Bonnes surprises au Jardin de Pinchat

Tennis-Club de CarougeLe restaurant du TC Carouge répond à tous les désirs des membres et le chef, Tommy Feuerstein, concocte quelques plats savoureux.

Tariene Oliveira-Trinh, gérante du Jardin de Pinchat, et Tommy Feuerstein, chef de cuisine.

Tariene Oliveira-Trinh, gérante du Jardin de Pinchat, et Tommy Feuerstein, chef de cuisine. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le premier rôle du restaurant d’un club de tennis est de nourrir ses membres, sportifs par définition. A Carouge, Pinchat pour être plus précis, la carte se veut donc éclectique.

Un hamburger, quelques pizzas, des aiguillettes de volaille panées aux corn-flakes pour les enfants (si, si!) et une carte plus évoluée, justifiant le nom donné à l’établissement, Le Jardin de Pinchat.

L’ambiance est franchement joyeuse, assurée par Pascal, serveur corse qui manie la plaisanterie avec autant de verve que les assiettes. Il glorifie les plats du chef, non sans préciser qu’il porte une horrible barbe.

Vérification en cuisine: Tommy Feuerstein jongle en souriant au-dessus du fourneau et ses poils sont plutôt bien taillés.

Œuf cuit à 64° dans un coulis de pommes de terre

Alors, on se jette sur son œuf cuit à 64° baignant dans une mer de coulis de pommes de terre émulsionné au siphon, parfumé à l’huile de truffe blanche et marqué par un trait de jus de veau. D’un coup de pointe de fourchette, le jaune s’écoule dans l’assiette comme la lave sur le flanc d’un volcan, abandonnant un blanc tremblant, laiteux, fondant. La perfection.

Plaisir tout aussi intense en dégustant un ceviche de daurade. Le poisson, coupé en petits cubes assaisonnés au citron vert, offre une mâche très agréable en contraste avec une purée de chou-fleur évanescente et une originale semoule de brocoli.

Le fantastique carré de cochon de Jussy

Le plat à ne manquer à aucun prix? Le carré de cochon de Jussy, bien entendu.

Epais comme trois doigts, entouré d’une épaisse couche de graisse blanche (du marbre), il a doré dans la poêle mais conserve une chair rosée, juteuse, croquant sous la dent.

Une merveille escortée de fenouil, de cèpes sautés et de la même émulsion de pommes de terre mais sans le parfum de la truffe. N’oublions pas le petit jus très réduit qui fait encore plus exploser les saveurs. On vous l’a dit, Tommy a du talent.

A une exception près, toutefois. «Dos de cabillaud rôti sur la peau», indique la carte. Dans l’assiette, la peau est molle, sans trace de poêlage, la chair, demandée peu cuite, se défait, la texture est désagréable. Le poisson est reparti en cuisine.

La différence de qualité entre le porc de Jussy et ce cabillaud venu dont on ne sait où est étonnante. Pas vrai, chef? (TDG)

Créé: 05.10.2017, 19h47

L’adresse

Le Jardin de Pinchat

Tennis-Club de Carouge

42, ch. Ch.-Poluzzi, Carouge

022 342 14 23

Fermé le soir dimanche et lundi.

A la carte (entrée, plat et dessert), compter 70 fr.

Parking. Terrasse.

Accès handicapés.

(Image: DR)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Berne offre un milliard à Sion 2026
Plus...