Bernard Comoli: La Ville de Genève et sa coopération internationale

Blogs toujoursHouda Khattabi: Scolarité des genevois frontaliers: tout ça... pour ça! Sylvie Neidinger: Johnny a bien allumé le feu... Pascal Gavillet: sans Huppert, rien ne va plus. Claude Bonard: 17 février 1772, premier partage de la Pologne...

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Bernard Comoli: La Ville de Genève et sa coopération internationale

C'est depuis 1967 - voilà cinquante ans - que la Ville de Genève inscrit régulièrement à son budget un montant pour la solidarité internationale. Un jubilé malheureusement célébré par une coupe de 340'000 CHF sur ce poste, décidée le 28 avril 2017 par la majorité du Conseil municipal. On connaît la suite : l'aboutissement d'un référendum, une votation prévue le 24 septembre 2017 (1), annulée et reportée à ce prochain 4 mars. Genève est connue dans le monde entier, notamment en raison du nombre d'organisations internationales qui y ont leur siège. C'est un secteur économique à part entière. En 2016 (2), plus de 29'000 emplois; près de 6 milliards de CHF de dépenses dont la moitié en Suisse. Plus de 2'800 réunions auxquelles ont participé près de 220'000 délégués et experts. Récemment, en septembre 2017, Genève a encore accueilli le Secrétariat de la Convention de Minamata sur le Mercure. Ce secteur public international est profitable à Genève. Une toile de fond à rappeler aux citoyens appelés à se prononcer le 4 mars. (...) Dans le village global qu'est notre Planète, c'est avec notre voisin que nous échangeons des gestes de solidarité. Ces peuples indigènes sont les meilleurs protecteurs de la nature. Avec un tel projet, nous, Genevois, contribuons modestement à ce qu'ils gardent leur culture et leur cadre de vie. Un environnement qui est aussi le nôtre. Réduire les crédits destinés à la solidarité internationale, c'est réduire l'appui à des initiatives comme celle mise en œuvre par l'OIA. Le MCI, comme la FGC appelle à voter "Non" à la réduction des crédits pour la coopération internationale !

Houda Khattabi: Scolarité des genevois frontaliers: tout ça... pour ça!

Que les choses soient claires: il n'y a que très peu de familles genevoises établies en France voisine qui ont envie de scolariser leurs enfants dans le canton. La raison est purement logistique: il est effectivement beaucoup plus simple d'inscrire ses petits à l'école du quartier et d'organiser leurs déplacements au moyen du pedibus local, de la nounou qui les emmène avec ses propres enfants, du bus scolaire ou encore du covoiturage avec les voisins. Alors qu'inscrire ses enfants à Genève signifie demander une dérogation, braver davantage les embouteillages matinaux à cause du détour et devoir faire des kilomètres supplémentaires à chaque sortie scolaire. En parallèle, les écoles publiques françaises de la région sont non seulement d'excellente qualité (à condition de s'adapter à la cantine) mais offrent également un environnement international unique qui permet aux élèves de s'ouvrir aux autres cultures dès leur plus jeune âge. Mais alors pourquoi tout ce grabuge autour de la scolarité des frontaliers? (...) Entre 2010 et 2016 toujours, la seule petite commune d'Ornex de 5'000 âmes dans le Pays de Gex voisin - où l'effectif moyen est de 28 élèves par classe - a dû ouvrir une nouvelle école de 230 élèves pour faire face à la déferlante de nouveaux habitants, principalement genevois et internationaux. L'avantage avec les statistiques, c'est qu'elles se passent de commentaire.

Sylvie Neidinger: Johnny a bien allumé le feu...

Les acteurs de la vie de Johnny se positionnement les uns après les autres. Majoritairement en faveur des enfants spoliés. De même que le grand public. Plusieurs réclament le silence, impossible ici puisqu'il y a procédure. Le statut désormais mythique de Johnny, ses obsèques nationales grandioses rendent la non médiatisation impossible. Question de beurre et d'argent du beurre. Une star qui brille peut aussi pâlir. Régine, Eddy Mitchell parrain de Laura soutiennent les aînés. Line Renaud est sortie hier de sa réserve. Elle sent le vent tourner pour son filleul "vedette" francophone de premier plan. (...!) Line Renaud a bien conscience de la catastrophe autour de l'image du chanteur. En fait c'est la sombre réalité du chanteur qui émerge ! Johnny a lui même allumé le feu familial. (...)

Pascal Gavillet: sans Huppert, rien ne va plus

D'Eva, roman écrit par James Hadley Chase en 1945, Joseph Losey avait tiré un film en 1962. Il y avait Jeanne Moreau, Venise, des salles de jeux et Stanley Baker qu'on aimait détester. Sans relire le roman de Chase ni revoir le film de Losey, Benoit Jacquot nous en livre une nouvelle version, variation hédoniste sur le thème de la manipulation et de la séduction. Il y a Isabelle Huppert, Annecy, des salles de jeu et Gaspard Ulliel qu'on a malgré tout un peu de peine à détester. Affublée d'une perruque, très souvent, Huppert mène la danse et le film, qu'on le veuille ou non. Avec n'importe qui d'autre - et penser que Charlotte Gainsbourg avait été pressentie un temps pour le rôle me procure quelques frissons d'effroi -, le film se casserait totalement la gueule. Mais cet Eva tient la route. Ulliel demeure crédible et Huppert royale. Moyennement apprécié à la Berlinale, ce qui est généralement bon signe.(...)

Claude Bonard: 17 février 1772, premier partage de la Pologne

Aujourd'hui, une partie importante de l'opinion publique polonaise se caractérise par un nationalisme sourcilleux qui plonge ses racines dans l'histoire nationale. Au nombre des événements douloureux qui ont façonné l'histoire de la Pologne figure ce que les historiens nomment "le premier partage". (...) Le 17 février 1772, la Russie, la Prusse et l'Autriche procèdent au premier partage du territoire polonais. Un dépeçage inique qui ampute le royaume du tiers de son territoire et qui ébranle certaines chancelleries européennes dont la France. .. Pour mieux comprendre la situation, rembobinons le film des événements. Tout commence en 1764. A Varsovie, Stanislas-Auguste Poniatowski succède au roi à Auguste III sur le trône de Pologne.

Demir Sönmez: Stop au génocide d’Afrin

Environ 3000 kurdes et ses amies des quatre coins en Suisse, sont arrivé cette semaine à Genève, pour dénoncer l’offensive turque d’Afrine au Kurdistan Syrie et exiger une réaction de la communauté internationale. (...)

Didier Bonny: Du grand au petit écran

Film basé sur une histoire vraie, « Imitation Game » raconte l’histoire d’Alan Turing, mathématicien de génie, spécialiste en cryptologie, qui se voit confier au début de la seconde guerre mondiale par le gouvernement britannique la mission de percer avec sa petite équipe le secret d’Enigma, la machine de cryptage allemande réputée inviolable. (...) Remarquablement interprété, avec une mention spéciale à Benedict Cumberbatch, « Imitation Game » réussit à la fois à brosser avec subtilité le portrait d’Alan Turing et à raconter une histoire non dénuée de suspense avec un montage très réussi. On regrettera toutefois que dans la toute dernière partie du film la descente aux enfers d’Alan Turing soit trop précipitée et manque par conséquent de consistance. Mais ce bémol mis à part, ce film est à recommander. 4 étoiles, « Imitation Game ». RTS UN, lundi 19 février, 20h40. (...) 2 étoiles. « Mia Madre ». RTS UN, jeudi 22 février, 23h55.

Jean-Michel Olivier: So long, Nicolas !

Il y a vingt ans, exactement, disparaissait le grand voyageur et écrivain Nicolas Bouvier. Voici l'hommage que je lui ai rendu dans La Tribune de Genève. Trop d'images et trop d'émotion, de souvenirs aussi, glanés au fil de ces rencontres qui furent autant de fêtes! Que ce soit dans son atelier, perché au sommet d'une tour et encombré de livres et de photographies, sur les terrasses des bistrots de Carouge qu'il fréquentait assidûment, ou au collège de Saussure, il y a six mois encore, quand il vint rencontrer des élèves qui avaient adoré ses livres, et qui furent ébahis par sa liberté et son humour, son expérience de loup-de-terre, ses récits homériques, son charisme. (...)

Colette Museur: La poupée russe de M. Yourcenar

Dans une interview, je ne sais plus laquelle, Marguerite Yourcenar disait qu’on met plus de soi dans la poésie que dans les romans. Je veux penser qu’elle était d’humeur légère et ludique quand elle a écrit ce calligramme, s’inspirant d’ Apollinaire, vers 1932. Petrouchka est l’équivalent russe de notre Polichinelle. Si vous suivez ce blog depuis un temps, vous savez qui est Silvia Barón Supervielle, c’est elle qui a traduit, tâche extrêmement compliquée, (mais elle a également traduit Borgès!), ce poème en espagnol. Deux bijoux. (...)

Djemâa Chraiti: Rrom, Gitan, Tsigane, d'une confusion à l'autre (3)

Quelle différence entre Rrom, Tsigane et Gitan? Une définition proposée par mon invité et livrée en trois billets distincts dont voici le dernier, par Marcel Courthiade, professeur à l’Inalco, l’Institut national des langues et civilisations orientales, responsable des études linguistiques Rromani, commissaire à la langue et aux droits linguistiques de l’union Rromani internationale. GITAN : L'histoire de ce mot est tout à fait différente. Il se réfère à l'Égypte et a transité jusqu'à l'Occident (espagnol Gitano, anglais Gypsy) par un couloir catholique, méridional et méditerranéen. Son origine la plus plausible est liée à un événement que l'on peut inférer de la documentation concernant la première Croisade et il semble utile de faire un détour par l'Histoire pour le situer dans son contexte, tant ce dernier est méconnu. (...) (TDG)

Créé: 18.02.2018, 10h42

Articles en relation

Marko Bandler: Ils sont fous ces millionnaires !

La revue des blogs Jacques-André Widmer: Plurimodaux, polyactifs et prolixes. Pascal Gavillet: Chiens, stars et déchets. Ana Roch: L’école des hypocrites. Pascal Décaillet: Classes moyennes. Maurice-Ruben Hayoun: De le religion de Brague. Alexandra Spagnolo: Papa Hippocrate. Plus...

Catherine Armand: La classe qui lutte

Belle cuvée de blogs Maurice-Ruben Hayoun: Qu'est ce que le bonheur? Vincent Schmid: Le génie de l’Europe. Jean-Michel Olivier: Beigbeder trompe la mort. Béatrice Deslarzes: Une sacrée dose... d'hypocrisie... Pierre Scherb: Pavillon de la danse: mal ficelé. Jean-Noël Cuénod: A la langue corse, Macron préfère le franglais. Plus...

Haykel Ezzeddinne : Bienvenue à «Light Geneva graffiti magazine»

Blogs sélection Sylvain Thévoz: Maudet veut en finir avec les Fêtes de Genève. Edmée Cuttat: Un étonnant thriller théologique. Jean-Michel Bugnion: Ces salauds de riches! Jean-Michel Olivier: Anne Perrier et Georges Haldas. Alexandra Rys: Médias de service public Plus...

Mireille Vallette: Le succès de Tariq Ramadan? La faute aux médias

Grands blogs Daniel Warner: Are you up for the Olympics? Antoine Vielliard: Que Genève assume ses rêves délirants de croissance. René Longet: Plébisciter la coopération au développement. Maurice-ruben Hayoun: La fable des abeilles de Bernard de Mandeville. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Arrestations dans l'affaire des cinq femmes tabassées
Plus...