Philippe Souaille: La choucroute ça tue... Oui, mais à 95 ans :-)

La revue des blogsA lire: Rémi Mogenet : Michel Onfray, la Savoie et la gauche proudhonnienne, Pierre Losio : E-ve-liii-ne...c'est ma co-pi-ne... Pascal Gavillet : Que cache la conjecture de Legendre?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique > Vivre !

Philippe Souaille : La choucroute ça tue... Oui, mais à 95 ans :-)


L'OMS se fout du monde. La charcuterie c'est gras et salé, donc pas très bon pour la santé, personne ne l'ignore. A forte dose c'est même cancérigène. Comme presque tout. L'eau courante de nos robinets par exemple... Plus exactement le chlore qu'elle contient ! Sauf que sans ce chlore, on mourrait tous beaucoup plus tôt de dysenterie, de choléra et de diverses joyeusetés véhiculées naturellement par les eaux de nos villes et de nos campagnes. Nous souffrons tous d'un phénomène naturel qui s'appelle le vieillissement. (…) Or pour le cancer colorectal, attribué à la charcuterie, c'est seulement entre 75 et 85 que les gens meurent le plus et ça continue en grand nombre jusqu'à...95 ans. C'est un décalage de plus de 15 ans ! A partir de 85 ans, il y a même plus de gens qui meurent d'un cancer colorectal que d'un cancer du poumon, parce que ces derniers sont morts avant, trois fois plus nombreux ... alors que le nombre d'amateurs de saucisson reste bien plus important que le nombre de fumeurs en exercice ! En résumé, il faut arrêter de faire flipper les gens inutilement et arrêter de considérer comme un drame le fait de mourir après 85 ans...

Rémi Mogenet : Michel Onfray, la Savoie et la gauche proudhonnienne


J'ai entendu Michel Onfray défendre un système politique fondé sur les groupements de travailleurs, ouvriers et paysans, à la mode de Proudhon. Cela prouve qu'il ne se contente pas de critiquer les régimes en place, qu'il a quelque chose à proposer. En Savoie, les vallées abritaient fréquemment des groupes de paysans solidaires. Je connais bien l'histoire de Samoëns, dont ma famille est originaire. La pensée d'Onfray à cet égard me paraît incohérente. Car cette communauté montagnarde était pieuse, croyante, et cela n'était pas du tout sans rapport avec son existence en tant qu'organisme collectif. On pensait qu'un esprit unique présidait à son destin, et on n'en parlait pas d'une façon abstraite: cet esprit se confondait avec le saint patron du village, qui guidait la communauté depuis les profondeurs de l'âme de chacun. Ce saint patron était lui-même lié à l'esprit global du monde, ce qui assurait une cohérence entre les communautés particulières. (Entre les deux, se trouvaient des esprits intermédiaires, par exemple le patron du duché de Savoie, et qu'incarnait le Duc et Roi; comme Onfray évoque souvent le peuple français de façon unitaire, je le précise.) Or, Onfray est athée, et je ne vois pas ce qui peut lui permettre de croire que les individus pourront se regrouper en communautés cohérentes de travailleurs, en organismes collectifs, s'ils sont athées aussi, ou s'ils sont matérialistes. (…)

Pierre Losio : E-ve-liii-ne...c'est ma co-pi-ne...


C'est ce que chantait une gentille nunuche, amie des enfants ("Ce ma-tin, un la-pin"...), il y a quelques décennies. Je ne me souviens plus de son nom, mais je crois que c'était l'épouse ou la compagne du chantiste-compositeur Jean-Jacques Debout (lui-même ami de la famille Vartan, Sylvie et Eddie chef d'orchestre)... ...à force de lire Jours de France et Point de vue Images du monde, je me suis construit une certaine culture musicale, que voulez-vous ! Mais où en étais-je ? (…)

Pascal Gavillet : Que cache la conjecture de Legendre?


S’agissant des nombres premiers, la méthode du crible d’Eratosthène (tableau ci-dessus), que je suppose connue du lecteur, reste encore l’une des plus efficaces pour déterminer leur apparition dans la suite des entiers. Le problème, c’est qu’elle est fastidieuse, donc sans portée lorsqu’on tend vers de très grands nombres. S’agissant des nombres premiers toujours, plusieurs conjectures demeurent aujourd’hui ouvertes. C’est le cas de la conjecture de Legendre (1752 – 1833), qui stipule qu’il existe un nombre premier, pour tout entier non nul n, entre n2 et (n+1)2. L’affaire a l’air simple comme bonjour, elle n’est toujours pas résolue à l’heure actuelle, même si quelques démonstrations non encore validées ont fleuri ici et là sur des forums. Une conjecture très proche, le postulat de Bertrand (1822 – 1900), affirme qu’entre un entier et son double existe toujours un nombre premier. Mais celle-ci fut démontrée, par Tchebychev (1821 – 1894) en 1852, puis plus simplement par Ramanujan (1887 – 1920) et par Paul Erdöss (1913 – 1996) au XXe siècle. Revenons à la conjecture de Legendre. (…)

Adrien Faure : Pourquoi un mouvement libertarien en Europe ?


Pourquoi et comment des mouvements libertariens ont-ils pu se former en Europe ? Une première hypothèse que l'on peut émettre serait que les mouvements libertariens européens sont une importation des États-Unis. Cette hypothèse semble tout à fait fondée. Il est évident que le terme « libertarien » est né aux États-Unis en réaction au détournement de sens qu'a subi le terme « libéral ». En Europe, une telle évolution sémantique du mot « libéral » s'observe également. On peut en déduire – sans trop s'avancer – que l'adoption du terme « libertarien » en Europe reproduit cette évolution sémantique. A noter d'ailleurs que Henri Lepage, qui a introduit ce terme en Europe, le fait en référence directe aux États-Unis, dans le but même d'importer les idées libertariennes. En outre, les instituts européens Von Mises et les sections nationales de Students For Liberty sont tous des importations directes d'organismes américains, tandis que le European Free State Project est une copie du Free State Project américain. Ceci étant dit, tout cela ne nous permet pas d'éclaircir les raisons de l'émergence d'un mouvement libertarien en Europe. (…)

Christian Kursner : La Lune est belle à Lendas


Lorsqu'elle est pleine, ce 27 octobre, aux alentours de midi! les astronomes ne s'y sont pas trompés qui mettent en exergue l'alignement planétaire de trois planètes dans le signe de la Vierge: Jupiter, Mars et Vénus, ensemble, un trio gagnant pour tout le monde. Je m'explique: Lors de cette pleine Lune automnale, le Soleil en Scorpion est en opposition exacte avec la Lune dans le signe opposé, le Taureau. Et le fait que Vénus soit si bien entourée par Mars et Jupiter en Vierge oblige à voir les choses telles qu'elles sont, à cerner la réalité dans sa crudité et à tenter de se servir de ses qualités pour les mettre au service d'autrui. La Vierge, signe de terre de la croix mutable, est un signe d'humilité et de compréhension dont le patron, Mercure, (Hermès, le messager ailé des dieux), l'intellect a pour mission dans un thème d'étudier, d'analyser, de creuser, de prévoir, d'agencer, d'agender avant de passer à l'action. Ces trois planètes en Vierge permettent d'agir dans un sens maîtrisé et pour le bien public. Mars risque d'en rajouter dans son désir de compréhension mais Jupiter va le diriger vers le don généreux, l'aide à autrui, le sens social développé, l'action concrète et pas seulement des mots ! Le ciel est voilé pour cette pleine Lune généreuse en Scorpion. Il ne l'était pas pour le groupe d'élèves qui m'avaient rejoint à Lebena (Lendas) au sud de la Crète la semaine dernière. (…)

Edmée Cuttat : "Notre petite soeur", Délicate et poétique


Sujet inépuisable voire incontournable du cinéma japonais, la famille. Plus particulièrement chez Hirokazu Kore-Eda qui en poursuit la radiographie. (…) A la fois délicat, tendre, touchant, intimiste, poétique, l'opus se révèle visuellement brillant, certaines scènes apparaissant comme de véritables tableaux. Certes, il n'a pas la puissance de Nobody Knows, Still Walking ou encore de Tel père, tel fils, Grand Prix du jury sur la Croisette l'an passé. Mais s'ils sont traités avec moins de gravité, on retrouve, dans Notre petite sœur, douce sinon doucereuse chronique familiale, les thèmes chers à l'auteur comme la filiation, l'éducation, la transmission, le deuil. Réunis dans un discours simple, universel et porté par d'excellentes comédiennes.

Charly Schwarz : Le reflex numérique est au soins intensifs


Rares sont les promotions commerciales sur ce blog... Mais là, je dois vous faire partager une révélation; le reflex numérique est en soins intensifs ! Le responsable de cette lente agonie a un visage; celui de l'appareil photo hybride. Si pendant longtemps l'appareil photo reflex a été le seul chemin vers la qualité de l'image, il est à remarquer que depuis quelques années les appareils hybrides ont fait petit à petit leur place et dès 2013 les hybrides génèrent des images plus belles que certains reflex. Ce développement rapide des appareils hybrides a bouleversé l'ordre établi. Seul reste au reflex l'avantage d'une visée optique, l'hybride bénéfice de sa compacité, sa connectivité, la vidéo et il couvre l'immense majorité des besoins. (…)

Leila el Wakil : «A propos du canal de Suez»


Depuis des lustres, réunir les deux mers par une voie navigable traversant le territoire égyptien a toujours eu ses partisans et ses détracteurs. Pourquoi ? Et surtout, comment la construction du Canal de Suez a-t-elle fait partie d’un jeu géopolitique mondial durant ces deux derniers siècles? L’attitude officielle égyptienne n’a pas toujours été calquée sur l’intérêt politique du pays et sur la position intransigeante des nationalistes. Qui avait raison ? Cela reste l’objet de débats pas toujours résolus. De Bonaparte à Nasser, on pourra essayer de brosser une image aussi bien politique qu’économique et souvent pittoresque autour de l’histoire du Canal. (…) Jeudi 29 octobre à 18.30, Uni Dufour, salle 259. Entrée libre.

Michèle Roullet : «Un original ne vaut rien sans une copie!»


Il y a des jours où des moments de grâce illuminent nos existences, ces moments suspendus où toute une scène du monde se découvre dans des paysages ou récits inédits. Ce bonheur, je l’ai vécu en allant au Centre d’Art Contemporain à Genève, contempler les œuvres de Miroslav Marsalek. (…) Et si ces œuvres vous émeuvent, et que vous vous voulez poursuivre l’aventure, sachez que le directeur du centre, M. Andrea Bellini, à qui l’on doit la découverte de Mirek pour avoir su, un jour, descendre de sa selle de vélo à Plainpalais, va ouvrir des ateliers de calligraphie et de dessin avec Miroslav Marsalek : « Dessiner comme Mirek ». Ces cours seront ouverts à tous, enfants et adultes, à partir de 12 ans. Histoire à suivre... et sans retenue !

David Frenkel : Personnes morales


Personnes morales, vous vous trahissez lorsque vous délaissez vos vertus pour des sirènes économiques, quand vous enterrez vos obligations sous des perspectives alléchantes. Votre consœur vous appâte ; vous l’épousez en graissant la patte de vos actionnaires. Pourvu que vous perduriez, personnes morales, dans les annales de la cupidité. Les ouvriers qui vous ont élevées à la sueur de leur front, les employés qui vous ont gavés de leurs heures, de leurs efforts, vous les livrez aux bouches qui parlent d’un mal qui s’étale ; vous les abandonnez aux mains d'une sous-traitance remplaçant des emplois en abondance. Une coterie au service du profit déprave le travail des braves. (…)

()

Créé: 27.10.2015, 14h43

Articles en relation

René Longet: Les Verts et le Centre, battus mais utiles

La revue des blogs A lire aussi: Pierre Jenni : Péage, les deux erreurs majeurs de Wenger, André Thomann : Vocabulaire nauséabond, Micheline Pace : Un Prix Nobel de la Paix si sensé... Plus...

Mireille Vallette: Pourquoi avoir peur de l’immense afflux de réfugiés musulmans en Europe?

La revue des blogs Et aussi: Djemaa Chraïti : Tunisi, le déni homosexuel, Vincent Strohbach : Je n’arrive pas à me remettre, Maurice-Ruben Hayoun : Qui a soufflé à Hitler l’idée de la solution finale ? Plus...

Pascal Gavillet: Un astéroïde fonce sur nous, que doit-on craindre?

La revue des blogs On lira aussi: Cédric Segapelli : Une autre vision du roman noir, Patrick Wehrli : Les montres de Mouamar Kadhafi, Bernard Andrié : Hugues Quennec, l'empereur grenat, etc. Plus...

Maurice-Ruben Hayoun: Alain Finkielkraut, Péguy, Goethe, Kant… Maalouf ...

La revue des blogs A lire aussi: Mireille Vallette: Un morceau d’anthologie de l’enfumage médiatique, Hank Vogel: La mouche de Saint Pierre, Jean-Charles Magnin : Pour qui dois-je voter si... ? Philippe Souaille : Grâce à Poutine, dans un an, un vrai Etat islamique en paix... Plus...

Leila el-Wakil: Les projets de Marc Camoletti pour le palace de Gezireh

La revue des blogs Et encore: Djemaa Chraïti : Le humus de la paix, Bertrand Buchs: Clarification, Pascal Gavillet: Dans "La Vanité", anamorphose et trompe-l'oeil, Philippe Souaille: Stauffer et Singapour ... Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.