Cyril Aellen: La CPEG appartient à ses affiliés

Bruno Hubacher: A quoi sert le Parti Socialiste Suisse ? Jean-Noël Cuénod: La leçon de Kim Jong-un à Emmanuel Macron. Dédé-la-science alias André Langaney: Reviens, Calvin, ils sont devenus fous ! Adrien Faure: Rousseau et la liberté à Genève.Pascal Gavillet: Ils nous ont quittés en avril 2018

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Cyril Aellen: La CPEG appartient à ses affiliés

« Firmenich nous a vendu sa parcelle au PAV pour 75 millions ». Antonio Hodgers, Conseiller d’État, RTS, Forum, le dimanche 10 juin 2018. Dans les faits, c’est la Caisse de pension de l’État (CPEG) qui a acheté cette parcelle. En aucun cas l’État. Cela n’est pas un lapsus; cette déclaration s'inscrit en effet dans la droite ligne d'autres propos de l'exécutif cantonal allant dans le même sens. Il dénote à mon sens un mélange des genres, au moins dans l'esprit, assez scandaleux. La Caisse de pension de l’Etat est aujourd’hui, de facto, utilisée abusivement par le Conseil d’État comme un outils de planification immobilière, dans l'intérêt de l’État, pour obtenir des locaux à des conditions financières favorables, par exemple. Si l’on peut éventuellement comprendre cette volonté politique du Conseil d’État, le silence complice des organes de la CPEG est en revanche incompréhensible et très inquiétant. (...) Le comité de la CPEG ferait bien de se réveiller et de faire toute la lumière sur cette affaire (...)

Bruno Hubacher: A quoi sert le Parti Socialiste Suisse ?

Depuis les élections législatives de 2015, juste à temps, avant que le vent tourne, la Suisse a fini par rejoindre le concert du néolibéralisme ambiant, pour mieux assister à sa désintégration peut-être. Comme chez nos voisins français, la droite réactionnaire piaffe d’impatience pour brader l’argenterie et le Parti Socialiste Suisse, grande perdante de 2015, fait bonne mine à mauvais jeu, question de prestige. Il lui reste encore deux ministres à l’exécutif, otages d’une sorte de GROKO allemande (grosse Koalition) à la sauce suisse. Ainsi, par la force des choses, pour faire passer des lois qui permettent à peu près de sauver la face, ses députés se convertissent en « dealmakers », pactisant avec la droite libérale, si nécessaire. Pourtant le PS suisse n’a jamais pris le virage de la « troisième voie » de Tony Blair et Gerhard Schröder, ce n’est donc pas le moment de s’y mettre. Quand les bourgeois trouvent un accord « formidable » il y a anguille sous roche. La Social-démocratie européenne l’a appris à ses dépens. Drame en deux actes, librement inspiré de Milton Friedman, Acte I. (...)

Jean-Noël Cuénod: La leçon de Kim Jong-un à Emmanuel Macron

(...) Trump et Kim ne connaissent qu’une chose, le rapport de force dans toute sa brutalité. Ils sont donc faits pour s’entendre. La Brosse Infernale a bien jaugé son adversaire-partenaire. Il n’aime pas les petits Mickey tout faibles, Donald. Il apprécie qu’on lui résiste, ça le met en valeur, bien plus que de faire des ronds de jambes devant les costumes Smuggler ou, pis, les tailleurs Chanel. Et même, ça le rassure ; il se trouve en terrain plus adapté à sa démesure. Après tout, le monde impitoyable des dealers immobiliers est-il si différent de celui des propriétaires de la Corée du Nord, mis à part les exécutions de ministre au tir de missile ? Emmanuel Macron est un tueur aux yeux bleus, mais à l’échelle de la politique française seulement. Pour s’imposer dans les rapports de force mondiaux, la ruse et les coups de billard à trois bandes ne suffisent pas. Il faut encore faire l’apprentissage de la brutalité. Monsieur Macron, il faudra chausser vos bottes texanes. Point besoin de les cirer.

Dédé-la-science alias André Langaney: Reviens, Calvin, ils sont devenus fous !

Voilà, Jeannot, que ta bonne ville de Genève s’apprête à accueillir, comme une rock star à Palexpo, l’ensoutané en chef des catholiques, l’héritier des génocidaires de la Saint Barthélémy et des douceurs des siècles de Sainte Inquisition. Que le Canton, qui se veut démocratique, accueille à bras ouverts ce champion de la pensée totalitaire, de l’oppression des femmes et des consciences, cet envoyé spécial en direct du pire du Moyen Age, me déçoit en mal ! Qu’on admette, à la rigueur, que Papa Macho Tango fasse une escale technique à Cointrin, pourquoi pas ? Après tout, on accorde bien la discrétion aux pires dictateurs qui viennent à l’ONU… Alors, que faire ? Quand on est indigné, minoritaire, non violent et que l’on ne s’exprime que par les fissures du mur de la honte des médias, il ne reste que l’humour pour hurler et tenter de propager un solennel « Vade retro papanas! ». (...)

Adrien Faure: Rousseau et la liberté à Genève

(...) Enfin, on peut noter que la position de Rousseau en faveur de la séparation entre Eglise et Etat s’inscrit non seulement au sein de sa philosophie politique et morale générale, mais aussi au sein de son interprétation de l’histoire de Genève. Selon lui, Genève a profité d’une assez grande liberté sous le règne des princes-évêques, d’une part comme cité du Saint Empire romain[17], et d’autre part grâce au conflit multiséculaire entre l’évêque et le duc de Savoie, qui l’incitait à accorder des privilèges aux Citoyens et Bourgeois pour s’assurer de leur soutien en cas d’invasion savoyarde. Ce qui fait que, selon Rousseau, Genève aurait été plus libre au XVe siècle, quand elle était un évêché, que quand elle est devenue une république. Une interprétation de l’histoire de Genève fort différente de celle des Représentants. De plus, selon Rousseau, si la Réformation était certes un mouvement de libération contre l’intolérance, le fanatisme et la superstition du catholicisme, à Genève, Calvin créa une nouvelle orthodoxie qui incarnerait l’antithèse du protestantisme… (....)

Pascal Gavillet: Ils nous ont quittés en avril 2018

Milos Forman (4), Isao Takahata (2), l’un des frères Taviani, le Brésilien Pereira dos Santos : avril vit le départ de plusieurs maîtres, petits ou grands. Mais également celui d’une idole de la jeunesse mondiale, le DJ suédois Avicii (1), qui se serait suicidé dans sa chambre d’hôtel avec des bris de verre, information toujours pas officiellement confirmée. Il avait 28 ans. La chanson française a perdu Jacques Higelin (3) et Rose Laurens. Et le 9e art F’Murr. Voici comme chaque mois la liste des principaux disparus dans le monde du cinéma et de la culture.

(TDG)

Créé: 13.06.2018, 11h06

Articles en relation

Claude Bonard: Un jour de chance pour Genève !

La revue des blogs Vincent Schmid: Le Bataclan est un tombeau. Mireille Vallette: Ramadan à l’école: les pieds dans la colle. Daniel Warner: The False Debate Over Switzerland First. Pascal Holenweg: Et PAV (dans la gueule) ! Houda Khattabi: L'esprit Madiba Plus...

Carol Scheller: Des voix depuis l’autre côté

La revue des blogs Jean-Michel Olivier: Melgar et les Tartuffe. Hélène Richard-Favre: Le crime qui nous concerne toutes et tous. Maurice-Ruben Hayoun: Le livre à venir. John Goetelen: Prochaine épidémie : la grippe du chien ? Claude Bonard: Le temps des chiffons de papier semble être revenu... Plus...

Djemâa Chraïti: Deal qui peut !

Blogs en vue Toni Gambuzza: Le Matin dans dix ans. Stéphane Guex-Pierre: Distribution de bons poings. Jean-Luc Waeber: La Cordée en 1971. Marie-France de Meuron: Bayer, la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf. Maurice-Ruben Hayoun: Mais pourquoi donc l’image D’Israël s’est elle tant dégradée? Plus...

Bruno Hubacher: Il s’agit de la renationalisation de la création monétaire

Bonne cuvée de blogs Adrien Faure: L’implication de Voltaire dans la vie politique genevoise. Jean-Noël Cuénod: « La nation contre le nationalisme ». Vincent Schmid: La visite du Pape à Genève. Claude Bonard: Genève et les cartes de Cassini (1756-1815).Pascal Décaillet: Martin Luther : souffle et lumière Plus...

Vincent Schmid: Radicalisation

La revue des blogs Eric Bertinat: Investiture du maire de Genève. Grégory Pons; Le Municipal de Genève présidé par un ex-horloger. André Thomann: Appellation incontrôlée. Micheline Pace: Les arts de la scène à Meyrin.Ashwani Singh : Jusqu’à dimanche pour arrêter cette folie Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.