Pascal Gavillet: Berlinale 2018, l'horreur en plan séquence

La revue des blogsMauro Poggia: Monsieur le Maire… de Saint-Julien. Marie-France de Meuron: Le Pouvoir émissif masculin originel . Olivier Emery:Une loi française scélérate. Pascal Holenweg: Vers une loi genevoise sur la laïcité ni très utile, ni très cohérente. John Goetelen: Contre la burqa, pour la laicité, est-ce un rejet de l’islam?

Andrea Berntzen dans Utøya 22. Juli

Andrea Berntzen dans Utøya 22. Juli

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Pascal Gavillet: Berlinale 2018: l'horreur en plan séquence

D'abord cette image de groupe prise ce matin à la Berlinale, et inhabituelle pour mon blog, où d'ordinaire je ne choisis que des photos tirées des films commentés. Un groupe dont la moyenne d'âge est assez basse. Ils sont jeunes, graves, droits comme des I, et sans le savoir, ils nous rassurent. Et nous rappellent que eux, contrairement à ceux qu'ils incarnent, sont des acteurs et non des victimes. Tourné en un seul plan séquence étourdissant de 72 minutes, Utøya 22. Juli (ou U July 22) reconstitue l'attaque survenue le 22 juillet 2011 en Norvège sur l'île d'Utøya, au sein d'un camp de jeunes organisé par le Parti travailliste norvégien. 77 victimes, 99 blessés graves. Attaque perpétrée par un seul homme, Anders Behring Breivik, 32 ans, qui a également revendiqué une attaque à la bombe dans le quartier gouvernemental d'Oslo, survenue le même jour. Reconstitution, disais-je. Non, car le film adopte un point de vue quasi unique, celui d'une jeune femme, Andrea Berntzen (c'est le nom de l'actrice) que voici. (...)

Mauro Poggia: Monsieur le Maire… de Saint-Julien

(Lettre ouverte à M. Antoine Vielliard, Maire de Saint-Julien-en-Genevois - [répondant au dernier blog d’Antoine Vielliard à propos de la scolarisation transfrontalière //portevoix.blog.tdg.ch/archive/2018/02/14/effectifs-scolaires-que-geneve-assume-ses-reves-delirants-de-289723.html]) (...) Curieux discours que vous tenez là, Monsieur le Maire. N’êtes-vous pas l’acteur de cette surveillance douanière spontanée visant à débusquer ces résidents genevois qui vivent en réalité sur votre territoire? Cela ne procède-t-il pas de la volonté de faire coïncider la réalité et le droit? Car enfin, ce qu’il faut comprendre en filigrane, c’est bien que ces personnes bénéficient des infrastructures de votre commune, sans rétrocession aucune sur les impôts encaissés à Genève. Parlons-en de cette rétrocession, acceptée à bien plaire par Genève en 1973 pour contribuer au coût desdites infrastructures ! Sur les 259 millions EUR versés en 2016, Saint-Julien-en Genevois a reçu 5,4 millions EUR pour 4421 frontaliers sur ses 13500 habitants. Sachant qu’il s’agit de 3,5% de la masse salariale, vos communiers travaillant à Genève ont donc reçu des salaires (dont personne ne conteste évidemment la légitimité) à hauteur de 154,3 millions EUR. Où pensez-vous, Monsieur le Maire, que ce revenu est dépensé prioritairement ? Cela ne contribue-t-il pas à la richesse de votre commune et de la région ? Allons, faites-vous violence, un petit effort d’objectivité ! (...)

Marie-France de Meuron: Le Pouvoir émissif masculin originel

L’être humain actuel est de plus en plus castré de ses forces vives. L’homme n’y échappe pas. Les preuves nous en sont offertes à différents niveaux. Les ventes de viagra et autres médicaments du même type font fleurir l’économie. D’autre part, le nombre des spermatozoïdes a diminué du tiers en moins de 20 ans. A cela s'ajoute que les hommes sont limités dans leurs gestes, voire leurs regards, sous peine d’être traités d’abuseurs. Alors, que leur reste-t-il ? L’émissivité rationnelle dans le développement économique ! Alors là, ils s’épanchent ! (...) Et puis, il y a émission de sommes imposantes, par exemple Ferring qui investit 30 millions à St-Prex. Ces millions ne sont pas le fruit du travail de ceux qui les manipulent, autrement dit qui n’utilisent pas leur pouvoir vital masculin. Ils proviennent de toutes les mains qui ont travaillé dur mais dont on tait un maximum qu'elles n'en jouissent pas, alors qu'on lit les bilans enregistrés par de telles firmes : plus de 2 milliards ! Et, de quels médicaments s’agit-il ? Sur ceux qu’on peut miser (encore une démarche émissive rationnelle…). Ici, le REKOVELLE (follitropine delta), stimulant de l’ovulation. (...)

Olivier Emery:Une loi française scélérate.

Cinq ans d'emprisonnement et 35'000 francs d'amende. Voici ce que risque un bénévole montagnard briançonnais. Son crime ? Offrir gite, couvert et premiers soins à des malheureux qui marchent dans la neige et la nuit à -15°C. Embastillé le bon Samaritain ! Voici où conduit le droit positif. Aux oubliettes le droit naturel ! La conscience et la morale oseraient-elles gêner la liberté d'organisation sociétale de l'Homme ? Comment peut-on encore tolérer un préambule invoquant le Tout-Puissant dans notre Constitution fédérale ?

Pascal Holenweg: Vers une loi genevoise sur la laïcité ni très utile, ni très cohérente

(...) La laïcité, le groupe de travail l'avait définie, assez restrictivement (sans doute pour obtenir sur cette définition le consensus le plus large possible) comme "un principe séparant l'Etat des communautés religieuses; celles-ci n'interviennent pas en tant que telles dans les affaires de l'Etat; celui-là n'intervient pas dans les affaires des institutions religieuses, sauf à faire respecter la loi". Or même définie ainsi, a minima (mais Victor Hugo la définissait de manière plus lapidaire encore : "L'Etat chez lui, l'Eglise chez elle !"), la laïcité reste un projet politique non encore réalisé : nous vivons, en Suisse, dans un pays dont le drapeau est une croix et l'hymne national un cantique chrétien, où la constitution est introduite par "Au nom de Dieu, amen", où le jour du Seigneur des chrétiens est un jour de repos (Comme le demande innocemment l'historien des religions Daniel Barbu, le patronat fait-il montre de conviction laïque quand il propose de réintroduire le travail du dimanche ? ), où les fêtes chrétiennes sont les seules fêtes religieuses à être des jours fériés officiels, où les rapports entre "l'Eglise et l'Etat" (mais pas entre "les religions et la politique"...) sont du ressort des cantons, où la constitution genevoise parle de "liberté religieuse" mais pas de "liberté philosophique", où les députés et les conseillers d'Etat genevois prêtent serment dans un temple protestant et où l'érection de minarets (mais pas de clochers) est interdite, non pas au nom de la laïcité mais au nom de la "lutte contre l'islamisation" (...)

John Goetelen: Contre la burqa, pour la laicité, est-ce un rejet de l’islam?

(...) Il apparaît qu’un vêtement comme la burqa dérange. Une des raisons est que notre culture a développé une exigence d’ouverture et d’authenticité dans les relations humaines. La burqa est incompatible avec cette exigence. Elle cache non seulement le visage mais aussi ses expressions, donc les intentions de la personne. La relation femme-homme en est altérée. Car comment parler librement avec une personne qui a fait le choix de se méfier des hommes et de notre culture? Je le redis ici: pour moi le foulard ou la burqa sont des choix. Les femmes qui le portent le veulent. Nous avons pris l’habitude de considérer les femmes musulmanes comme incapables de ce choix. C’est une erreur. Je n’utiliserai donc pas cet argument de l’égalité made in west, que l’on voudrait imposer à cette culture, argument néo-colonialiste trop dénigrant pour les musulmanes. (...) Par exemple en Europe la laïcité domine sur le système État-religion pratiqué par nombre de pays musulmans. Est-ce un rejet de l’islam? (...)

Catherine Armand:Abandon de poste

La Poste Suisse envisage de fermer 12 offices de poste dans le canton d’ici 3 ans. Celle de Chêne-Bougeries située à la route de Chêne est concernée, un coup dur pour cette commune de plus de 11’000 habitants qui a déjà vu son office de Conches être supprimé, pour finalement être remplacé -après une forte mobilisation des élus- par une épicerie avec service postal de base. (...) Pour sauver l'office de poste de Chêne-Bougeries, une pétition a été lancée par le PS Trois-Chêne Arve et Lac et le Parti Radical de Gauche, avec le soutien des syndicats Transfair et Syndicom. 1251 signatures ont été récoltées entre début décembre et mi-février, qui vont être envoyées prochainement à la direction de la Poste.. (TDG)

Créé: 20.02.2018, 08h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

USA: les enfants de migrants séparés de leurs parents
Plus...