Semaine du goût: six bons coups rien que pour vous

Fines gueulesRevoilà la manifestation gourmande autant que vertueuse. Quelques zooms sur un menu profus.

The Meal sur la plaine de Plainpalais, un banquet militant d’envergure planétaire.

The Meal sur la plaine de Plainpalais, un banquet militant d’envergure planétaire. Image: MAGALI GIRARDIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Genève en rêvait. Genève peut aller se faire cuire un œuf. Bio, bien sûr, l’œuf. La Cité de Calvin ne sera pas la «Ville du Goût» en 2019 comme elle l’espérait. Soit la capitale du bon miam helvète durant toute une année. «On avait postulé après avoir reçu des appels de pied du comité suisse», raconte Gaétan Morel, chef de projet pour la Semaine du goût en Ville de Genève. «Il a dû se passer quelque chose, un revirement. En tout cas, ce sera Montreux et pas Genève. On nous promet désormais 2021. Il y avait une vraie dynamique ici. Pas sûr qu’on la retrouve dans deux ans.» Voilà pour la mauvaise nouvelle. Reste que, comme d’ordinaire, le menu de la nouba s’avère pléthorique. Quelques pistes pour naviguer dans cette cascade d’événements, ateliers, conférences et dégustations variées.

Une maison «Ma-Terre»

La Semaine sera vernie en grande pompe le samedi 15 de 9 h à minuit. Brunch à 10 h; discours à partir de 13 h. À vos réveils matin. Ce lancement aura pour théâtre la toute nouvelle Maison de l’alimentation du territoire de Genève, judicieusement abrégée en Maison Ma-Terre, qui sera baptisée par la même occasion. Ce nouveau lieu «de sensibilisation et d’échanges sur l’agriculture et l’alimentation» se niche sur 200 m2 au premier étage de la Ferme de Budé au Petit-Saconnex. C’est là qu’agriculteurs et urbains apprendront à s’aimer.

Des restos au taquet

Comme d’ordinaire, la Ville remettra plusieurs prix à des bistrots du cru proposant durant la Semaine des menus locaux, sains et, certes, agréablement comestibles, composés d’ingrédients de saison traçables. Une cinquantaine d’enseignes, cantonales ou municipales, modestes ou gastro, jouent le jeu. Et ça peut être drôlement chouette d’aller y jeter une papille ou deux. La liste est sur le site.

Des apéros autochtones

Avant d’aller souper local, il s’agit d’apéroter local. Ben oui. Les 13, 14, 19 et 20 septembre, dès 18 h, quinze bistrots proposeront des apéritifs du terroir, avec vins, bières et autres jus de fruits, plus planchettes de vivres salés d’ici. La liste est sur le site (bis repetita).

D’alléchantes causeries

Maints débats et conférences ponctueront la manifestation, notamment au sein de la Maison Ma-Terre sus-citée. Vue l’ambiance actuelle de défiance, véhémente à l’occasion, vis-à-vis de la bidoche et de ses fans, on ne manquera pas «Enjeux et impact de la consommation de viande», table ronde réunissant un membre de Greenpeace, un professeur spécialiste d’éthique et un éleveur bio. Un aréopage qui peut s’avérer saignant autant qu’éclairant. C’est le 13 septembre à 18 h 30, à Fonction:Cinéma au Grütli, que ça se passe.

Un rallye rassasiant

Carouge regorge d’artisans de bouche et marchands miam de haute voltige. Pour découvrir leur exquis ministère sont organisés à partir du dimanche 16 quatre «rallyes du goût». Comprenez des balades thématiques autant que gourmandes au gré des ateliers et enseignes. Ça démarre avec le brunch. Suivent Douceur en famille, Farine et fromage, puis re-brunch le 23. Cela dure une heure et demie, par groupes de 20 personnes maximum. Bambins welcome. Déambuler en ripaillant, quelle idée ravissante! Inscriptions obligatoires au 022 300 59 60.

Un banquet fraternel

Samedi 22, The Meal, 7e du nom, devrait rassembler 900 convives mastiquants et heureux sur la plaine de Plainpalais. L’anglicisme de l’enseigne n’a rien d’une coquetterie lexicale puisqu’il s’agit là d’une initiative qui dépasse largement les frontières francophones. Créé en 1999 à Genève, ce Meal est un élan mondial de soutien à l’agriculture locale sous la forme de banquets communautaires organisés aux quatre coins du monde. On nous promet un concours de dégustation, plein d’officiels, un concert et un buffet 100% genevois. Sans oublier le frisson de participer à un gueuleton planétaire. Il faut acheter son sésame au préalable, par exemple à l’Espace Ville de Genève sur le pont de la Machine.

La Semaine du goût. Du 13 au 23 septembre. www.semainedugout-ge.ch (TDG)

Créé: 07.09.2018, 16h47

Trois questions à la patronne: Chantal Lonati

Cela fait des années que l’amène restauratrice de Ma Colombière à Lully mouille son tablier pour la Semaine du goût. Bref et amical interrogatoire.

La Semaine du goût, ça sert à quoi?

À rappeler aux gens que l’on ne peut pas manger n’importe quoi impunément, pour des raisons à la fois économiques, écologiques, éthiques ou simplement de santé personnelle. C’est une piqûre de rappel annuelle autour de thèmes terriblement d’actualité.
Et ça marche?
Oui, clairement. La Semaine appartient à un faisceau d’informations, de renseignements, de sollicitations. De plus en plus, les gens – une certaine catégorie de gens – s’intéressent aux provenances de leurs aliments, à la manière dont ils ont été produits, conditionnés, à leur saisonnalité.
Votre flamme est-elle intacte?
Oui, j’adore ça. C’est un boulot de malade: paperasseries, discussions, rencontres… Mais ça avance, tout doucement. J’ai la sensation de faire ma part du boulot, un travail de colibri face aux vilains géants. Mais de faire bouger les choses, tout de même.
Propos recueillis par J.Est.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...