Un compromis bannit l’exploitation d’hydrocarbures

EnergieUn accord se précise dans le cadre de la loi sur le sous-sol. Les Verts sont prêts à retirer l’initiative anti-gaz de schiste.

Même la ministre PLR Jacqueline de Quattro s’est ralliée à ce compromis obtenu au forceps: «Je peux vivre avec».

Même la ministre PLR Jacqueline de Quattro s’est ralliée à ce compromis obtenu au forceps: «Je peux vivre avec». Image: Jean-Bernard Sieber/ARC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Rebondissement dans l’examen de la loi vaudoise sur le sous-sol. Début novembre, le Grand Conseil fermait la porte à l’exploitation des hydrocarbures dits «non conventionnels» – ceux qui, comme le gaz de schiste, nécessitent une fracturation de la roche pour être captés – et la laissait ouverte aux autres, plus faciles à extraire. Mardi, en deuxième débat, le voilà qui change d’avis. Haro sur tous les hydrocarbures, même conventionnels!

Une exception est toutefois consentie pour ceux-ci, s’il en est découvert «de manière fortuite», lors d’un forage lié à un projet de géothermie. L’État pourra alors décider d’autoriser ou non leur stockage et leur exploitation, moyennant compensation. C’était dès le départ la proposition de la gauche du parlement, minorisée lors du premier examen de la loi.

Que s’est-il passé entre-temps? Le 22 novembre, les députés ont reçu une prise de position du comité d’initiative anti-gaz de schiste, qui veut graver dans la Constitution l’interdiction de tous les hydrocarbures. Les Verts retireront leur initiative, si le compromis est entériné par le Grand Conseil et n’est pas attaqué par un référendum.

Jeu politique

«Une forme de chantage», a pesté l’UDC Philippe Jobin, qui n’est pas dupe: «Cela fait partie du jeu politique.» La mauvaise humeur était palpable au sein de la droite, qui, au début du mois, avait justement invité les initiants à clarifier leurs intentions, jugées floues. «Nous avons saisi cette main tendue», a commenté le chef du groupe Vert Vassilis Venizelos, membre du comité d’initiative. Une manière d’amener PLR et UDC à prendre leurs responsabilités. De leur côté, ceux-ci ont profité de l’instant pour appuyer là où ça fait mal. C’est-à-dire sur les associations écologistes qui combattent des projets éoliens et entravent ainsi la transition énergétique.

Si le vote final a basculé – 82 oui, 42 non, 21 abstentions –, c’est surtout parce que les partis du centre ont voté avec la gauche. Les Vert’libéraux ont ainsi fait volte-face, eux qui avaient suivi le camp bourgeois lors du premier débat. La députée Claire Richard s’en explique: «En trois semaines, les choses ont évolué. Il y a la promesse que l’initiative sera retirée, ce qui évitera d’avoir une interdiction inscrite à la fois dans la Constitution et dans la loi. Et puis, il y a eu les Assises vaudoises du climat, donc les participants sont ressortis sonnés. Il y a un message important à donner: il faut sortir des hydrocarbures.» Même la ministre PLR Jacqueline de Quattro s’est ralliée à ce compromis obtenu au forceps: «Je peux vivre avec», a-t-elle annoncé tout en contextualisant le débat: «Les enjeux sont faibles aujourd’hui (ndlr: la société Petrosvibri a mené un forage exploratoire avant d’être stoppée par un moratoire). Mais ils pourraient prendre de l’importance à l’avenir. Le Conseil d’État se veut pragmatique et se réjouit d’un accord «à la vaudoise» qui permettra au parlement de rediscuter de cette question en cas de besoin, dans le futur.» Plus facile en effet de modifier la loi que la Constitution.

Un troisième débat aura lieu sur les hydrocarbures. Mais l’accord gauche-droite semble assez solide pour être confirmé. Les Vaudois n’auront alors pas à voter sur ce sujet. Au grand dam du PLR Philippe Vuillemin: «Les Assises du climat m’ont convaincu qu’il faut un vrai débat populaire sur cette question, pour sensibiliser chacun aux défis qui nous attendent. L’initiative des Verts en aurait été l’occasion…»

Créé: 27.11.2018, 19h50

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...