Christian Brunier: Halte à la dictature de l’urgence !

La revue des blogsJean-Noël Cuénod: Ultralibéralisme, vers le crétinisme compétent ? Ronald Zacharias: Le PAV dans la mare... Djemâa Chraïti: Les Réverbères de la mémoire. Houda Khattabi: Education sans frontière. Pascal Décaillet: Frères de la Côte

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Christian Brunier: Halte à la dictature de l’urgence !

L’urgence est à la mode, mais elle pourrie l’existence. En entreprise, tout est urgent, noyant les véritables urgences et créant des stress destructeurs. Ces pseudos urgences sont confondues, à tort, avec de l’efficience. Dans beaucoup de sociétés, l’urgence donne de l’importance, l’excès de stress une illusion de dynamisme. Il faut réfléchir, concevoir, décider et agir, vite, de plus en plus vite. Foutaise ! Quand tout devient urgent, il n’y a tout simplement plus d’urgences possibles. Choisir les vraies urgences (éléments rarissimes, heureusement, de la vie) est une preuve de maturité et de maîtrise. La stabilité, en résumé, avec une belle pincée de bon sens. Confondre efficacité avec empressement est un fourvoiement. Un de mes profs de math disait : « Pour aller vite, il faut savoir parfois aller lentement. » Il avait totalement raison. Fixer des délais réalistes, tenables, prioriser, offre la possibilité de sélectionner l’essentiel, de planifier et d’agir sans pression nuisible. La soi-disant urgence cache fréquemment, en réalité, de la non-maîtrise ou de la panique. (...)

Jean-Noël Cuénod: Ultralibéralisme, vers le crétinisme compétent ?

(...) La compétence ne s’exerce que dans un domaine particulier et précis, hors duquel elle se montre incapable d’établir des choix. L’intelligence tend à embraser de plus vastes étendues et à relier des choses qui ne ressortissent pas à un seul domaine. (...) Les dominants ont donc intérêt à former des dominés de plus en plus compétents car les applications techniques des sciences sont toujours plus perfectionnées et réclament un savoir qui se trouve confiné dans des segments de plus en plus réduits mais qui doivent être maîtrisés de façon de plus en plus approfondie. C’est la formule-reine de notre époque : le dominé compétent sait presque tout sur presque rien ! En revanche, les dominants redoutent de former des dominés intelligents, ces dangereux emmerdeurs… (...) L’apprentissage des matières jugées inutiles relève donc de la nécessité vitale pour sauver la société du crétinisme techniquement compétent qui s’instaure.

Ronald Zacharias: Le PAV dans la mare...

Lors de la séance d'hier soir du Grand Conseil, les 'aficionados' de la gauche élargie, EàG, socialistes, verts et MCG, se sont pris un 'bourre-pav en pleine paix'. La loi qualifiée de 'magnifique', en réalité un distributeur automatique d'aides au logement (62% de LUP!), bénéficiera finalement d'un référendum obligatoire et sera, en toute vraisemblance, flanquée d'un contre-projet plus raisonnable. Ainsi, Dieu merci, le grand projet 'Cité Radieuse' a été coulé ainsi que son bras armé, soit la Fondation PAV, par une majorité de droite, renforcée par les quatre députés indépendants de Genève en Marche, qui dévoilèrent par là même leur ligne politique. L'irresponsabilité de la gauche élargie a été totale, mais elle a dû, fort heureusement s'incliner devant les forces de raison de notre Parlement. Plus que jamais, la Nouvelle Gauche a tenté de faire rimer le 'logement social' avec le 'logement électoral'. Rideau!

Djemâa Chraïti: Les Réverbères de la mémoire

Raconter pour se souvenir et se souvenir pour ne plus oublier; les écrivains sont les réverbères de la mémoire. En attendant l’œuvre « Les Réverbères de la mémoire » de Melik Ohanian qui consiste en neuf réverbères plantés dans le parc Trembley, à Genève, et sujet à de multiples plaintes, pétitions, oppositions qui ont en freiné l’installation artistique, je présente pour chacun d’eux un écrivain et pas des moindres, aujourd’hui, Zabel Essayan. (...) Zabel Essayan rappelle que l’écrivain ne peut qu’être engagé, ou il n’est pas. Le devoir de raconter, de laisser des traces pour rappeler aux générations futures les formes que prennent les chemins de l’horreur et s’en méfier. Mythe, mensonge, préjugé, elle démonte les mécanismes de la « Bête » immonde qui s’était donné pour mission d’éradiquer toute trace d’Arménien sur leur propre terre, à savoir celle de l’empire ottoman.

Houda Khattabi: Education sans frontière

Lorsque je fus interviewée dans l'émission "Visages de Campagne", Pascal Décaillet me demanda, l'œil à la fois pétillant et scrutateur, quelle serait ma priorité pour Genève. Ma réponse fut sans hésiter: "l'éducation!" (...) Il reste des domaines où les diplômés ne sont pas suffisamment nombreux pour couvrir la demande réelle. Prenons les métiers de la santé par exemple (...) Le projet d'agrandissement de l'institut est néanmoins maintenu côté français, d'autant plus que l'actuel institut d'Ambilly est devenu trop étroit et qu'un tel déménagement s'impose. La participation financière genevoise a toutefois due être revue mais il reste le problème du statut des enseignants suisses. S'il persiste le moindre espoir pour que Genève soit aux côtés d'Ambilly le jour de l'inauguration, il faut à tout prix le raviver et retrouver le chemin de la coopération. Et, soyons fous…

Edouard Dommen: Conversons les uns avec les autres

Pour défendre l’initiative « No Billag » dans La Tribune du 23 février, le dr Romoscanu suppose que la Suisse n’est peuplée que d’individus isolés dont la rationalité ne tient compte que de leurs intérêts propres : nul besoin de converser les uns avec les autres. Il se place ainsi dans le sillage de Mme Thatcher qui prétendait que « la société n’existe pas ». Or, comme disent les alémaniques, la Suisse est un Willenstaat, un État construit à la force de la volonté de ses citoyens de vivre ensemble. Puisque les alémaniques sont assez nombreux, leurs médias se passeront sans doute sans peine de redevances publiques, mais les médias romands, italophones et autres seront précarisés et marginalisés. (...)

Pascal Décaillet: Frères de la Côte

Il existe manifestement, autour de l'aéroport de Genève, une clique d'intérêts qui amène pas mal de monde à se tenir par la barbichette. Pas besoin de vous faire un dessin : on les reconnaît au parfum. Affaire de gros sous, en priorité. Mais pas seulement. Fraternité occulte dans l'ordre de la mégalomanie. Idéologie du Grand Genève, capitale du monde, qui aurait besoin d'une plateforme aéroportuaire en forme de blason de ses voracités planétaires. Dans cette chapelle, ils ne sont pas beaucoup. Mais puissants. Organisés. Disposant des leviers. Dénoncer la démesure de l'expansion de l'aéroport, souligner les nuisances pour la population, c'est immédiatement s'attirer les foudres de ces Frères de la Côte. C'est pourtant faire œuvre citoyenne. Je félicite ceux qui osent s'engager dans cette entreprise. Ils servent le bien commun. Le développement durable et maîtrisé. Je leur apporte ici mon soutien. (TDG)

Créé: 25.02.2018, 22h40

Articles en relation

Jean-Marc Genet: Billy Graham, bon et fidèle serviteur

Bons blogs Maurice-Ruben Hayoun: “Je voulais leur dire mon amour”. Christophe Ebener: Les valaisans aiment leur Rhône ! Et vous? Claude Bonard: Marie Leszczynska à Genève. Adrien Faure: Roberto Fucile, 27 ans. Rémi Mogenet: David Lynch et les visages détachables Plus...

Gregory Pons: L'horlogerie au Grand Conseil de Genève?

La revue des blogs Daniel Warner: Revisiting Michael Fields. Simon Brandt: Fêtes de Genève : double non à l'épitaphe. Jean-Marc Guinchard: Nauséabond. Mireille Vallette: Aumôniers et asile: un leurre bernois. Claude Bonard: Un peintre valdo-genevois au grand coeur. Pascal Holenweg: Bonne santé démocratique. Plus...

Pascal Gavillet: Berlinale 2018, l'horreur en plan séquence

La revue des blogs Mauro Poggia: Monsieur le Maire… de Saint-Julien. Marie-France de Meuron: Le Pouvoir émissif masculin originel . Olivier Emery:Une loi française scélérate. Pascal Holenweg: Vers une loi genevoise sur la laïcité ni très utile, ni très cohérente. John Goetelen: Contre la burqa, pour la laicité, est-ce un rejet de l’islam? Plus...

Bernard Comoli: La Ville de Genève et sa coopération internationale

Blogs toujours Houda Khattabi: Scolarité des genevois frontaliers: tout ça... pour ça! Sylvie Neidinger: Johnny a bien allumé le feu... Pascal Gavillet: sans Huppert, rien ne va plus. Claude Bonard: 17 février 1772, premier partage de la Pologne... Plus...

Marko Bandler: Ils sont fous ces millionnaires !

La revue des blogs Jacques-André Widmer: Plurimodaux, polyactifs et prolixes. Pascal Gavillet: Chiens, stars et déchets. Ana Roch: L’école des hypocrites. Pascal Décaillet: Classes moyennes. Maurice-Ruben Hayoun: De le religion de Brague. Alexandra Spagnolo: Papa Hippocrate. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Schneider-Ammann s'en va
Plus...