Passer au contenu principal

Daniel Neeser: Armer les APM. Ouf, on est passé à deux doigts de la faute!

«La violence a déjà envahi une grande partie de la terre, ne l’aidons pas...» relève le pasteur de Montbrillant.

DR

Accès direct au portail des blogs.

Daniel Neeser : Armer les APM. Ouf, on est passé à deux doigts de la faute !Les agents municipaux ne seront donc pas armés (la Tribune de Genève des 8-9 juin 2013), c’est heureux. Mais certains arguments de la droite dure font peur, dont celui-ci : « Nous comprenons mal qu’on puisse augmenter leurs compétences en ne les dotant de rien d’autre que de crayons » (Eric Bertinat). Outre que cette remarque est injurieuse pour le travail actuel des APM, elle révèle le discrédit porté sur la capacité du dialogue, même tendu, de l’intervention humaine ferme mais non militarisée, elle exprime le mépris de la relation humaine et la séduction des armes. Quand on voit ce que cela donne, ne serait-ce que dans d’autres pays européens, on ne peut que s’en inquiéter. Il y a quelques semaines j’étais à Paris et n’ai pas manqué d’être inquiété par le déploiement de gendarmes, CRS bardés et casqués « comme des crustacés » et militaires sur les places, le long des boulevards, dans les lieux publics, sans parler de ces cohortes de cars qui, sirènes hurlantes, sillonnent à tout moment les grandes artères. De la démesure plus anxiogène que rassurante. Alors, armer les gendarmes municipaux ? Non, la mise à mort provoque la mise à mort. La violence a déjà envahi une grande partie de la terre, ne l’aidons pas...

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.