Marie-France de Meuron: La Santé perçue par la théorie des ensembles

Blogs à lireSylvain Thévoz: Récit d’une radicalisation. Adrien Faure: Pourquoi Fatio a été arquebusé. Jacqueline Roiz: Journaux romands, agir ou se taire. Pascal Décaillet: L’Europe autrement. Olivier Emery: Mondial et Nati...

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Marie-France de Meuron: La Santé perçue par la théorie des ensembles

Alors que la médecine s’appuie tout azimut sur les statistiques, il est grand temps de remettre de l’ordre dans la Santé, avec une théorie fondamentale des mathématiques, afin d’inclure un maximum des paramètres concernés, tout en distinguant bien la place qui revient à chacun. Je réagis à la lecture du titre « La santé est devenue le souci numéro un des Suisses. ». Pour moi la santé est un terme sacré qui est galvaudé ces temps pour atténuer le problème des coûts non pas de la santé (2e manipulation) mais de notre système de soins comme le nomme très justement professeur René Knüssel du Centre de recherche sur les parcours de vie et les inégalités à Lausanne. Si seulement la Santé était le souci numéro un des Suisses ! On n’en serait pas à cette faillite de tout un système scientifico-économico-politico-juridique dont les espaces se jouxtent et se mélangent selon les avantages ou besoins de chaque secteur qui tire la couverture à lui pour défendre son territoire. Or, la théorie des ensembles pourrait nous apporter une structure autre que celle rafistolée par des idées ou déductions économiques et politiques qui n’ont fait qu’empirer la situation depuis une vingtaine d’années, soutenues par des lois, règlements et décisions de tribunaux. (...)

Claude Bonard: A Genève nous avons aussi notre garde des Sceaux

A Genève, Madame la Chancelière d'Etat revêt la fonction de garde des Sceaux. En effet, dès le XIVe siècle, le gouvernement de l’Evêque de Genève comportait un « Secrétaire de l’évêché » responsable de toutes les écritures. Il était chargé de garder la matrice des sceaux qui permettait de garantir l’authenticité des documents officiels de Genève et avait ainsi la garde des sceaux. Ce personnage était aussi, comme Madame la Chancelière d'Etat en a la responsabilité aujourd'hui, chargé de dresser et contresigner les actes officiels. Sur un plan plus général, on doit la création de l'office de "garde des Sceaux" au roi de France Philippe Auguste suite à la défaite de son armée lors de la bataille de Freteval du 5 juillet 1194 dans le Loir-et-Cher contre les Anglais de Richard Coeur de Lion. (...)

Adrien Faure: Pourquoi Fatio a été arquebusé

Jusqu'à présent nous avons beaucoup parlé ici des années 1750 à 1780 à Genève. Aujourd'hui, je vous propose de poursuivre l'étude du XVIIIe siècle genevois en repartant du début du siècle même avec l'Affaire Fatio. Le texte que je vous propose est rédigé par un camarade de la Faculté des Lettres, Alexandre Briguet, du Master en histoire générale, et relu par mes soins. (...) Fatio subit une perte de soutien citoyen et le 23 mai, il diffuse les propositions des Citoyens parmi lesquelles il a supprimé le droit d’initiative. Mais le 26 mai 1707, le Conseil Général refuse la ballotte, accepte le vote à l’oreille du secrétaire (plutôt qu’à bulletin secret) et de voter en gros plutôt qu’article par article, à 692 voix contre 37. Fatio et plus « deux cent cinquante citoyens de la plus petite populace », aux dires du Petit Conseil, contestent la validité du scrutin[16]. Finalement, Fatio revient à la raison et calme les mécontents, leur assurant qu’ils pourront corriger les abus d’ici cinq ans. Mais ces mécontents sont fichés par le gouvernement.[17] Dès le 10 juin 1707, le gouvernement met en place des banquets de réconciliation qui durent deux semaines[18]. Dès août 1707, le gouvernement accuse les chefs du mouvement de complot et Fatio et Delachana sont accusés de tentative de renversement de l’Etat. Après son arrestation, Fatio est arquebusé dans la cour de la prison. La première révolte du XVIIIe siècle genevois contre l’oligarchie prend ainsi fin.

Sylvain Thévoz: Récit d’une radicalisation

(...) Je l'ai un peu perdu de vue à l'adolescence mais j'ai toujours entendu parler de lui. Tout semblait normal. Il suivait de bonnes études (payées par ses parents). Il ne manquait de rien. C’était pas l’abondance, mais en tout cas pas la misère. (...) Vers 19 ans, quelque chose a changé en lui. Il ne voulait pas reconnaître la loi ni l’autorité. Ses parents se sont inquiétés. Ils ont fait le forcing pour l'inscrire à l’université, en sciences économiques. Il a accepté. Il lisait toujours plus de livres et s’isolait. Boire ne l’intéressait plus, ni voir ses amis, fêter ou danser. Il devenait rigoriste. Il a passé son bachelor et master, avec mention. Un étudiant brillant. Et pourtant... Il a fait ce satané voyage qui l'a radicalement changé. Un an loin de chez lui. Si ses parents avaient su ce qui allait se passer, ils lui auraient confisqué son passeport, l’auraient sûrement empêché de partir. A son retour, personne ne l’a reconnu. C’était fini. (...) Un voyage à la City. Le chemin vers la radicalisation. C’est chez nous, aujourd'hui, au sein de nos quartiers, dans nos familles, dans la tête de nos jeunes. Cette idéologie mortifère se répand et s'implante toujours plus. Faire du fric à tout prix en se foutant royalement des conséquences pour la vie d'autres êtres humains. Deux parents dans la détresse. Une famille brisée. Ils n’arrivent plus à croire que c’est leur fils qui passe en voiture de luxe avec sa chemise blanche, l’air impeccable du salaud qui ne mesure plus la portée de ses actes et se contrefout de la mort qu’il répand autour de lui. Que faire ? En parler autour de soi, afin que cela n'arrive pas à d'autres jeunes.

Jacqueline Roiz: Journaux romands, agir ou se taire.

A l’heure où Tamedia casse les journaux romands, A l’heure où la grève est déclenchée par un non-respect de l’employeur vis-à-vis des employés, C’est aussi le métier et la démocratie qui sont défendus, ainsi que l’avenir des journaux outre-Sarine (le dogme économique des actionnaires les y mènera aussi). A l’heure où les politiques expriment leur soutien indéfectible sur les réseaux sociaux, et tentent de servir de médiateurs auprès de Tamedia, Je pense que nos représentants à Berne vont devoir faire des propositions concrètes pour maintenir les médias écrits, sur le plus long terme et afin d'éviter qu’ils dépendent tant des publicités. L’argent est le nerf de la guerre, nous le savons bien, donc « aider » les journaux passera par une aide financière, direct ou indirecte. Sans idées précises, sans propositions, nos politiques n’auront plus qu’à pleurer la fin des journaux romands, mais cette fois en silence…

Pascal Décaillet: L’Europe autrement

(...) Aujourd'hui, l'arroseur est arrosé. La fin de l'Histoire, c'est fini. Parce que l'entité nationale, un peu partout, revient. Elle n'est nullement imposée d'en haut, mais réclamée par les peuples et les patriotes, souvent d'ailleurs par les personnes les plus défavorisées. Quand il ne reste plus rien, demeurent la Patrie, la chaleur d'un sentiment d'appartenance, l'émotion d'être engagé dans une communauté nationale. Il n'y a là rien de belliqueux, nulle supériorité par rapport aux voisins, nul rejet de l'Autre, c'est tout au moins la conception que j'en ai. A mes yeux, tous les humains sont égaux, je suis ouvert à toutes leurs cultures, mais cela ne m'empêche pas de commencer par connaître mes racines, mon ancrage, mon environnement premier. La fin de l'Histoire a été une monstrueuse erreur. Une vision intellectuelle, abstraite, désincarnée. Pour construire, ensemble, quelque chose de puissant et de durable, dans ce continent que nous aimons, nous ne devons pas partir de chimères technocratiques, mais de la profondeur de chacune de nos réalités nationales. Nier l'échelon de la nation, vouloir jouer à saute-mouton sur lui, c'est s'exposer, par mouvement de balancier, à la fureur des peuples. C'est exactement cela qui arrive au château de cartes européen, il est en train de s'effondrer. Il nous faut construire l'Europe, oui. Mais autrement. (...)

Olivier Emery: Mondial et Nati: verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Je ne suis pas d'accord avec celles et ceux qui se lamentent sur la performance de notre équipe nationale de football. N'est-ce pas extraordinaire d'avoir réussi - encore une fois - à nous qualifier pour la phase finale d'un tournoi international ? A ce critère nous sommes meilleurs que l'Italie, la Turquie et les Pays-Bas; pas si mal non ? N'est-ce pas remarquable de s'être - encore une fois – qualifié pour les 8èmes de finale ? Nous devançons l'Allemagne, le Nigeria et la Pologne; pas si mal non ? Certes nous ne parvenons pas à rejoindre le cercle fermé des 8 meilleures équipes de la planète; mais nous sommes en bonne compagnie avec de prestigieuses équipes : l'Espagne, le Portugal et l'Argentine; pas si mal non ? (TDG)

Créé: 06.07.2018, 15h42

Articles en relation

Antoine Vielliard: La préférence indigène concerne les frontaliers

La revue des blogs Charly Schwarz: A qui profite le gratuit... Herbert Ehrsam: Le Matin ... La Suisse ... Daniel Warner: Is Roger Federer Being Unfaithful? Pascal Décaillet: En 2050, tout ira mieux ! Gorgui Ndoye: Nouveau Secrétaire général de la Francophonie Plus...

Philippe Souaille: "Complots", une web série au financement participatif

Bons blogs Edouard Cuendet: Plaidoyer pour un pont sur la Rade. Rémi Mogenet: Joseph de Maistre et le Surréalisme. Djemaâ Chraïti: Le bain du bébé. Mireille Vallette: Djihadistes en Syrie: de l'effroi à l'empathie. Plus...

Sylvain Thévoz: Un bon chasseur peut tirer une biche mais pas un âne

La revue des blogs John Goetelen: Le retour d’Hayabusa. Jacques-André Widmer: 1974 : le Syndicat Suisse des Mass Media restaure l'ordre à la TSR. Marie-France de Meuron: La Santé perçue par la théorie des ensembles. Claude Bonard: Genève et l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert Plus...

Olivier Emery: Que la FIFA mette le fair play en avant!

Blogs sélectionnés Sylvain Thévoz: Lettre à un ami athée. Gorgui Ndoye: Un grand marabout sénégalais à Genève. Jean-Noël Cuénod: Macron s’encouble sur le tapis de la migration. Michel Lambert: Lettre ouverte à Thierry Apothéloz. Plus...

Mauro Poggia: Chômeurs frontaliers, mon deal européen

Blogs à lire Haykel Ezzeddine: Coupe du monde de foot: quelle mascarade! Mireille Vallette: Haine? Non, amour! Didier Bonny: « Désobéissance »: délicatesse, tendresse et bienveillance. Pascal Décaillet: Cela s'appelle la politique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...