Passer au contenu principal

FribourgVente de produits du tabac interdite aux moins de 18 ans

Les députés fribourgeois ont approuvé la modification de la loi qui permet d’interdire toute vente de tabac aux moins de 18 ans, un âge-limite qui est de 16 ans actuellement.

Le relèvement de la limite d’âge à 18 ans vise à renforcer la protection de la jeunesse et à s’inscrire dans la ligne du programme cantonal de prévention du tabagisme en cours «sans tabac, je respire».
Le relèvement de la limite d’âge à 18 ans vise à renforcer la protection de la jeunesse et à s’inscrire dans la ligne du programme cantonal de prévention du tabagisme en cours «sans tabac, je respire».
Keystone

Le Grand Conseil fribourgeois a voté mercredi une interdiction de la vente de produits du tabac, de cigarettes électroniques et de produits similaires aux moins de 18 ans. Plus de la moitié de leurs adeptes (57%) ont commencé à fumer avant cet âge-là.

La modification de la loi sur l’exercice du commerce (LCom) a été acceptée par 89 voix contre 6 et 5 abstentions. La présidente du Conseil d’Etat Anne-Claude Demierre a avancé un motif de santé publique. «L’e-cigarette accroît les risques de maladies pulmonaires et cardiaques, selon l’Organisation mondiale de la santé», a précisé la ministre de la santé.

Signal fort

Quelques députés ont plaidé en faveur d’une limite maintenue à 16 ans, comme aujourd’hui, voire d’une attente de la fixation d’une norme fédérale. En vain. La majorité du Grand Conseil s’est ralliée aux arguments gouvernementaux d’agir rapidement. «Il faut donner un signal fort pour la prévention», a indiqué le député socialiste Armand Jaquier.

Ce dernier, par ailleurs syndicaliste, a insisté aussi sur la nécessité de bien former le personnel de vente appelé à faire appliquer l’interdiction. La question d’un bannissement total de la publicité a également été évoquée. «Les jeunes y sont davantage soumis qu’aux messages de prévention», a déploré Anne-Claude Demierre.

Moyen efficace

«L’interdiction d’un accès aux mineurs constitue un moyen efficace de prévention», a rappelé la magistrate socialiste. Le relèvement de la limite d’âge à 18 ans vise à renforcer la protection de la jeunesse et à s’inscrire dans la ligne du programme cantonal de prévention du tabagisme en cours «sans tabac, je respire».

Pour l’heure, une lacune juridique permet l’achat des cigarettes électroniques par des mineurs. D’où la nécessité d’intégrer les nouveaux produits dérivés du tabac dans la loi. Avant Fribourg, les cantons du Valais, de Genève ou de Berne ont déjà franchi le pas.

ATS/NXP