Camille et Julie Berthollet dénoncent le harcèlement sexuel

#MeTooAprès le milieu du sport, la parole se libère dans le monde de la musique classique.

Les musiciennes franco-suisses brisent le silence en raison «d'une expérience de plus – et probablement de trop – récente, avec un chef d'orchestre qui s'est permis d'avoir des gestes totalement déplacés».

Les musiciennes franco-suisses brisent le silence en raison «d'une expérience de plus – et probablement de trop – récente, avec un chef d'orchestre qui s'est permis d'avoir des gestes totalement déplacés». Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après le vaste scandale de violences sexuelles qui a entaché le monde du sport français, c’est au tour du milieu de la musique classique d’être éclaboussé. Dans une vidéo réalisée par Loopsider, les musiciennes franco-suisses Camille et Julie Berthollet brisent le silence en raison «d'une expérience de plus – et probablement de trop – récente, avec un chef d'orchestre qui s'est permis d'avoir des gestes totalement déplacés».

Les deux sœurs, respectivement violoncelliste et violoniste formées au Conservatoire de Genève, ont vu leur carrière décoller grâce à leur succès dans l'émission de France 2 «Prodiges» en 2014. Aujourd’hui, elles lèvent le voile sur le harcèlement et les gestes déplacés tant dans l'enseignement musical que dans leur vie professionnelle. Un témoignage rare dans ce milieu, souligne France Musique.

Créé: 19.02.2020, 16h53

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...