Nouveau centre pour les enjeux de santé publique

VaudPlusieurs sites romands de médecine seront regroupés à Lausanne en un seul lieu, appelé Unisanté.

Les défis que devra relever Unisanté sont nombreux.

Les défis que devra relever Unisanté sont nombreux. Image: DR/Photo d'illustration/Photo d'archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Unisanté: c'est le nom du nouveau centre qui rassemble depuis le 1er janvier la PMU, l'Institut universitaire de médecine sociale et préventive (IUMSP), l'Institut romand de santé au travail (IRST), Promotion Santé Vaud (ProSV) et le Programme cantonal Diabète.

Ce centre novateur et unique en Suisse compte quelque 800 collaborateurs, des soignants pour la plupart. Il a pour objectif de renforcer le pilotage de la politique de santé publique, à l'heure où les besoins de la population vaudoise vont en augmentant, a déclaré le conseiller d'Etat vaudois Pierre-Yves Maillard lundi devant la presse à Lausanne.

Continuité entre recherche et pratique

Des travaux ont été menés entre octobre 2017 et décembre 2018. Ils ont abouti à la fusion de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne (PMU) avec les autres acteurs opérant en matière de médecine générale et de prévention, a poursuivi le chef du Département de la santé et de l'action sociale (DSAS).

Le regroupement de ces institutions permettra de prolonger les découvertes du monde académique dans les politiques publiques. Il vise à améliorer l'efficience dans l'attribution des ressources, mais aussi une meilleure coordination des activités de santé publique et des soins de première ligne.

Se réinventer

«La démographie nous impose une réflexion de fond. L'Etat n'est pas seulement un pourvoyeur de moyens», a relevé M. Maillard. Les systèmes de soins et les pratiques médicales et soignantes doivent évoluer et pourront être appelés à se réinventer.

Du côté académique, la Faculté de biologie et de médecine de l'Université de Lausanne (UNIL) est associée. Elle pourra ainsi faire bénéficier de façon directe son environnement, s'est réjouie la rectrice Nouria Hernandez.

Evolution

Ce rapprochement est une plus-value immense pour garantir le meilleur état de santé de la population face aux enjeux du vieillissement et de l'augmentation des maladies chroniques, a ajouté Stéfanie Monod, directrice de la Direction générale de la santé (DGS).

Selon une étude prospective, il faudrait plus du double de lits hospitaliers pour répondre aux besoins des seniors d'ici 2040. Et plus d'un tiers de places supplémentaires en EMS. Ce n'est pas réaliste du tout, a observé Mme Monod.

Nombreux défis

Unisanté devra relever de nombreux défis et aura quatre missions principales, a expliqué son directeur général, le professeur Jacques Cornuz. En matière de prévention, il s'agira de développer de nouveaux programmes proches des citoyens et de leurs préoccupations.

Le centre vise à favoriser l'engagement des généralistes et des pharmaciens dans les programmes, tel que le dépistage du cancer du côlon. Il travaillera également sur les liens entre l'environnement (physique, chimique, travail) et la santé.

Au niveau recherche et enseignement, l'objectif est de promouvoir la médecine de famille à l'UNIL et de former des généralistes en santé au travail. Ou encore d'intervenir sur la problématique des usagers fréquents des urgences.

Une autre mission concerne l'accès aux soins et les réponses à donner aux besoins de santé de populations plus vulnérables. Enfin, le quatrième domaine concerne le développement des capacités d'analyse, de pilotage et de financement du système de santé.

Adhésion au projet

Unisanté, appelé également Centre universitaire de médecine générale et santé publique, sera lié par deux contrats de prestation, l'un avec la DGS et l'autre avec l'UNIL. Ces liens permettront également de mieux atteindre les objectifs de formation universitaire des futurs médecins.

La PMU hébergera juridiquement Unisanté qui s'étale géographiquement sur plusieurs lieux. Les collaborateurs auront les mêmes salaires et seront transférés aux mêmes conditions à la caisse de pension de l'Etat de Vaud. La création du centre fait également suite à des difficultés de gouvernance à Promotion santé Vaud et financières à l'ISTR, a détaillé M. Maillard. Selon les autorités, le personnel adhère au projet. «On ne part pas de rien, on a une histoire commune», a souligné Jacques Cornuz. (ats/nxp)

Créé: 04.02.2019, 12h26

Articles en relation

Faut-il laisser les médecins travailler davantage?

Suisse La société suisse de médecine intensive ne veut plus limiter à 50 heures le temps de travail du personnel soignant dans les soins intensifs. Du côté des patients, on désapprouve. Plus...

Les Vaudois ont payé 150 millions de francs en trop

Assurance maladie La Société vaudoise de médecine affirme que les vaudois ont payé 5% en trop sur leurs primes maladies, pour un montant total de 150 millions de francs. Plus...

Des soins bloqués pour les mauvais payeurs

Suisse Les mauvais payeurs n'auront droit qu'à la médecine d'urgence dans certains cantons. Les soins permis à cette occasion doivent être définis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...