprétation allégorique qui les a vidées de tout contenu positif. C’est ce qu’’on nomme l’antinomisme chrétien dont Saint Paul s’est fait une grande spécialité. La meilleure illustration en est la petite controverse avec les Galates au sujet de la circoncision. (...)

Ronald Zacharias: L'électoralisme du désespoir..

Électorat en déshérence oblige, ceux qui se prétendent les plus ardents défenseurs des classes moyennes et des PME ont trouvé le moyen de sortir un projet de loi, électoraliste s'il en est, prônant une préférence cantonale (obligatoire) à l'emploi, étendue au secteur privé. Jusque là, tout semblerait aller comme dans le meilleur des mondes possibles (quoique), sauf que le texte parlementaire fait l'impasse, à dessein, sur l'essentielle condition de la parité salariale. Pour définitivement flinguer le tissu PME genevois, ce projet est de première! (...) (TDG)

Créé: 16.02.2018, 16h14

Articles en relation

Catherine Armand: La classe qui lutte

Belle cuvée de blogs Maurice-Ruben Hayoun: Qu'est ce que le bonheur? Vincent Schmid: Le génie de l’Europe. Jean-Michel Olivier: Beigbeder trompe la mort. Béatrice Deslarzes: Une sacrée dose... d'hypocrisie... Pierre Scherb: Pavillon de la danse: mal ficelé. Jean-Noël Cuénod: A la langue corse, Macron préfère le franglais. Plus...

Haykel Ezzeddinne : Bienvenue à «Light Geneva graffiti magazine»

Blogs sélection Sylvain Thévoz: Maudet veut en finir avec les Fêtes de Genève. Edmée Cuttat: Un étonnant thriller théologique. Jean-Michel Bugnion: Ces salauds de riches! Jean-Michel Olivier: Anne Perrier et Georges Haldas. Alexandra Rys: Médias de service public Plus...

Mireille Vallette: Le succès de Tariq Ramadan? La faute aux médias

Grands blogs Daniel Warner: Are you up for the Olympics? Antoine Vielliard: Que Genève assume ses rêves délirants de croissance. René Longet: Plébisciter la coopération au développement. Maurice-ruben Hayoun: La fable des abeilles de Bernard de Mandeville. Plus...

Pascal Holenweg: Du sous-sol des abris PC au bocal de l'aéroport...

Blogs à lire Jean- Philippe Accart: Trouver ce que l'on ne cherche pas... sur le Net. Marie-France de Meuron: Pourquoi le Conseil Fédéral ne confédérerait-il pas la monde médical ? John Goetelen: Tuvalu ne coule plus. Djemâa Chraïti: Rrom, Gitan, Tsigane, d'une confusion à l'autre. Adrien Faure: Entretien avec un anarchiste individualiste Plus...

Magali Orsini: La valeur locative et la taxation des robots

La revue des blogs Haykel Ezzedddine: JO 2018: les présentateurs de la RTS mal inspirés. Olivier Emery: Clint Eastwood brille entre anarchie, athéisme et immoralité. Vincent Schmid: L'âge identitaire. Jean-Noël Cuénod: Le « populisme », cet allié de la mafia des passeurs. Maurice-Ruben Hayoun: Un tournant dans la confrontation avec les mollahs? Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

USA: les enfants de migrants séparés de leurs parents
Plus...