Vaud veut aider la presse avec 6,2 millions

MédiasL'aide passe par une hausse des annonces et la création d'un kiosque virtuel regroupant les titres vaudois, avec des tarifs réduits pour les jeunes.

Le Conseil d'État se dit préoccupé par la crise que traversent les médias et qui a conduit à la disparition de titres comme «L'Hebdo» ou «Le Matin» version papier.

Le Conseil d'État se dit préoccupé par la crise que traversent les médias et qui a conduit à la disparition de titres comme «L'Hebdo» ou «Le Matin» version papier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le canton de Vaud dévoile une aide à la presse de 6,2 millions de francs sur cinq ans. Ce paquet comprend notamment une hausse des annonces et la création d'un kiosque virtuel regroupant les titres vaudois, avec des tarifs réduits pour les jeunes.

Attendu de longue date, ce paquet de mesures propose plusieurs soutiens ciblés et, pour l'heure, limités dans le temps. Un bilan sera tiré après cinq ans. L'ensemble sera soumis prochainement au Grand Conseil. Une décision est espérée durant l'été.

Le Conseil d'État est préoccupé par la crise que traversent les médias et qui a conduit à la disparition de titres comme «L'Hebdo» ou «Le Matin» version papier. Dans ce contexte, il estime «fondé» le principe d'une aide publique aux médias vaudois. Tout en garantissant la liberté de la presse. «On ne va pas tenir la plume des journalistes», a assuré Nuria Gorrite, la présidente du Conseil d'Etat vaudois.

Un plan novateur

Le maintien de la diversité des médias est un «enjeu crucial». «Une information plurielle est nécessaire au débat public», observe la conseillère d'Etat. Le plan vaudois est qualifié de «novateur», mais il ne s'agit pas d'une «opération de sauvetage de la presse papier». Et pas question que ces mesures faussent la concurrence, poursuit le gouvernement dans son projet de décret.

L'aide publique à la presse fait débat depuis quelques années. Dans la foulée de la Confédération, plusieurs cantons, comme Berne, Genève, St-Gall ou encore Lucerne y réfléchissent. Vaud est le premier canton à présenter un catalogue de mesures chiffrées et détaillées. «En tout cas de manière aussi exhaustive et en ayant fait des choix», a relevé Nuria Gorrite.

Vaud a décidé d'aller de l'avant. Mais il reste ouvert à des collaborations intercantonales, en particulier avec Genève.

Plusieurs champs d'action

Le plan vaudois comporte plusieurs champs d'action. «Nous avons voulu intervenir de manière différenciée», précise la conseillère d'Etat. Certaines mesures peuvent se décliner immédiatement, d'autres prendront un peu plus de temps.

Le périmètre des médias concernés reste à préciser, et il pourra varier selon le type de mesures: sont inclus les 14 médias locaux regroupés sous l'étiquette Vaud Presse («Journal de Morges», «La Côte», «Région Nord vaudois» et le «Régional» entre autres). Mais aussi «24 Heures», «La Liberté», qui publie une page vaudoise, et «Le Temps», par exemple.

Le premier champ d'action, pour un montant de 2,5 millions de francs, vise à soutenir la presse locale et régionale en augmentant la publication d'annonces. Il est prévu de diffuser par ce biais des informations sur les votations ainsi que sur divers sujets de prévention, par exemple.

Kiosque virtuel

Deuxième grand chapitre: l'aide à l'innovation (1,43 million). Il inclut plusieurs études sur les médias mais aussi la création d'une plateforme d'abonnement pour la presse vaudoise: ce kiosque virtuel agrégera les offres payantes existantes des différents médias couvrant l'actualité vaudoise. Ce qui renforcera la lisibilité de cette offre et facilitera voire encouragera les actes d'achats.

Le canton a présenté jeudi le dispositif aux éditeurs. Les premiers retours sont positifs, selon Nuria Gorrite.

Pour les jeunes

Chaque année, les 8000 à 9000 jeunes du canton âgés de 18 ans pourraient accéder à ce kiosque pendant un an à un tarif préférentiel, qui n'est pas encore arrêté. On entre alors dans la troisième catégorie d'aides retenues par le canton: l'éducation aux médias des jeunes (1,08 million), qui vise à renforcer leur esprit critique face aux informations diffusées sur Internet.

Une expérience pilote sera menée au sein d'une vingtaine d'écoles et de gymnases. Des «packs médias» comprenant plusieurs abonnements seront mis à disposition des classes qui le souhaitent pour des enseignements ponctuels. Un bilan sera tiré régulièrement pour orienter le dispositif vers sa forme la plus pertinente.

Agences de presse et formation

Enfin, le canton imagine un soutien à la création de contenus (750'000 francs). Il propose de financer, durant cinq ans, un ETP (Equivalent temps plein) au bureau vaudois de l'agence de presse Keystone-ATS. Cet investissement devra «profiter en priorité aux médias locaux et régionaux vaudois intéressés» qui devront bénéficier de «tarifs abordables». «Il faudrait qu'un abonnement à l'agence soit aussi accessible aux petits titres et radios locales», précise Nuria Gorrite.

Un montant servira à financer une étude sur la viabilité et la pertinence de créer une agence de presse régionale. Enfin, le canton veut aussi prendre en charge les frais d'écolage des journalistes stagiaires au Centre de formation au journalisme et médias (CFJM). Une manière de soulager financièrement les médias locaux et régionaux désirer de former des journalistes.

Réactions

Le premier volet du plan, la publication d'annonces, est particulièrement le «bienvenu», a réagi Cédric Jotterand, président de Vaud Presse et directeur du Journal de Morges. «Si l'Etat réinvestit le champ des annonces, cela donnera peut-être l'idée aux communes et aux associations locales de suivre cet élan».

«Nous n'avons jamais demandé des subsides. Nous estimons que nous faisons du service public, en racontant la vie locale. Mais nous ne recevions jusqu'ici pas d'annonces de l'Etat, ni pour la fermeture d'une route, ni pour l'ouverture d'une exposition».

Cédric Jotterand apprécie aussi le soutien apporté aux jeunes générations. «Longtemps, on s'en est peu occupés. Depuis deux ou trois ans, on essaie de leur parler avec les nouveaux médias. Mais cela nécessite du temps et des moyens», a-t-il ajouté.

Syndicats

Impressum, le syndicat des journalistes, a salué un projet «pionnier». Il espère que cette initiative «salutaire» fera tache d'huile dans les autres cantons et auprès de la Confédération.

Syndicom parle d'un «premier pas» mais demande «d'aller plus loin». Il réclame notamment au canton de soutenir une partie du poste de correspondant alémanique de Keystone-ATS en Suisse romande, afin que l'actualité du canton soit connue outre-Sarine. Il nourrit en revanche «beaucoup de réserves sur la possibilité d'instaurer une agence cantonale», à savoir une «structure parallèle, étatisée et donc concurrente» de Keystone-ATS.

De son côté, l'agence Keystone-ATS salue «toute initiative visant à renforcer le paysage médiatique suisse et la diversité de la presse. La couverture de l'actualité dans les cantons et régions reste un pilier important du travail de l'agence de presse», écrit-elle. (ats/nxp)

Créé: 16.01.2020, 11h01

Articles en relation

Le lâchage de la presse écrite interpelle

Suisse Syndicats, éditeurs et Parti socialiste se sont émus du retrait de la presse écrite au profit de la radio et de la télévision. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des rentes à vie des conseillers d'Etat est proche
Plus...