Jean-Noël Cuénod: Jérusalem ? Et Dieu dans tout ça ?

La revue des blogsOlivier Perroux: Emmanuel Macron découvre l'Afrique. Christophe Ebener: Eclusées du Rhône : et la souffrance animale dans tout ça ? Edmée Cuttat: "Les derniers Jedi" divise et traînasse. Pascal Holenweg: Recyclage de la réforme de l'imposition des entreprises

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Jean-Noël Cuénod: Jérusalem ? Et Dieu dans tout ça ?

Les penseurs de l’athéisme ont beau s’efforcer d’enterrer Dieu, le voilà qu’il resurgit dès la dernière pelletée. Increvable, Dieu. Il nous enterrera tous, vous verrez ! (...) Si l’humain était un être rationnel, la résolution 181 serait passé de l’idée à la réalité, sans coup férir. Qu’est-ce que cette résolution 181 que tout le monde a oubliée? Adoptée le 29 novembre 1947 par l’Assemblée générale des Nations-Unies, elle érigeait Jérusalem en entité séparée des territoires arabes et juifs, placée provisoirement sous l’égide du Conseil de tutelle de l’ONU qui devait désigner un gouverneur, élaborer un statut et prévoir l’élection au suffrage universel d’une assemblée. Une fois rédigé, ce statut était prévu pour durer dix ans, puis réexaminé par le Conseil de tutelle, avec consultation de la population hiérosolymitaine (essayez de placer cette épithète dans la conversation; succès d’estime assuré !). Mais voilà, les penseurs rationalistes peuvent bien se tordre les mains de désespoir et ne pas ménager leurs méninges, l’humain n’est pas réductible à la raison raisonnante. Et s’il résonne, c’est surtout comme un tambour. (...)

Olivier Perroux: Emmanuel Macron découvre l'Afrique

Au dernier jour de sa tournée africaine le dimanche 3 décembre dernier, Emmanuel Macron s’est entendu dire les 4 vérités du plus gros continent de la planète. Par la bouche du président Akufo-Addo du Ghana, la diatribe fera sans doute date. Beaucoup de Suisses et d’élus de notre pays, à commencer par ceux de Vernier qui viennent de diviser par deux le montant de l’aide internationale dans le budget 2018, devraient prendre le temps d’écouter ces 8 minutes qui claquent comme un rappel à l’ordre. Il ne s’agit pas d’un discours du président Akufo-Addo mais de la réponse en conférence de presse à une question concernant les jeune africains qui n’ont d’yeux que pour l’Europe et qui parcourent des milliers de kilomètres pour la rejoindre, parfois au péril de leurs vies. Pas des paroles improvisées pour autant, puisque ce qui est dit figure en bonne place dans le programme électoral de celui qui a accédé à la fonction suprême du Ghana il y a quelques mois seulement. Derrière les mots d’un président africain plein de dynamisme, la question du néocolonialisme. (...)

Christophe Ebener: Eclusées du Rhône : et la souffrance animale dans tout ça ?

Depuis des années, il n’est plus possible de créer des parcours de pêche « no kill » en Suisse (des parcours où les pêcheurs doivent relâcher la totalité des poissons qu’ils capturent), alors même qu’ils sont très efficaces pour préserver durablement les ressources piscicoles, parce qu’une ordonnance fédérale l’interdit au motif qu’ils sont incompatibles avec la protection des animaux. Soit. Quand un oiseau piscivore est tiré dans le canton, c’est à dire moins d’une fois par an, ma boîte e-mail déborde de messages appelant à interdire la pêche de loisir et à ne pas tuer d’animaux sauvages. Soit. Par contre, à chaque fois que je me ballade au bord du Rhône, et que j’y trouve des poissons échoués sur la terre ferme, morts asphyxiés, c’est l'indifférence et le silence qui me frappent ! Ces poissons ne sont pourtant pas mort naturellement. Ils sont là parce que le niveau du Rhône a baissé tellement vite que les poissons sont restés sur place, cherchant refuge dans les quelques flaques qui ont fini, elles aussi, par disparaître. (...)

Edmée Cuttat: "Les derniers Jedi" divise et traînasse

(...) Rian Johnson fait la part belle aux personnages féminins, aux commandes et au coeur du combat dans cet épisode entre la lente déconstruction et le renouvellement du mythe mêlant action, humour, drame, émotion. Par ailleurs les effets spéciaux sont réussis tout comme la photographie. On aime également les bestioles bizarroïdes (image) et le petit robot BB-8 est toujours aussi irrésistible. Mais en dépit de ses qualités, ce huitième métrage qui se veut un space opera ambitieux, audacieux, misant sur la réflexion, manque de rythme et pêche par un scénario fouillis en multipliant les redites, les batailles à la longue soûlantes entre vaisseaux spatiaux et duels au sabre. Sans oublier une prolifération des intrigues parallèles inutiles car sous-exploitées. Comme la relation trouble entre Rey et Kylo Ren aussi enragé que torturé., Ou entre Finn et Rose l'un des nouveaux personnages. Et surtout, c’est interminable!

Pascal Holenweg: Recyclage de la réforme de l'imposition des entreprises

(...) on voit mal en effet pourquoi, sauf à vouloir vraiment faire plaisir au PLR et à son président, il faudrait soutenir un projet qui ne "change presque rien" à un projet qu'on avait combattu... et qui, en fixant à Genève un taux d'imposition à 13,8 % pour participer à la concurrence fiscale lancée par le canton voisin, pourrait faire perdre un demi-milliard aux collectivités publiques genevoises (le canton et les communes). Début 2018, la commission fiscale du Grand Conseil genevois redémarrera ses travaux sur la réforme fiscale. Les enjeux n'ont pas changé, les menaces non plus. Et si le projet cantonal ne change pas, les fronts ne changeront pas non plus, ni sans doute le résultat en votation populaire : ce sera "non". (...)

John Goetelen: « Martyr du climat » : la barque est pleine

(...) Dans l’article du Matin, l’auteur, Michel Pralong, reconnaît bien qu’il y a polémique sur l’état réel de cet ours et ses causes. Il pourrait être malade, ou simplement très vieux. Mais il balaie toute interrogation avec une réponse de Pierrette Rey, porte-parole du WWF Suisse: « C’est possible. Reste que ces images illustrent un problème bien réel. Le terrain de chasse des ours polaires, qui se nourrissent surtout de phoques sur la banquise, se rétrécit avec la fonte des glaces. » Cette personne semble ignorer qu’une partie des ours blancs chassent uniquement sur la terre ferme (...) (TDG)

Créé: 14.12.2017, 16h56

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Maldive, nouveau refuge de DAECH
Plus...