Fake news! Et si on n’avait jamais marché sur la Lune?

Moon 50Aujourd’hui encore, une partie de la population croit que les Américains ont fabriqué cette histoire. Le point sur le «moon hoax» avec le sociologue Laurent Cordonier

Argument phare du «Moon hoax»: le drapeau américain ne devrait pas flotter car il n’y a pas d’atmosphère sur la Lune. En fait, les astronautes ont placé une tige de métal dans le tissu afin de le fixer, mais il ne bouge pas.

Argument phare du «Moon hoax»: le drapeau américain ne devrait pas flotter car il n’y a pas d’atmosphère sur la Lune. En fait, les astronautes ont placé une tige de métal dans le tissu afin de le fixer, mais il ne bouge pas. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le drapeau américain qui flotte dans un environnement dépourvu d’atmosphère. Le module qui alunit sans former de cratère. Et pas une seule étoile à l’horizon sur les photographies… Vous avez dit bizarre? La conquête de la Lune ne serait-elle pas une histoire fabriquée de toutes pièces par les Américains pour faire la nique aux Russes sur fond de guerre froide? Aujourd’hui encore, le fameux moon hoax, théorie du complot mettant en cause la véracité des premiers pas de l’homme sur la Lune, convainc 9% des personnes sondées par l’Institut français d’opinion publique (Ifop).

Kubrick derrière la caméra

Protéiformes, les arguments appuyant les dires des conspirationnistes sont tout à la fois de nature technologique, astrophysique, iconographique et géopolitique. C’est là le cœur de tout bon hoax, comme le relève le sociologue Laurent Cordonier, chercheur à l’UNIL et à l’Université Paris-Diderot. «Les théories du complot ne reposent pas sur une démarche scientifique, mais sur un cumul d’arguments hétérogènes, les uns pouvant contredire les autres sans que cela ne pose problème. C’est ce que mon collègue Gérald Bronner nomme un «mille-feuille argumentatif». Prises séparément, ces prétendues preuves sont faibles. Une fois superposées, elles produisent un effet de masse. Des gens se disent alors que tout ne peut pas être faux là­-dedans.»

En l’occurrence, le chapelet de signes d’un complot lunaire concorderait à prouver que les images de la mission Apollo 11 auraient été tournées en studio sur notre bonne vieille Terre. Certains conspirationnistes affirmant même que Stanley Kubrick himself, dont le film «2001, l’Odyssée de l’espace» est sorti en 1968, aurait été embauché par la NASA pour tourner ces images bidonnées. Les prémices du moon hoax remontent à l’événement lui-même, en ce mois de juillet 1969. D’aucuns refusent de croire ce qu’ils voient sur leur petit écran. «Il s’agit de personnes peu éduquées et méfiantes à l’égard des discours officiels, souligne Laurent Cordonier. Mais le phénomène reste confiné.» Le contexte politique de la première moitié des années 1970 change radicalement la donne. Les Américains commencent alors à perdre confiance dans leur gouvernement. La raison? «Les États-Unis s’enlisent dans la guerre du Vietnam, qui avait été vendue comme une opération facile et rapide. La population se rend compte que le gouvernement a caché les difficultés du terrain et un certain nombre d’événements.» Le scandale du Watergate, en 1974, en rajoute une couche. C’est dans ce contexte singulier qu’apparaît un certain Bill Kaysing, surnommé le «père de la théorie du complot lunaire».

Un livre choc avant internet

Cet Américain, ni ingénieur ni scientifique, déroule ses tentacules conspirationnistes dans un livre choc, «Nous ne sommes jamais allés sur la Lune: l’escroquerie américaine à 30 milliards de dollars», paru en 1976. «L’ouvrage a été publié à compte d’auteur, ce qui n’est pas anodin, observe le sociologue. Il ne connaît un certain succès que dans des sphères restreintes de la population.»

Au début des années 2000, l’essor d’Internet donne un nouveau souffle au moon hoax – et favorise le développement des théories du complot en général (lire encadré). Dans la foulée, le documentaire complotiste «Théorie de la conspiration: avons-nous été sur la Lune?» diffusé sur Fox TV en 2001, alimente lui aussi la théorie.

Bien que chacun de ses arguments ait été réfuté, le moon hoax reste vivant, mais de moindre ampleur que d’autres théories du complot. Il touche la tranche des 25-50 ans. Les plus de 50 ans ont vécu l’événement et seraient donc moins enclins à croire à la conspiration. Mais pourquoi les 18-25 ans, pourtant friands de hoax, n’y adhèrent que peu? «Il est sans doute devenu un peu suranné.»


«Les théories conspirationnistes traduisent une crise de confiance dans les élites»

Les Illuminati tirent les ficelles, le gouvernement américain est mouillé dans les attentats du 11 septembre 2001 et les chemtrails, ces traces blanches laissées par les avions dans le ciel, sont des substances épandues pour, à choix, contrôler nos esprits, stériliser des catégories de la population ou induire un changement climatique. Les théories conspirationnistes essaiment et se propagent, non sans représenter un certain danger. Le sociologue Laurent Cordonier en a fait son sujet d’étude.

Comment ces théories naissent-elles?
En général, elles réagissent à des événements marquants, voire historiques. D’autres sont plus étranges, comme les chemtrails. Elles émanent souvent de personnes qui cherchent par tous les moyens à accumuler des preuves que le gouvernement nous ment. Globalement, les théories du complot traduisent une crise de confiance dans les élites.

Qui en sont les instigateurs?
Il existe quatre catégories d’«entrepreneurs en complots» – qui souvent s’entrecroisent. D’abord, les idéologues, qui croient réellement à ces théories. Ensuite, il y a les personnes qui y trouvent un intérêt économique. La chaîne YouTube «Lama Fâché», qui diffuse toutes sortes de vidéos conspirationnistes, engrange des recettes énormes. On trouve également des individus en quête de notoriété – ce qui est le cas de Bill Kaysing. Enfin, il y a des acteurs politiques, extrémistes et stigmatisés. Je pense par exemple à Alain Soral ou François Asselineau.

En quoi internet a-t-il accéléré le phénomène?
Avant internet, les théories du complot demeuraient dans des sphères confinées. Les médias servaient de gate keepers, de filtres face à ces hypothèses loufoques. Internet et les réseaux sociaux ont changé la donne. Chaque complotiste, devant son écran, va se mettre à chercher des arguments hétérogènes qui, une fois cumulés, forgent une théorie du complot. La diffusion rapide des images joue aussi un rôle essentiel. Chacun y va de son décryptage d’anomalies.

Notre cerveau est-il enclin à y croire?
Oui, car les théories du complot s’appuient sur des biais cognitifs. Par exemple, lorsqu’on assiste à deux événements concomitants, on va y percevoir un lien de causalité. C’est le fameux «Comme par hasard!» Notre cerveau est calibré pour faire ce lien, pour des raisons évolutionnistes. Autre point central, le biais téléologique, à savoir l’impression que toute chose se produit dans un but. On a du mal avec le hasard; on aura donc tendance à voir une intentionnalité derrière chaque événement. Les théories du complot permettent de donner un sens simple et univoque aux événements, en réalité extrêmement complexes, qui composent la marche du monde.

Ces théories présentent-elles des dangers?
Certaines, oui. L’exemple le plus alarmant actuellement est la théorie selon laquelle les gouvernements seraient de mèche avec l’industrie pharmaceutique pour dissimuler la nocivité des vaccins (ndlr: 43% des sondés y croient, selon l’Ifop). Cette théorie a des conséquences graves, pouvant aller jusqu’au décès de personnes refusant la vaccination.

Créé: 14.07.2019, 08h20

Articles en relation

La course à la Lune

Histoire De 1945 à 1969, les Etats-Unis et l'URSS se sont livrés livrés à un véritable duel pour la conquête de l'espace. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...