Passer au contenu principal

Miel des champs, miel de ville

Le calendrier l’affirme. Nous voilà en juin. Et en juin, l’abeille butine comme une bête. Depuis des années, les apiculteurs genevois régalent les amateurs de nectars de proximité. Ils sont de plus en plus nombreux à se lancer dans l’aventure. Nous avons choisi de vous présenter deux activistes du miel local, aux pratiques et aux choix distincts.

Stéphanie Vuadens, apicultrice passionnée et passionnante, devant l’une de ses 700 ruches disséminées en campagne genevoise. A droite, sur le toit du Kempinski, avec 100'000 abeilles: Nicolas Marsault, dans sa combinaison.
Stéphanie Vuadens, apicultrice passionnée et passionnante, devant l’une de ses 700 ruches disséminées en campagne genevoise. A droite, sur le toit du Kempinski, avec 100'000 abeilles: Nicolas Marsault, dans sa combinaison.
DR/STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Stéphanie Vuadens, apicultrice pro et militante, chouchoute 700 ruches dans le canton. Chefs et amateurs raffolent de ses miels bios de terroir. Portrait.

«Et dites bien à vos lecteurs de ne pas couper les pissenlits dans leurs jardins!» On est sur le trottoir. L’entretien vient de s’achever. Stéphanie Vuadens nous rattrape pour nous glisser cet ultime message. Dont acte: chers lecteurs, ne coupez pas vos pissenlits. Ils constituent une bectance de choix pour les petites abeilles. Et les petites abeilles, c’est la fête. C’est la vie. C’est l’avenir de l’humanité et de la planète. Après deux heures de papote avec Stéphanie, on en est fermement convaincu. La dame sait être persuasive. Stéphanie donc, la quarantaine svelte et pimpante, la pupille claire et le verbe ardent, est la «seule apicultrice professionnelle de Genève». Elle veille sur 700 ruches, éparpillées aux quatre coins du canton. D’Avusy à Versoix; de Jussy à Dardagny. «Aucune d’entre elles ne se ressemble. À chacune son rythme, sa logique, ses humeurs. S’occuper d’une ruche, c’est comme élever un enfant. On est à son écoute, on la soigne, on la nourrit, on la cajole. Oui, je materne mes ruches», sourit-elle. Ce qui lui fait 700 bambins adoptifs, en plus des deux siens. Grande famille que voilà.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.