Grégoire Barbey: Et si Pierre Maudet abandonnait la Police?

Larevue des blogsChristophe Ebener Des arc-en-ciel dans une zone villa, c’est plutôt sympa non ? Thierry Apothéloz: Il ne nous diviseront pas. Olivier Perroux:Youpi, on supprime des bus. Pascal Holenweg: Sortir de la logique punitive. Vincent Strohbach: Lettres à ma fille, La discipline...

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Grégoire Barbey: Et si Pierre Maudet abandonnait la Police?

Pierre Maudet serait-il prêt à abandonner la Police lors de la répartition des départements l'an prochain? La rumeur se fait très insistante en tout cas. Cela fait longtemps qu'il lorgne sur les Finances, un bon strapontin pour des ambitions... fédérales. Sans doute souhaiterait-il y joindre l'Economie, excellent moyen de réseauter, ce qui n'est pas négligeable. Et puis, ça fait de jolies photos sur Instagram, les voyages à l'étranger... En tous les cas, Pierre Maudet devrait probablement obtenir la présidence du Conseil d'Etat, de par son ancienneté à l'Exécutif cantonal. Et contrairement à l'actuelle législature, le conseiller d'Etat en charge de la présidence devrait vraisemblablement disposer d'une politique publique. Beaucoup s'accordent à dire que la structure du Département présidentiel de François Longchamp est peu lisible. (...)

Christophe Ebener Des arc-en-ciel dans une zone villa, c’est plutôt sympa non ?

Il y a peu, on se demandait ici même si le Rhône genevois tenait plus d’une zone villa ou d’une forêt primaire. Hé bien les pêcheurs ont tranché ! Ils ont déversé ce week end plus de trois cent kilos de truites arc-en-ciel dans le Rhône franco-genevois ! Parce que voir disparaître la pêche de loisir dans le Rhône, ça suffit. Parce ce que faire le grand écart entre les injonctions contradictoires du Canton, de la Confédération et des protecteurs des animaux, y en a marre. Parce que 3 barrages sur quelques kilomètres, des vidanges tous les 3 ou 4 ans et des débits qui varient du simple au quintuple dans la journée, c’est pas plus naturel qu’une truite américaine. Et surtout parce que la nature n’attend jamais qu’un écosystème revienne à un état ancestral. D’autres espèces, telles les silures par exemple, profitent en effet de la situation pour remplir le vide laissé par nos poissons indigènes. Finalement, les pêcheurs ont eu bien raison. Des arc-en-ciel dans une zone villa, c’est vraiment sympa !

Pascal Holenweg: Sortir de la logique punitive

(...) Le président du PDC (le parti de Barthassat), qui considère qu'il ne faut pas "punir les votants") se dit lui aussi (sans préjuger la position de son parti) prêt à soutenir une augmentation de la subvention aux TPG... qui obtiendrait alors une majorité au parlement (la gauche, le MCG, le PDC...) Le message réitéré du peuple commencerait-il à passer ? Si des oreilles gouvernementales consentaient à s'ouvrir, on pourrait alors, si la majorité parlementaire qui se dessine se confirme, éviter une quatrième votation, un quatrième refus d'une hausse de tarif, un quatrième train de mesures punitives. Parce que le comique de répétition, c'est très bien au théâtre, au cinéma, au cirque et dans la vie privée -mais en politique, façon "si vous votez mal, on vous punit", ça passe mal.

Thierry Apothéloz: Il ne nous diviseront pas

(...) On lit que nous serions, les candidat-e-s au Conseil d’Etat, en désaccord avec la base du parti, que nous serions changeants sur nos positions. Rien de plus faux, nous avons combattu ensemble la RIE III fédérale et nous avons gagné. Nous avons eu des approches différentes de la RIE III cantonale mais maintenant nous voilà en position de force pour renégocier pour le bien de toutes et tous les Genevois-es. Nous voulons toutes et tous assurer l’avenir de nos retraites à l’heure des incertitudes sur son financement. Je sais les positions parfois divergentes sur l’attitude par rapport à la prévoyance 2020, vous connaissez ma position. Mais sur le fond cette ambition pour une retraite solidaire et digne pour toutes et tous, nous la partageons. Dès lors, quoiqu’il arrive ce combat sera toujours celui du parti socialiste. Je connais le travail incroyable de nos serviteurs de l’Etat qui aujourd’hui sont inquiets pour leurs retraites, leur deuxième pilier. Ces gens qui tous les jours œuvrent au service des Genevois-es et qui se demandent quels sacrifices ils devront encore faire. Et des sacrifices, ils en ont fait et sont prêts à en faire encore, mais pas à n’importe quel prix. (...) Vincent Strohbach: Lettres à ma fille, La discipline Les Québécois ont les yeux tellement fixés sur la France que j'imagine que, là-bas non plus, tu ne peux pas échapper aux commentaires sur le gouvernement mis en place par le président français Emmanuel Macron. Ce n'est pas le premier à y penser et c'est vrai que dans l'idéal, l'intention est bonne, en choisissant des personnalités issues de la société civile et donc sans antécédents politiques, le jeune président français mise sur des approches différentes et pragmatiques pour aider son pays à sortir de l'ornière dans lequel il végète depuis si longtemps. Sauf qu'à ce jour, les quelques ministres issus de la société civile ont très vite été confrontés à un problème essentiel visiblement difficilement surmontable; La discipline. (...)

Sylvain Thévoz: Ma rencontre avec un coucou de l'apocalypse

(...) Mais hé, il lui vient une idée. Si pour sûr on va vers l'apocalypse, la destruction généralisée, il se pourrait bien, oui, il se pourrait quand même, voire, il se pourrait malgré tout, qu'il y ait encore un été et des cerises et du basilic sur le marché, et même des piscines ouvertes, allez, et de la bière fraîche l'été dans les parcs, et ça, ça le fait sourire largement. Oui ça, ça le fait rêver … - Hé, mais pourquoi tu parles toujours des autres et jamais de toi, de ce que tu veux faire, et de ce qu'il te manque dans ta vie pour désirer ? - Mec, j'aimerai posséder ce que je crois que mon voisin a, ou retrouver ce que je croyais avoir, c'est mon droit. - Et pourquoi tu me le dis à moi, et commences pas à le chercher ? - Parce que je ne sais pas par où commencer, bordel, ni comment, ni même avec qui. Parce qu'à part Abdel, avec qui je dors le soir collé - et encore il ronfle- je n'ai pas de proche, et que c'est quand même plus simple à vivre blindé, qu'exposé en affrontant cette vie là en l'empoignant sans savoir ce qui va arriver ni même le contrôler, okay? Au moins les murs, ça permet de cacher l'horizon. L'ouverture, ça fait flipper. - Et si tu restais un moment pour boire un café et en discuter? Je trouve pas mal ce que tu racontes. - Hé mec ouais, je veux bien. De toute façon, là, je n'ai rien d'autres à faire que de te parler, et si ça peut t'apprendre quelque chose et t'aider, je veux bien essayer...

Bruno Hubacher: L’argent, un bien public

(...) La théorie économique prédominante veut que lorsqu’il y a davantage de monnaie mise en circulation que de richesses produites, il y a inflation, dont la maîtrise est précisément la tâche de la banque centrale. Seulement, actuellement les banques centrales, inondent les coffres des banques privées de liquidités à coût zéro, dans l’espoir que celles-ci en fassent bénéficier les petites et moyennes entreprises, garantes à 90% de la bonne marche de l’économie. Résultat, nous avons déflation plutôt qu’inflation, ce qui est tout aussi dangereux, si ce n’est plus. Pourquoi ? Parce que les banques privées ne remplissent pas leur rôle, l’approvisionnement de l’économie en liquidités, mais se contentent d’investir dans les marchés financiers ou prêter aux états à des taux, variant entre 1 et 5%, encaissant par l’occasion un joli bénéfice sans risque aucun, ce qui crée de l’inflation dans la sphère financière et de la déflation dans l’économie réelle. Ainsi, même l’état, originellement le seul détenteur du droit de la création monétaire, est dorénavant réduit à financer son ménage au bon vouloir des banques privées à un coût exorbitant et contraint à la rigueur budgétaire, empêché d’effectuer les investissements nécessaires aux futures générations. A l’origine, un bien public, l’argent est devenu une marchandise comme une autre. (...) Il se trouve que malheureusement le quatrième pouvoir dans l’état, la presse, ne remplit plus son rôle de force de proposition et opposition, que ce soit en Allemagne, en France ou en Angleterre d’ailleurs. Les journalistes français, en l’occurrence, pas tous mais les mieux payés, préfèrent, encore une fois, faire le jeu de leurs patrons, une attitude irresponsable et un poison pour la démocratie.

PDC Carouge: Savez-vous que…

(...) - La pose de caméras de vidéosurveillance - Les tarifs familles et l'ouverture en soirée de la piscine - Le "chèque activité" de CHF 200.- pour tous les jeunes Carougeois - La défense des commerçants durant les travaux d'aménagement - La Bibliothèque Municipale - Le parking souterrain de la place de la Sardaigne - Les crèches - Retour liaison Carouge-Gare - L'EMS des Pervenches - La participation communale à tout achat de vélo électrique - Le partenariat privé-public pour aider les chômeurs de plus de 50 ans - la mise place de charte d’aménagement pour le développement cohérent, harmonieux et durable des nouveaux quartier carougeois... Sont, entre autres, des réalisations proposées et/ou mises en place par les démocrates-chrétiens ? Et bien si vous ne le saviez pas, maintenant c’est fait ! (...)

Olivier Perroux:Youpi, on supprime des bus

(...) Suivons le raisonnement: les nouveaux aménagements permettent aux bus de mieux circuler. Alors ces bus transportent plus de personnes car ils ont gagnés 4 minutes sur le parcours. Dès lors, pour transporter le même nombre de personnes, il est possible de supprimer des bus. A l’envers des tendances de mobilité, Genève inaugure une nouvelle politique. Créer des aménagements pour faciliter la circulation des bus afin d’en supprimer. A quand un prix pour un raisonnement aussi crétin? En réalité, cette politique n'est pas nouvelle. (...) Bien sûr, ce qui est en jeu c’est l’ornière dans lequel le canton est tombé avec l’inscription du tarif TPG dans la loi par voie d’initiative. Depuis, c’est toute la politique des transports qui marche sur la tête. Là où les transports publics devraient augmenter le nombre de personnes transportées, d’ailleurs le voeux électoraliste des initiants, Genève augmente la vitesse commerciale avec pour objectif de pouvoir supprimer des bus. Heureusement que le ridicule ne tue pas… (TDG)

Créé: 30.05.2017, 14h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.