Un sacré groupe de pressions pétille «Au Coin Mousse»

Fines gueulesUn tout nouveau zinc des Grottes aligne 21 tireuses et autant de bières artisanales et régionales.

Julien Beaud et Yannick Muller en pleine action. Les compères conseillent et font goûter une larme des 21 bières pression du jour, qui s’affichent sur un intimidant tableau noir.

Julien Beaud et Yannick Muller en pleine action. Les compères conseillent et font goûter une larme des 21 bières pression du jour, qui s’affichent sur un intimidant tableau noir. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A ce spectacle, l’amateur de bière sent un délicieux frisson lui zébrer le gosier. Pensez: sur ce zinc-là s’alignent, comme à la parade, vingt et une tireuses. C’est peut-être un détail pour vous. Mais pour lui, cela veut dire beaucoup: il va pouvoir choisir – ou pas – entre 21 mousses pression! C’est rare. Et même inédit à Genève. Surtout qu’il ne s’agit pas de binchs lambda, industrielles et sans âme. Mais de productions locales, pleines de caractère et de bulles artisanales, mitonnées par des microbrasseurs aux idées longues. Du Père Jakob de Soral au Dr. Gabs vaudois, de la BFM jurassienne aux Trois Dames de Sainte-Croix, en passant par une kyrielle d’autres petites maisons helvètes inconnues de nos services.

Rêve de gosse

Nous voilà Au Coin Mousse, tout frais comptoir des Grottes, puisque vieux de trois petits mois, déjà couru par une clientèle souvent internationale et plus féminine que prévu. De ce bar-là, Yannick Muller en a rêvé depuis ses vertes années. «J’ai toujours eu envie d’ouvrir un débit de boissons», confie-il. Après un brevet en hôtellerie, quelques stages et boulots dans des maisons qui comptent, il se casse la patte. «Je ne faisais plus rien pendant des mois. Mon père s’énervait. Il m’a trouvé un job dans une banque.» Ce boulot-là, il l’a toujours, mais à mi-temps. Le reste de ses journées et soirées, il les consacre donc à la réalisation de son «rêve de môme».

Evidemment, avant que ne coulent les 21 pressions, il a fallu réfléchir, s’entourer de conseils, visiter des brasseries, trouver une arcade, etc. Le chemin de croix du cafetier en somme, mais avec quelques contraintes supplémentaires. «On avait en particulier besoin d’une cave avec une surface suffisante pour installer toute l’infrastructure.» La pièce froide enterrée du Coin Mousse abrite sur 6 m2 un «bordel organisé» de fûts aux looks variés, câbles, manomètres, tuyaux et compresseurs, qui pourrait évoquer la salle des machines d’un sous-marin. Avec un peu d’imagination. Après trois bières, certains n’en manquent guère

Conseils houblonnés

Pour arriver à ses fins moussues, Yannick a pu compter sur le savoir de Livio Simeone, de la mirobolante Brasserie du Virage à Plan-les-Ouates, qui lui a prodigué tuyaux, adresses et coups de main. Et de Julien Beaud, «beer geek» à la barbe de prédicateur et brasseur défroqué, qui tient désormais le bar en sa compagnie. Les deux garçons ne se contentent pas d’emplir des chopes en cascade. Ils conseillent itou. «C’est primordial», assurent-ils. «Si les Vaudois sont souvent assez connaisseurs, les Genevois restent assez néophytes. Il faut chercher à comprendre les goûts du client. S’il dit aimer la blonde, on lui demande de préciser: acide, amère, fruitée, laiteuse.» Heu…

Mieux: le duo fait goûter avant de servir. Une larme, au fond du verre. «Les gens ne doivent partir qu’avec une bière qu’ils aiment.» Cela paraît idiot comme credo. Mais ce n’est pas si simple à mettre en œuvre. Surtout que la carte des pressions, que l’on découvre sur un impressionnant tableau noir, change tous les soirs. Si, si, si. «Quand un fût est terminé, on change de brasserie», rigole Julien. De sorte que, en considérant l’imposant choix de bouteilles, l’habitué pourrait ne jamais se siffler la même mousse dans ce troquet-là. Au fait, pourquoi 21? D’où sort-il, ce chiffre-là? «On croit que c’est à cause de l’adresse: 21, rue du Fort-Barreau. En fait, on a simplement mesuré le bar. Vingt et une tireuses y entraient parfaitement.»

Au Coin Mousse. 21, rue du Fort-Barreau. Du mercredi au samedi dès 17 h. Dimanche 16 h-minuit. Rencontre avec un brasseur une fois par mois. Prochain événement le 31 mars.

Créé: 10.03.2017, 15h38

Articles en relation

La bière trappiste croît, malgré la crise des vocations

Vieillissantes, les brasseries cisterciennes ont dû se réorganiser. Reportage à Westmalle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...