Alain Meury: Football, l’âge d’or des prédateurs

La revue des blogsClaude Bonard: 17 ans de guerre en Afghanistan. Tout ça pour ça ? Marie-Jeanne Accietto: Autisme. Edmée Cuttat: "Girl", une perle rare. Sylvain thévoz: Ce qui fait peur... Demir Sönmez: Celine van Till avec la Médaille « Genève reconnaissante »

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Alain Meury: Football: l’âge d’or des prédateurs

Loin de moi l’idée de m’immiscer dans le conflit qui oppose la famille de Christopher Lungoyi au Servette FC. Je ne suis plus les affaires du milieu de près mais j’ai pu m’informer de façon complète et sérieuse de ce dossier très émotionnel grâce à mon confrère et ami Daniel Visentini (Tdg du 4.9.2018). Il est cependant révélateur et exemplaire de ce qui se passe dans le monde du football, en Suisse comme ailleurs. Depuis pas mal de temps, du reste. Trois acteurs principaux dans ces mélodrames : les clubs, les familles (donc les jeunes joueurs eux-mêmes) et les agents. Commençons par les clubs. Le Servette FC possède une des meilleures académies de football de Suisse (sinon la meilleure) et les résultats de ses équipes l’attestent depuis plusieurs saisons. Le club genevois a l’intelligence – et on attendait cela depuis longtemps – d’investir beaucoup dans la formation et, régulièrement, de jeunes talents en sortent pour rejoindre la première équipe. Ils s’y signalent souvent, progressent encore et se font donc remarquer par les « espions » des grands clubs du pays voire de l’étranger, Porto en ce qui concerne précisément Lungoyi. Ceux-ci vont les débaucher et s’acquittent d’une indemnité de formation. On peut prendre le risque de dire que le montant de cette indemnité n’est pas à la hauteur du coût réel qu’a représenté la formation du joueur.

Claude Bonard: 17 ans de guerre en Afghanistan. Tout ça pour ça ?

Les stratèges occidentaux auraient mieux fait de relire l'histoire de cette région montagneuse et d'y regarder à deux fois avant de débuter leurs opérations militaires en 2001. Petit retour en arrière : en 1839 se déroula la première guerre anglo-afghane. Les Britanniques déterminés à briser l'influence russe auprès de l'Emir Dost Mohammed envoyèrent sur place une armée d'environ 17'000 avec toute sa logistique. Les Anglais occupèrent Kandahar et Kaboul. Les Afghans prirent les armes en 1841 et harcelèrent les troupes de la reine Victoria qui se replièrent sur Jalalabad. Cette retraite fut terrible. Un médecin militaire, le docteur Brydon fut le seul survivant de la colonne anglaise de plus de 15 000 personnes qui avait quitté Kaboul le 6 janvier 1842. L'armée anglaise fut anéantie par les redoutables guerriers afghans. Toujours déterminés à contrer l'influence russe dans la région, les Britanniques lancèrent une nouvelle campagne en 1879 avec une armée reconstituée. Une campagne connue sous le nom de deuxième guerre anglo-afghane. Là encore, la résistance des montagnards afghans va infliger des pertes sévères aux tuniques rouges. Le 26 mai 1879, l'Empire britannique et les Afghans signèrent néanmoins le traité de Gandomak. Avec cet accord, l'Afghanistan devient alors un protectorat britannique, conservant son autonomie au plan intérieur. Une demi victoire pour John Bull. (...)

Marie-Jeanne Accietto: Autisme

L’association Autisme Genève, association de parents œuvrant bénévolement et sans subventions, ni locaux depuis 10 ans dans le Canton, organise depuis 2008, tous les deux ans un colloque scientifique. Le samedi 13 octobre, de 9h00 à 17h00, nous vous proposons de nous rejoindre au Centre médical universitaire, auditoire B400 pour écouter 5 conférenciers venus exceptionnellement des USA pour nous présenter l’approche TEACCH, la seule approche globale (concernant tousles domaines de la vie de l’enfance à l’âge senior) et spécifique à l’autisme. (...) Notre colloque sera ouvert par le conseiller d’Etat, Thierry Apothéloz qui a la responsabilité de présenter des projets pour l’avenir de toutes les personnes en situation de handicap dans notre Canton. L’autisme représente un peu plus de 1% de la population : impossible d’en ignorer la portée sur le plan social. Jusqu’à présent, la politique concernant les personnes autistes, qui dans, les pays voisins et outre-mer a fait l’objet d’un plan SPECIFIQUE, navigue encore à vue dans notre Canton et plus en général en Romandie. Aucun plan ! Notre association demande depuis sa création, il y a 10 ans désormais, la mise en place d’un PLAN CANTONAL AUTISME qui SEUL pourra donner une vision d’ensemble des mesures à prendre et permettra d’assurer une continuité dans les services dont nos enfants ont besoin. La continuité des outils (assurés par les services) mis en place est pourtant leur seul « fauteuil roulant »…. Et actuellement il est quasi inexistant … imaginez les conséquences…. pour leur VIE ! (...)

Edmée Cuttat: "Girl", une perle rare

(...) Girl aurait pu sombrer dans le voyeurisme et le sensationnalisme. C’est le contraire dans ce récit choc qui vous emporte dès l’ouverture en vous touchant au cœur. Le Flamand Lukas Dhont, 27 ans, propose une première œuvre rare, sensible, subtile. Un bijou de grâce et d’émotion. Mais aussi frontal et cru. Déjà comparé au prodige québécois Xavier Dolan, l’auteur est une révélation à l’instar de son protagoniste Victor Polster. Pour ses débuts à l’écran, ce Belge francophone de 16 ans, élève du Ballet royal d’Anvers, a logiquement décroché le Prix d'interprétation dans la section cannoise Un Certain Regard. Il est époustouflant de talent, de maîtrise, de justesse. Il livre une exceptionnelle performance physique dans le rôle d’une Lara en quête d’absolu, lancée à la fois dans l’apprentissage d’un art astreignant et le parcours hors-norme du changement de sexe. dont le réalisateur montre les différentes étapes. (...)

Sylvain thévoz: Ce qui fait peur

La camionnette blanche montant deux roues sur le trottoir. Un pétard, un sac plastique claqué dans les doigts. Tout ce qui fait Bang ou Paf désormais Et surtout ce qui ne fait plus de bruit et disparaît dans la nuit. Ce qui fait peur: la craie la cendre les os et le sel, tout ce qui a le goût de la moelle ou du miel, Un fût de bière vide à changer. Un frein à main dur à tirer. Une poignée de main qui se refuse. Un regard croisé trop insistant ou fuyant, Tout ce qui ne se résume pas à la norme à l’artificialité du mimétisme ou du cadre. (...) Ce qui fait peur : Aller chez le médecin. Attendre un diagnostic. Recevoir un diagnostic. Ne plus aller chez le médecin. En Afrique les enfants meurent encore de dysenterie. Dresser des listes de ce qui fait plaisir. Arriver au bas de la liste. Recommencer encore. Sans envies et sans peurs. (...)

Demir Sönmez: Celine van Till avec la Médaille « Genève reconnaissante »

(...) Cavalière très talentueuse, Céline van Till faisait partie du cadre Juniors suisse en dressage lorsqu’elle eut un grave accident de cheval en 2008, qui l’a laissée handicapée. Depuis dix ans, elle se bat pour retrouver ses moyens pas à pas, geste après geste, et reconquérir sa passion pour la vie et le sport. Ainsi, elle a réussi à prendre part aux Jeux paralympiques d’été de Rio en 2016, offrant au sport genevois l’une de ses plus belles expressions. Aujourd’hui, Celine van Till a décidé de se lancer un nouveau défi en passant de l’équitation à l’athlétisme, avec comme objectif de participer aux Jeux paralympiques de Tokyo en 2020. (...) (TDG)

Créé: 09.10.2018, 16h10

Articles en relation

Djemâa Chraïti: Charles Aznavour, un réverbère de la mémoire pour l’éternité!

Blogs à lire Ana Roch: Où sont les femmes ? Mireille Vallette: Le roi du Maroc perçoit un lien entre texte coranique et terrorisme. Didier Bonny: « A Star is born » : tout pour la musique. Nathalie Hardyn: La voie solitaire n'est pas dans l'ADN de la Suisse! Plus...

Jacques-Simon Eggly: Oser dire les choses

Blogs à lire Maurice-Ruben Hayoun: Le cas Mahmoud Abbas. Bruno Hubacher: La libre-éducation supérieure. Daniel Warner: Justices Go to Cocktail Parties. Demir Sönmez: Charles Aznavour. Rodolphe Weibel: Traversée du lac, désormais 4 tracés. Ce n’est sans doute pas fini Plus...

André Naef: La Suisse berceau du populisme ?

La revue des blogs Edmée Cuttat: "Utoya, 22 juillet", André Thomann: Douce France, Vincent Schmid: L'éternité d'Internet, Jacques-André Widmer: TTC : impéritie crasse ! Bernard Comoli: Élections brésiliennes Plus...

Anne Cendre: Un jardin idéal

Bonne série de blogs Magali Orsini: Les blancs et les noirs. Edouard Cuendet: Lisa Mazzone, omniprésente. Claude Bonard: Les 75 ans de M. Lech Wa??sa. Pascal Décaillet: Ana Roch ou Martin Staub ? Plus...

Vincent Schmid: Lequel est le vrai nihiliste ?

Excellents blogs Jean-Noël Cuénod: Aznavour, un voisinage. Didier Bonny: En vaut-« Elle » la peine ? Maurice-Ruben Hayoun: Le fondateur du judaïsme moderne. Le groumeur genevois: Petit conte de nuit sur un sujet tabou Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.