Didier Bonny: « La Ch'tite famille »: pas « chi » pire

Blogs à lireDjemâa Chraïti: « Vous m’avez rendu toute ma dignité ». Jean-Noël Cuénod: Justice–Triste tropisme des procureurs de la Toile. Pascal Décaillet: Candidats, faites-nous aimer la politique ! Joëlle Fiss: Dédicace spéciale à tous les alumnis de HEI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Didier Bonny: « La Ch'tite famille »: pas « chi » pire

Très attendu au contour, Dany Boon, champion du box-office français avec pratiquement tous ses films, avait de grandes chances de décevoir en reprenant certains ingrédients qui avaient fait l'énorme succès de "Bienvenue chez les Ch'tis" il y a dix ans. Et c'est bien le cas, même si tout n'est pas à jeter dans "La Ch'tite famille" qui a engrangé 2,5 millions d'entrées en France lors de sa première semaine d'exploitation! (...) Heureusement, la seconde partie est plus digeste et on rit par moment de bon cœur, l'accent ch'ti étant cette fois-ci utilisé comme un simple ressort comique et non comme une caricature. Les scènes où Valentin essaye de perdre son accent ch'ti, après l'avoir retrouvé suite à un accident qui l'a rendu amnésique, et celles où, au contraire, Constance essaye de l'attraper, sont très drôles. Il y a même de l'émotion avec une fin certes convenue, mais plutôt originale dans sa conception.

Djemâa Chraïti: « Vous m’avez rendu toute ma dignité »

Fait étrange, j’ai toujours aimé raconté des récits fabuleux à des inconnus pour tester la puissance de l’histoire que je m’apprête à écrire. Je teste les mécanismes, identifie l’instant où les gens vibrent, à quel moment ils posent des questions, puis lorsqu’ils hésitent et finalement sont émus, puis silence….un ange passe ! Le dernier exercice en date était avec un Malien. Je lui raconte l’épopée incroyable de l’esclave Benko Bioho, né vers la fin du XVIIe siècle et tombé dans les filets portugais en Guinée-Bissau. Il est alors emmené pour le commerce transatlantique avec des milliers d’autres vers la Colombie. Arrivé dans ces terres inconnues, il résiste, puis se rebelle, s’enfuit avec d’autres marrons et crée une armée de résistants réfugiés dans les Montes de Maria. Reconnu comme chef du palenque par les Espagnols qui demande la trêve, ils sont reconnus libres, ce qui ne les empêchera pas de pendre Benko Bioho après l’avoir écartelé sur la place publique quelques années plus tard. (...) Le Malien , à la fin du récit, me remercie en me disant très ému : vous m’avez à moi et à mes enfants rendu toute notre dignité ! Je compte vraiment sur vous pour l’écrire l’histoire de cet esclave magnifique : Benko Bioho !

Jean-Noël Cuénod: Justice–Triste tropisme des procureurs de la Toile

(...) Jadis, les forts en gueule énonçaient leur verdict sans appel, accoudés au comptoir du bistrot. Leur rayon d’action s’en trouvait bien limité. Aujourd’hui, twitter, facebook et autres réseaux leur offrent l’univers sur un smartphone. Leurs sentences d’après boire font vibrer l’univers. Elles ont plus d’échos et d’éclats que les vrais jugements, tout empêtrés de nuances, qui tombent dans l’oreille des sourds, hélas non muets. La récolte patiente des indices, les interprétations des témoignages souvent contradictoires, les méandres des rapports sociaux, les angoisses des victimes, les échappatoires des suspects, les réflexions pour tenter d’approcher une vérité qui s’éloigne comme la ligne d’horizon, l’effrayante complexité des comportements humains, tout cela forme l’humus où pousse, tant bien que mal, cette plante fragile appelée justice. Mais les procureurs du beuze n’en ont strictement rien à faire. Pour eux, la douleur des victimes n’a d’autre but que de mettre en appétit leur jouissance colérique. Nous sommes désormais bien préparés mentalement à mener les pires des chasses aux sorcières.

Pascal Décaillet: Candidats, faites-nous aimer la politique !

(...) Et puis, lors d’une campagne électorale (nous y sommes en plein, avec l’élection du Grand Conseil et le premier tour du Conseil d’Etat, le 15 avril), c’est le devoir de chaque candidat de nous faire aimer la politique. Oui, la politique toute entière, dans son principe, son essence. Car chaque candidat, en plus d’être le représentant de son parti, incarne aux yeux du public l’action politique, dans son ensemble. Peu importe, à mes yeux, qu’il soit de gauche ou de droite, homme ou femme : ce que je lui demande, c’est d’avoir du talent, de l’énergie, de la puissance de communication, une sincérité militante, au service de la Cité. Oui, chaque candidat au Grand Conseil, et bien sûr au Conseil d’Etat, doit se considérer comme un ambassadeur de la chose publique, afin que cette dernière l’emporte contre les clans, les féodalités, les puissances financières, les réseaux, les corporations d’intérêts. Cela n’est pas une affaire de la droite contre la gauche. Mais de la République, qui nous est si chère, face à la jungle et au néant.

Jean-Michel Bugnion: Une belle âme s'est envolée

Monsieur Gabriel Butty s'en est allé paisiblement; pour beaucoup, une grande page vient de se tourner. Directeur du CO Voirets durant les années 80 – 90, M. Butty définissait sa fonction comme celle d’un animateur, au sens littéral du terme : porteur et diffuseur de l’«anima», l’âme en latin, d’un collège. Effectivement, une bonne école ne peut se réduire à un collectif d’apprentissage scolaire ; elle doit aussi nourrir les élèves par les valeurs qu’elle défend et les élever (c’est le terme approprié !) à une dimension collective et spirituelle (qui n’a pas besoin de religion pour s’exprimer), de façon à élargir leur horizon humain et les préparer petit à petit à l’autonomie, qui ne peut s’acquérir qu’en prenant de la distance vis-à-vis de sa famille. M. Butty, ancien jésuite qui avait quitté le service divin pour l’amour terrestre d’une femme et celui de la famille qui s’en suivit, avait parfaitement intégré cette dimension dans la conduite de son établissement. (...) Ah les eightys ! Mai 68 n’avait pas que proclamé l’amour libre, il avait aussi initié le mouvement dit tiers-mondiste qui réclamait un traitement plus humain pour les pays en voie de développement et la fin de leur exploitation. (...)

Joëlle Fiss: Dédicace spéciale à tous les alumnis de HEI

J’ai eu un plaisir fou à étudier les relations internationales à l'Institut des Hautes Etudes internationales et du Développement à Genève. A l’époque nos cours étaient répartis entre la villa Barton et un auditoire provisoire érigé en bois, où l’on sirotait des cafés dans une cantine mobile adjacente. La bibliothèque se trouvait au sous-sol de l’OMC. On prenait l’air dans un paysage paisiblement bordé par le lac qui semblait inchangé depuis 1919, date de création de la Société des Nations, à quelques pas de là ! Il y avait la fierté d’y étudier, en raison du prestige de l’Institut. Puis, le stress de réussir. Ma volée fut idéaliste, engagée, audacieuse. Les débats continuaient bien souvent après les cours. L’Institut fut une réelle communauté internationale intégrée, composée de suisses et de citoyens du monde entier. Chacun(e) avait sa place pour exprimer sa culture, ses convictions, ses analyses politiques. L’examen final interdisciplinaire avait sa propre mythologie. (...) (TDG)

Créé: 17.03.2018, 18h21

Articles en relation

Anne Cendre: Parler suisse

Blogs en vue Marko Bandler: Smartvote : et si on faisait de la politique ? Edmée Cuttat: Dubosc drague Alexandra Lamy. Marie-France de Meuron: Qu’est-ce que la médecine des mauvais souvenirs ? Simon Brandt: Budget municipal 2018 : un excédent en trompe l’œil Plus...

Jacques-André Widmer: Exquises horreurs ...à la télé romande

Bonne brassée de blogs Antoine Vielliard: Les frontaliers, les juifs, les noirs et les arabes à Genève. Jean-Dominique Michel: N'essayez pas de "calmer" votre esprit… écoutez-le ! Pascal Décaillet: Entreprendre. Christophe Ebener: Quelle nature pour demain ? Daniel Warner: Are Human Rights Truly Universal and Relevant Today? Plus...

Les femmes et l’industrie genevoise, “Be yourself !”

Les bons blogs du jour Thierry Apothéloz: Genève doit devenir le canton de l’emploi. Jean-Michel Olivier: Au centre du système Sollers. John Goetelen: Cantat, combien de temps ? Antoine Vielliard: La mobilité, le problème insoluble. Didier Bonny: Une tragi-comédie passionnante et inventive. Plus...

Christophe Ebener: Faut-il assainir ou enterrer l'Aire ?

La revue des blogs Magda Lena: Ma journée des femmes à Jérusalem. Magali Orsini:Grand conseil. Burt Hahn: Les cartes postales illustrateurs. Cédric Segapelli: Taqawian, dans les mailleurs du filet. Plus...

Pascal Holenweg: Qu'arrive-t-il à l'Italie qui ne lui soit déjà arrivé ?

La revue des blogs Antoine Vielliard: Pour une meilleure intégration des Genevois vivant en France. Jean-Noël Cuénod: Surtout ne pas enterrer le clan Le Pen! Sylvain Thévoz: Tu n’emporteras pas ton i-phone au paradis. Patrick Wehrli: Horlogerie et Grand Conseil. Edouard Cuendet: Bonne année...chinoise! Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.