Passer au contenu principal

Ramen et udon: l’attaque des nouilles nippones

Deux nouvelles enseignes genevoises proposent des bouillons asiatiques aux pâtes. Tournée des popotes

Le chef japonais du Ukiyo, à Saint-Gervais, mitonne ses udon sous le nez palpitant de la clientèle. Zuru zuru!
Le chef japonais du Ukiyo, à Saint-Gervais, mitonne ses udon sous le nez palpitant de la clientèle. Zuru zuru!
STEEVE IUNCKER

La serveuse nous a pourvus de larges bavoirs en papier blanc. Ce qui n’est pas d’une élégance folle. Mais fort utile. Car l’absorption d’un gros bol de bouillon plein de nouilles peut s’avérer périlleuse. Ça gicle. Ça glisse entre les baguettes. Ça coule sur le menton. Gare aux cravates des cols blancs et aux décolletés des élégantes. Vive le bavoir, donc. Nous voilà installés au Ukiyo, coquet «noodle bar» ouvert dans un coin de la place De-Grenus il y a quinze jours à peine. Spécialité: le udon. Soit la grosse nouille japonaise, blanche, élastique et tendre, à base de farine de froment, barbotant dans un potage savoureux. Encore peu connue sous nos cieux, elle constitue l’un des socles de la gastronomie nippone, voire de la culture locale. Et devient une évidence culinaire dans la plupart des métropoles occidentales. La «udonmania» est en marche. Même à Genève.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.