Les Chineurs de la cuisine nous ravissent à Annecy

Ce restaurant «biscornu» du centre-ville propose des mets sympathiques réalisés par Sébastien Gilles.

Le chef Sébastien Gilles avec le patron Nicolas Crépieux.

Le chef Sébastien Gilles avec le patron Nicolas Crépieux. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Annecy fourmille de restaurants le plus souvent envahis par les touristes à la recherche de tables à prix attractifs. Si vous ne possédez pas un carnet d’adresses à jour, il faut compter sur la chance. Nous en avons eu en découvrant Les Chineurs de la Cuisine.

À la commande, deux associés, Nicolas Crépieux et Philippe Servanton. Le premier a désormais passé de la cuisine à la salle, le second, moins présent, a travaillé pendant sept ans chez Marc Veyrat à Veyrier-du-Lac et à Megève. Au fourneau, on retrouve Sébastien Gilles, originaire de Marseille, où il a passé ses CAP de cuisinier et de chocolatier confiseur. Il a transité par le restaurant La Madone à Annecy avant de rejoindre l’équipe des Chineurs.

Ce lieu étonne par sa configuration «biscornue». Une mini-salle en contrebas, une sorte de labyrinthe en mezzanine entouré de moulures élégantes du plus bel effet. Les tables offrent malheureusement des dimensions minimalistes et sont assez rapprochées. Lorsque l’établissement est plein, personne ne peut ignorer la conversation de la table voisine.

Mais l’essentiel se trouvant malgré tout dans le rond de porcelaine, intéressons-nous aux plats de Sébastien. À débuter par un cylindre de rémoulade de céleri et de granny smith surmonté de fines tranches de haddock fumé. Les saveurs s’opposent et se marient avec perfection.

Ne faites pas l’impasse sur les ravioles de gambas au piment doux. Réalisées en pâte chinoise, elles abritent une farce goûteuse, enveloppée d’un bouillon qu’on peut souhaiter plus sapide. Mais des crevettes et une ribambelle de légumes (chou de Bruxelles, carotte, petits pois, poivron, champignon) jouent les escortes. Quel plaisir!

Comme celui éprouvé en attaquant cette belle côte de veau dorée, rose à cœur et juteuse. Elle arrive tartinée d’une duxelles de cèpes et de sauge. On aime ou on n’aime pas, mais la première fourchetée nous envoie au paradis. Le plat est escorté d’une petite casserole de pommes de terre en robe rôties et fondantes.

Le ris de veau aux écrevisses est moins convaincant. Ce n’est pas l’association qui gêne, elle est même attrayante. Mais l’élaboration ne semble pas idéale. Les éléments sont placés dans une soupière, noyés dans une crème safranée. Cette dernière est couverte d’un rond de feuilletage décoré de sésame blanc et noir. Elle gonfle au four à la manière de la soupe VGE de Paul Bocuse. C’est beau, mais le contenu est brûlant, provoquant une inévitable surcuisson. On pinaille, car ce plat a beaucoup du succès auprès de la clientèle. A.G./Annecy

Post-scriptum
Vins originaux, tous proposés au verre en accord avec les mets.
Note du pain 3/5.
Service sympathique.

(TDG)

Créé: 11.01.2019, 11h14

L’adresse

Les Chineurs de la Cuisine


26 rue Sainte-Claire
Annecy
Tél. +33 450 10 02 18

Ouvert tous les jours.

Menus 18 (midi), 29, 33, 39 et 43 €.
À la carte (entrée, plat et dessert), compter 45 €.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des jeunes pour le climat
Plus...