Hélène Richard-Favre: «Pussy Riot, médias et jugement»

Les blogs de la TribuneL'écrivaine genevoise questionne: «S'émouvoir du sort réservé à ces jeunes est une chose.Se demander comment on recevrait ici de telles actions, une autre.»

Les trois femmes du groupe Pussy Riot <a href=ont été arrêtée en janvier dernier. " class="jqzoomINNER"/>

Les trois femmes du groupe Pussy Riot ont été arrêtée en janvier dernier. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Hélène Richard-Favre Pussy Riot, medias et jugement Voina et un mot russe qui signifie la guerre. Voina, c'est aussi le nom d'un groupe créé en 2007 par des étudiants en philosophie de l'Université d'Etat de Moscou (dont la condamnation à deux ans de camp pour hooliganisme suscite des manifestations de solidarité dans le mode). Pussy Riot appartient à ce groupe. Leur but? Ébranler l'image de la Russie. Avec l'écho rencontré dans la plupart des médias occidentaux, leur message a trouvé ses relais. Pour leurs actions, c'est la violence qui est revendiquée. Qu'elle soit de rue ou d'ordre symbolique, elle opère dans des lieux de culture, de culte ou dans des surfaces commerciales. Scènes d'orgies dans un musée ou de masturbation avec un poulet dans un supermarché, telles sont entre autres faits artistiques, la manière qu'a ce groupe d'exprimer son amour de la Russie. Ce qu'on sait peut-être moins, est que ce groupe a été lauréat d'un prix décerné par le Ministère de la culture russe au printemps 2011. Cette récompense a surpris. Elle primait le dessin d'un pénis géant sur un des ponts de Saint-Pétersbourg... Lire la suite dans Voix.blog.tdg.ch!

Pascal Décaillet Le pire, ce sont les ennemis de l'intérieur. (…) Notre pays est en train de vivre, autour de sa place financière, des attaques d'une violence inouïe. Les pays d'où proviennent ces salves, à commencer par les États-Unis, n'ont strictement aucune leçon à nous donner en termes de moralité financière. Ne parlons pas de la Grande-Bretagne. Encore moins de la France, dont la gestion des finances publiques, depuis des décennies, sous la droite comme sous la gauche, est catastrophique. Et qui ne cherche, par ses actions contre la Suisse, qu'à se renflouer. C'est cela, la vérité des choses, cela et rien d'autre. Face à cette guerre - c'en est une, et sur plusieurs fronts - tout pays normalement constitué réagirait par la guerre. Préciser nos valeurs. Expliquer à la population que les banques suisses ne sont pas, à la base, une émanation du diable, qu'elles ont certes commis des erreurs, mais qu'elles demeurent d'immenses sources d'emplois et de richesse nationale. En guerre, il faut une stratégie, une cellule de crise, une vision claire, une volonté inébranlable de défendre les intérêts du pays. Franchement, vous sentez cette ivresse dionysiaque chez Mme Widmer-Schlumpf ? Chez M. Burkhalter ? Le pire, ce sont les ennemis de l'intérieur.

Roldana (identité connue de la rédaction) : Galère pour trouver un stage La période de crise économique actuelle ne facilite pas la recherche de stage chez les jeunes diplômés. Certains prennent plus de 6 mois pour trouver un poste. Ce qui suit est un portrait romancé, mais pas si éloigné de la réalité... Une semaine plus tard, je reçois un mail m'annonçant laconiquement qu'ils ont choisi quelqu'un d'autre, sans aucune forme de considérations. Recalé ! Repars à zéro ! Les égards, la politesse, l'estime, l'honnêteté, la simple gentillesse et l'intelligence commanderaient qu'ils répondissent autrement, notamment en me fournissant les motifs de mon échec. Rien. Un simple mail, rédigé en quelques secondes... Nos parents, nos juges, occupent souvent des places qu'ils ont pu dénicher sans grande difficulté après avoir effectués une Maturité ou une licence universitaire, voire même sans aucun diplôme en poche. La crise économique actuelle est profonde. Il suffit de voir nos pays voisins. La Suisse n'est pas épargnée…

Grégory Pons: Genève aime-t-elle vraiment son lac ? Les entraves bureaucratiques imposées à un des plus sympathiques projets nautiques de l’été (un téléwake tracté par câble) en disent long sur la vision non-lacustre des autorités... Avantages de ce téléwake : l’apprentissage est plus facile pour les débutants, qui peuvent pratiquer ce sport plus nombreux, mais c’est aussi moins coûteux qu’une vedette à moteur gourmande en essence – ce qui est meilleur pour l’environnement, d’autant que les câbles fonctionnent à l’énergie électrique. Les amateurs de loisirs nautiques y gagnent, la nature aussi, et même la réputation ludique des bords du lac. Que demander de plus ? (…) Finalement, de tergiversations en complications bureaucratiques, les fonctionnaires ont fini par concéder une autorisation provisoire pour installer les deux portiques, mais pas le ponton : le téléwake fonctionne depuis hier et on s’y bouscule pour s’initier à un sport qui sera en compétition olympique dès 2020. Pas belle, la vie ? Jean-Noël Cuénod: Le plouc lauréat au Festival Rilke Le plouc a reçu vendredi soir au Château Mercier à Sierre, le prix que son livre de haïkus "Le Goût du Temps" a reçu au concours de poésie au Festival Rainer Maria Rilke et cède le clavier à son excellent collègue Etienne Dumont: Le Festival Rilke aura lieu pour la cinquième année à Sierre, du 17 au 19 août. Pourquoi Sierre? Parce que le poète allemand a passé ses dernières années à Veyras, tout près de là. La manifestation ne se veut pas passéiste pour autant. La preuve! En 2012, les voix romandes, de Thierry Romanens à Aliose, secoueront les "Notes sur la mélodie des choses". Il y aura aussi du slam, chose tout à fait inconnue lorsque Rilke quitta ce monde en 1926…

Béatrice Deslarzes: Tabagisme passif Je me demande ce que pense et fait notre ministre de la santé Alain Berset qui "juge l'initiative antitabac prématurée" et recommande de rejeter le texte sur la fumée passive: "Protection contre le tabagisme passif" le 23 septembre prochain. Quand est-ce que nos autorités arrêteront de soutenir une industrie dont on connait parfaitement bien les effets nocifs sur la santé probablement parce qu'elle rapporte beaucoup financièrement dans les caisses de l'Etat? De nombreuses sociétés médicales et associations ont beau dénoncer le caractère dangereux du tabac mais elles n'obtiennent aucun soutien des autorités politiques qui , en toute connaissance de cause, se contentent de faire inscrire sur le paquet de cigarettes "Le tabac tue" mais laisse ce produit dangereux en vente libre en particulier chez les jeunes.

Sylvain Thévoz: Frère Roger, 7 ans déjà. Le 16 août 2005, frère Roger entrait dans l'au-delà, poignardé à Taizé par une femme déséquilibrée durant la prière commune. Celui qui était parti de Genève pour la bourgogne en 1940, jeune pasteur de 25 ans, chercher une maison où prier, y créa une communauté à partir de presque rien: un appel, un désir. Quelques frères, un prêt modique, l'achat d'une maison, où très vite des juifs et des résistants trouvèrent refuge. Sous pression de la Gestapo, il quitte Taizé en 1942 accompagné de ses frères et trouve refuge à Genève. En 1944, retour à Taizé, il se consacre à l'accueil de jeunes orphelins et... de prisonniers de guerre allemands. Taizé est né. (…) Frère Roger fait bouture à l'au-delà depuis 7 ans. Son testament continue de s'écrire au quotidien. Lui qui citait volontiers la phrase de Saint Augustin: "Aime et dis-le par ta vie" murmure le même amour dans sa mort. Sa dernière phrase, suspendue, fut : "dans la mesure où notre communauté crée dans la famille humaine des possibilités pour élargir...." Elle nous place face à une question politique. Celle de savoir ce qu'est cet élargissement, ce qu'il peut contenir de sens, d'épanouissement, de refus des inégalités et de finalité pour l'existence. Combien faut-il de lumière pour pousser, pour que les greffes tiennent et que les arbres donnent des fruits? Combien de terrain à sarcler pour que les herbes pointent et les fleurs fassent passage? La mort: une graminée?

Elena Strozzi: Feu contre le deuxième tube au Gothard Samedi passé au Castello di Mesocco dans le Val Mesolcina l'Initiative des Alpes a allumé son feu traditionnel. Par cette action, l'Initiative des Alpes rappelle que le trafic de transit nuit fortement à l'environnement et menace cet espace vital. Pour cette raison, elle rejette catégoriquement la construction d’un deuxième tube au Gothard qui, tôt ou tard, mènera à plus de trafic poids lourd sur tous les axes de transit. Cet état de fait a été nouvellement démontré par une expertise juridique publiée dans le NZZ (publiée également dans Il Corrirere del Ticino). En cas de percement d’un nouveau tube, l’UE pourrait, en se fondant sur les accords sur les transports terrestres, contester la restriction « artificielle » à deux voies et imposer l’utilisation des quatre voies.

Julien Nicolet: Parlementaires genevois: des bons, des brutes ou des truands ? Parmi les commentaires suscités par ma note de mardi, celui de Jean d'Hôtaux pose une question qui me tarabuste depuis sa publication. Pour rappel, les turbulences dans lesquelles se trouve la caisse de pension de l'État ont pour cause le soudain changement de la législation fédérale, qui impose aux caisses publiques en capitalisation partielle de passer d'un taux de couverture de 50% à 80%. Le commentaire demandait simplement pourquoi les parlementaires avaient voté, le 17 décembre 2010, une loi si dommageable pour nos finances (et celles d'autres cantons et villes, d'ailleurs), et en particulier, comment les député-e-s genevois-e-s pouvaient justifier un vote pareil. Une rapide recherche m'a confirmé que les parlementaires genevois-e-s avaient bien suivi leurs groupes sur cet objet. C'est ainsi que les trois socialistes (J.C. Rielle, M. Roth-Bernasconi et C. Sommaruga) l'avaient refusé alors que tous les autres (L. Barthassat, M. Brunschwig-Graf, H. Hiltpold, A. Hodgers, C. Luscher, Y. Nidegger et A. Reymond) l'ont accepté. A noter que U. Leuenberger s'est abstenu. Comme souvent, j'essaie de me glisser dans la peau d'autrui pour saisir les intentions qui conduisent aux actions que je peine à comprendre. Et en l'occurrence, si j'écarte d'emblée l'idée offensante que certains parlementaires pussent ignorer les difficultés dans lesquelles leur vote entraînerait le canton, je ne parviens à cerner que trois dispositions justifiant un pareil vote, que je classerai en paraphrasant Sergio Leone…

Grégoire Barbey: L'instrument favorisant la transparence politique Politnetz, la plate-forme web entièrement consacrée à la politique en Suisse alémanique va s'étendre sur le territoire romand. Le site connaît un succès croissant depuis sa création en 2009, avec près de 19.000 membres actifs, dont plus de 2700 sont des politiciens. La start-up compte aujourd'hui sur Raphaël Leuenberger, anciennement responsable de Smartvote romandie pour étendre son activité en Suisse occidentale. Pour ce faire, ce titulaire d'un master en sciences administratives a mis en place une stratégie de diffusion, qui consiste à vendre leur produit aux Parlements cantonaux et communaux. Il s'agit d'un outil interactif offrant aux internautes la possibilité d'afficher l'ensemble des résultats d'une votation parlementaire. Ceux-ci peuvent être triés par canton, par parti, et par individu. Le site du Parlement fédéral a déjà contracté un partenariat pour s'en servir…

Mauro Poggia: Vers la disparition du franc suisse ? A force de faire tourner la planche à billets dans le cadre de la politique de maintien du franc suisse au-dessus de 1,20 franc par euro, la Banque nationale a amené la Suisse à détenir désormais les cinquièmes réserves en devises du monde, derrière la Chine, le Japon, l'Arabie Saoudite et la Russie. Est-on seulement conscient du risque que cette situation implique pour l'indépendance de notre pays ? La Banque nationale annonçait ainsi le 7 août dernier, dans une apparente indifférence générale des milieux politiques, dont l'attention était accaparée par la désastreuse négociation d'un accord sur les successions avec la France, que ses réserves en devises avaient progressé de 11% en juillet, totalisant 406,45 milliards de francs. Il est à craindre que d'ici la fin de l'année le bilan de la BNS n'atteigne le Produit National Brut de notre pays. Le Conseil fédéral, et sa Présidente Eveline Widmer-Schlumpf en tête, ministre des finances de surcroît, ne semble pas s'en émouvoir. Inconscience ou incompétence ? (…)Que se passera-t-il si l'euro, déjà malade, connaît une chute vertigineuse suite à une implosion de la zone euro ? Notre Banque nationale se retrouverait potentiellement en faillite !

Alain Bagnoud : Rousseau : une promenade, théâtre au Jardin botanique Idée originale : Rousseau une promenade se passe dans le Jardin botanique et c'est itinérant. (…) Spectacle animé, baroque, varié, Rousseau : une promenade mêle les thèmes profonds chers à Rousseau (la botanique, Dieu, la nature, la littérature) et la satire de la télévision, mélange les époques et les genres, offre aux spectateurs le bonheur de goûter aux plaisirs du théâtre. Grâce notamment à des comédiens talentueux, polymorphes, investis (Vincent Babel, Nicole Bachman, Julie-Kazuko Rahir, Héloïse Chaubert, Pierandré Boo, etc.), mis en scène par l'inventif Cyril Kaiser, qui a récemment séduit le public grâce à un Misanthrope joué à la Fusterie en 2011 et à Calvin, un itinéraire, dans la vieille ville en 2009 et 2010…

Alexis Roussel Pirates and Bank secrecy The discussion started whether we should support or not Hervé Falciani that stole banking details of clients, gave them to another country and is now risking to be extradited in Switzerland. It might be not clear if he sold or just gave the data, it is still important that we should take a stand. Clearly a Pirate does not like money. Or, let's put this way, a Pirate does not like money when it is gained on the back of others. If you earn your money by producing a good or adding intellectual value, then it is piratly acceptable and valued. So when we start talking about banks and tax evasion or fraud, down deep in our hart, we, Pirates, can only be disgusted by the behaviour of those people ready to make profit on the back of the society. Fair enough. But let's go a bit deeper, and let's try to decouple these two elements. Tax fraud is not Bank secrecy and vice-versa… //pirate.blog.tdg.ch/archive/2012/08/15/pirates-and-bank-secrecy.html

Créé: 17.08.2012, 18h11

Sondage

Comment jugez-vous les Pussy Riot?





Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.